Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Maman Poule et Poussin indiscipliné (PV Makoto)
Noa A. White
Dim 15 Avr - 12:07
Noa A. White
Olympics
Messages : 62
Age : 27
Multi-comptes : Aucun
Maman poule et Poussin indiscipliné
feat - Makoto
Noa étouffa sans grande conviction l'énorme bâillement qui sortit de sa bouche. La semaine avait été dure et surtout fatigante. Comme d'habitude en fait. Décidément, la vie d'étudiant de Blenheim n'était pas faite pour un corps comme le sien. Beaucoup trop de pression, de travail, de stress et pas assez de repos.

Mais Noa refusait de voir qu'il dépassait beaucoup trop souvent la limite. Après tout, il arrivait à suivre les cours et à faire ses devoirs toujours dans les temps. Bon, d'accord, c'était dur aussi bien physiquement que mentalement.

Il n'était pas habitué à un tel niveau scolaire et pour quelqu'un d'aussi nonchalant que lui ça demandait beaucoup de rigueur de s'y tenir malgré sa facilité à étudier. Parce que le jeune homme n'aimait pas vraiment les études à vrai dire. Cela l'ennuyait profondément plus qu'autre chose et si le fait d'être ici ne représentait pas tant une fierté personnelle et un défi à relever, il aurait fait ses valises depuis longtemps.

Parce qu'il était têtu comme une mule et refusait d'abandonner. Partir avant son diplôme serait une insulte à lui-même. Et tant pis s'il devait épuiser son corps et le pousser jusqu'à ses limites pour y arriver.

Parce que sa santé était quand même relativement fragile et qu'il se fatiguait beaucoup plus facilement que les autres étudiants normaux. Et dans une école d'excellence comme celle-ci c'était très dur de prendre du temps pour récupérer et reposer son corps en miettes. Il dormait mal la plupart des nuits malgré sa veilleuse et son doudou - interdiction formelle de se moquer si vous tenez à la vie - et devait donc faire des siestes pour être sûr de ne pas craquer.

Sauf qu'il était difficile de trouver du temps pour faire la sieste la semaine vu le boulot qu'on lui demandait. Les professeurs étaient certainement les plus exigeants du pays et n'accepteraient pas qu'un de leurs élèves s'endorme pendant les cours...

Bon, il arrivait à le faire en cachette de temps en temps grâce à sa formidable capacité de fantôme humain qui lui permettait de se faire oublier quand il en avait envie, mais ça ne marchait pas aussi souvent qu'il l'aurait voulu. A croire que les profs avaient un radar, tss. Du coup, il devait être très vigilant et ça le fatiguait d'autant plus. Et dormir après les cours alors que les devoirs lui demandaient autant de temps était aussi difficile.

N'importe qui d'autre aurait été content de voir la nuit arriver dans de telles circonstances, mais pas Noa. Quand on est phobique du noir, c'est davantage un calvaire et une torture qu'un vrai repos vous savez. Autant dire qu'il dormait encore plus mal le soir et on pouvait donc se demander comment il faisait pour tenir le choc.

Probablement grâce à sa détermination à toute épreuve. Beaucoup de gens se seraient effondrés, mais pas lui. Sa fierté, son obstination et sa force mentale lui permettaient de tenir et sa débrouillardise de trouver des solutions pour récupérer aussi souvent que possible.

Et justement aujourd'hui on était samedi et donc il n'y avait pas cours. Libération. Il allait enfin pouvoir faire la sieste aussi longtemps qu'il le voulait et reposer enfin son corps meurtri. Mais... Pas tout de suite. Il avait beau sentir ses yeux se fermer et la fatigue l'appeler, je vous l'ai dit, il était têtu comme une mule.

Le jeune homme posa donc ses fesses dans le salon commun afin de participer un peu à la vie d'étudiant pour se faire bien voir de ses camarades. Il n'était pas le garçon le plus sociable qui soit, mais c'était important de le faire croire et de conserver son image de garçon populaire. Oh, lui s'en fichait bien de ça, mais devait reconnaître que c'était quand même pratique parfois d'être dans les petits souliers des élèves - surtout des plus âgés - et des profs. Même si c'était profondément galère.

Alors autant finir la corvée le plus vite possible et ensuite il irait faire la sieste. Il aurait pu la faire tout de suite, mais quand il avait une idée derrière la tête vous savez... Même les dinosaures n'étaient pas aussi obstinés. Le garçon se laissa néanmoins glisser dans le confortable fauteuil qu'il avait décidé d'envahir, à moitié avachi dessus et observa les quelques élèves dans la pièce.

