Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 50
Age : 21
Multi-comptes : Alice Nivet
Emma E.Toeri
Amelia Cooper
Shakespeare
Lun 9 Juil - 1:03
Samedi, 15h25

Tu es tranquillement posé au parc, carnet à la main. Tu observes les gens qui se promènent et vivent pour te donner une idée pour ton roman, celui dont tu es bloqué depuis des semaines. T’as beau te concentrer tous les soirs pour trouver une avancé, un élément déclencheur qui permettra de poursuivre l’histoire, rien. Le syndrome de la page blanche. Alors t’as fini par mettre ça sur le dos de tes partenaires de chambre et des étudiants de l’école et t’es arrivé ici, dans ce parc, sur ce banc. Autant dire que c’était contre-productif.

Alors pour ne pas perdre ton temps, tu as décidé de prendre des notes sur ce que tu voyais, au moins pour nourrir le club de journalisme que t’avais rejoint il y a cela un mois. T’aimais bien cette option, le professeur te laissait souvent tranquille en dehors des quelques vérifications sur ce que tu écrivais et ça te permettait d’utiliser tes deux principaux talents : l’écriture et l’observation de ce qui t’entoures. Ces deux choses combinés pour pouvoir rédiger le meilleur article qu’il soit. Evidemment, t’es bien conscient qu’il te reste du travail, tu maudis en particulier ton style d’écriture, que tu ne cesses de vouloir peaufiner en t’inspirant de tout ces auteurs que tu admires tant. Parfois tu te dis qu’avoir un avis expert sur ce que tu écris t’aiderait, mais comme tu ne connais personne en qui tu as suffisamment confiance et que tu n’oses pas vraiment pour le moment demander à tes professeurs, tu fais malheureusement sans.

--

L’heure tourne, et tu renonces à trouver une idée pour ton roman, alors tu fermes sévèrement ton carnet pour le ranger au fond du sac, le calant bien pour ne pas l’abimer. Tu lâches un léger soupir de frustration, quand tu vois une tête blonde plutôt familière passer non loin