Tiens, c'était lui ou ses yeux se fermaient tout seul et sa tête partait sur le côté sans lui demander l'autorisation ? Peut-être qu'il allait la faire ici finalement cette sieste que son corps désirait tant...

code by encrine

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Noa A. White
Revenir en haut Aller en bas
Makoto Yoshiteru
Lun 16 Avr - 1:10
Makoto Yoshiteru
Outrageous
Messages : 8
Age : 20
Multi-comptes : • Ariake Aiko.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"maman poule et poussin indiscipliné"
ft. noa



 
Cette semaine fut éprouvante pour vous. Vous ne savez pas pourquoi elle était plus difficile que les autres, vous aviez du mal à vous endormir le soir, vous dormiez plus souvent en cours que d’habitude - merci à votre frange qui cache le haut de votre visage lorsque vous avez la tête légèrement penchée. Vous n’aviez pas envie d’aller une seule fois en cours. Vous n’avez quasiment pas parlé ni à Furfur, ni à Zepar. Vous avez ressenti quelque chose que vous avez oublié avec la présence de vos deux amies ; la solitude. Vous étiez moins expressive qu’à accoutumé. Pour une fois, vous avez décidé d’écouter de la musique venant de votre téléphone portable - de la musique classique, évidemment. Vous aviez ces écouteurs offerts lorsque vous avez acheté votre téléphone. Vous marchez sans but précis dans le campus, vos écouteurs dans vos oreilles, les personnes proches de vous pourraient se poser des questions en vous voyant. Vous les enverrez balader, vous n’avez pas envie de répondre à leurs multiples questions.

Vous regardez l’heure sur votre montre et vous laissez échapper un soupir. Vous vous ennuyez, ce qui est rare. Vous êtes actuellement dans le jardin de l’école, vous ne savez pas depuis combien de temps vous êtes ici, mais vous n’avez envie que d’une seule chose ; rentrer. Vous laissez vos pensés vagabonder vers un endroit où votre famille d’origine est encore en vie ; vous tentez d’imaginer votre vie si ce drame si cette tragédie n’était pas arrivée. Vous ressentez soudainement l’envie de prier, comme vous l’avez toujours fait. Vous vous arrêtez dans le jardin vide de tout forme humaine et vous priez discrètement. Vous priez pour votre famille si éloignée de vous désormais, pour vos ascendants adoptifs qui se font beaucoup trop de soucis pour vos problèmes de schizophrénie. Vos paupières se ferment lentement pendant que vous espérez que vos prières atteignent ces personnes si chères à votre coeur. Lorsque vos iris rencontrent à nouveau la lumière du jour, vous voyez deux silhouettes familières ; Furfur et Zepar sont de retour, souriantes. Vous retirez lentement vos écouteurs pour les ranger et éteindre votre musique. Vous soupirez une nouvelle fois, vous n’avez pas envie de les disputer pour leur disparition soudaine pendant cette difficile semaine. Vous êtes juste heureuses qu’elles soient revenues, après tout, ce sont vos précieuses amies. Vous leur souriez discrètement, pour leur dire que vous êtes heureuse de leur retour. Après tout cela, vous décidez de rentrer pour aller dans la salle commune. Profiter de la présence des personnes n’est pas forcément une mauvaise chose ; surtout si vous n’avez pas besoin de leur parler. Vous n’avez que très peu d’amis et cela vous va très bien comme ça.

Lorsque vous entrez dans la salle, vous observez qui est présent, certaines têtes vous reviennent tandis que d’autres non. Vous ne connaissez pas tout le monde après tout, lady. Vos iris s’arrêtent sur quelqu’un que vous considérez comme votre meilleur ami ; Noa. Il a l’air endormi, soudainement, vous sentez votre instinct maternel surgir ; ce n’est pas bon pour lui de dormir dans un endroit pareil. Lentement, vous vous dirigez vers lui et vous commencez à lui secouer délicatement - comme s’il était fait de verre qui pourrait se briser à n’importe quel moment - l’épaule. Votre voix s’élève dans un doux chuchotement vers son oreille.

« Noa, ce n’est pas un endroit pour dormir. »

(c) renako
Makoto Yoshiteru
Revenir en haut Aller en bas
Noa A. White
Lun 30 Avr - 18:24
Noa A. White
Olympics
Messages : 62
Age : 27
Multi-comptes : Aucun
Maman poule et Poussin indiscipliné
feat - Makoto
Noa était bien, assis dans son fauteuil oh si confortable et à moitié endormi. Le brouhaha ambiant le dérangeait un peu, mais le jeune homme n'avait ni la force de demander à ses camarades de faire moins de bruit - ouais, vous avez compris, d'habitude il se serait pas gêné - ni de se lever pour aller faire sa sieste ailleurs.

Ce n'était pas la position la plus confortable malgré le moelleux du fauteuil, certes et il allait probablement finir avec un mal de dos ou un rhume - il lui en fallait tellement peu pour attraper ce dernier - mais cela suffirait pour l'instant.

Et au moins sa sieste servirait à quelque chose dans ces conditions, même si ce ne serait qu'à faire acte de sa présence dans le salon commun, lui qui n'était pas si sociable en fin de compte. Sans compter qu'il pouvait guetter l'arrivée de ses amis qui l'aideraient sans doute à rompre son ennui s'il n'arrivait pas à dormir ou à surveiller que personne ne le dérange s'il dormait à poings fermés à leur arrivée.

Du moins, c'était ce que Noa pensait et il fut légèrement contrarié de sentir une main secouer doucement son épaule et une voix s'adresser à lui, perturbant ainsi son sommeil qui commençait tout juste à devenir profond.

Cependant, il reconnut tout de suite cette voix douce et sa propriétaire évita donc une remarque cinglante ou un geste quelque peu violent - il était toujours de mauvaise humeur au réveil, pardonnez-lui.

Le brun se contenta d'entrouvrir un œil pour voir la silhouette de la jeune fille aux longs cheveux violets près de lui et d'étouffer un bâillement, histoire d'être poli. Après tout, même s'il ne l'avouerait jamais, il aimait bien son aînée alors elle méritait son respect, même dans ces circonstances des plus agaçantes. Le sommeil, c'était sacré, nom d'une Triforce !

- Ouais. Peut-être. Mais franchement, j'ai la flemme d'aller dormir ailleurs. Donc si tu veux bien m'excuser...

Sa nonchalance habituelle était encore plus flagrante quand il avait envie de dormir et son insolence également. Insolence polie néanmoins puisque Makoto avait son respect, ce qui n'était pas donné à tout le monde. Le jeune homme se laissa glisser encore plus dans son fauteuil si confortable et baissa un peu sa casquette sur son visage pour montrer clairement son envie d'être tranquille.

S'il avait envie de dormir ici, il dormirait, hein.

Il n'y avait que Percy qui serait éventuellement capable de le faire bouger - en bon ami d'enfance à qui il ne pouvait pas résister - et encore... Pas sûr pour cette fois. Parce que ce fauteuil était terriblement confortable et qu'il avait terriblement sommeil même s'il arrivait à ne pas le montrer.

Bon, si Makoto insistait, il finirait peut-être par céder. Mais juste histoire d'avoir la paix et non pas parce qu'elle avait de l'autorité sur lui ou quelque chose comme ça. Non. Elle était peut-être plus âgée et il la respectait peut-être, mais il n'était pas du genre à se laisser dicter sa conduite aussi facilement... Ouais, il était têtu et il assumait, ok ?

- Faut pas t'inquiéter. J'ai l'habitude de dormir n'importe où à cause de mes... crises nocturnes on va dire. Suis obligé de m'adapter à des positions bizarres vu que je dois récupérer la journée... Enfin, on ne va pas s'attarder sur ce sujet.

Parler de sa phobie le mettait toujours mal à l'aise. Autant il était habitué à en parler à certains - comme ses parents, sa sœur, Percy ou encore ses camarades de dortoir logiquement - autant en parler aux autres, même les proches, le dérangeaient. Parce qu'il avait honte et qu'il n'assumait pas du tout.

Qui avait encore peur du noir à seize ans ?! Ouais, ridicule, hein. Avoir besoin d'un doudou et d'une veilleuse pour dormir - et encore ça ne suffisait pas toujours, loin de là - c'était franchement ridicule. S'il avait pu il se serait enterré... - non mauvaise image erm - il aurait disparu quelque part avec BEAUCOUP de lumière pour ne pas dévoiler sa plus grande honte.

L'adolescent haussa les épaules avec une fausse désinvolture, le regard caché par sa casquette, mais rivé sur un point fixe. Ouais, il n'était vraiment pas à l'aise avec sa phobie, non seulement à cause de sa honte, mais aussi à cause de la souffrance que ça lui créait.

- Faudrait une catastrophe pour me faire bouger, Mako'. Alors c'est pas la peine de me regarder comme ça.


Ah, Noa... Si tu pouvais apprendre à te taire ça arrangerait bien le monde, tu sais.
code by encrine

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Noa A. White
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: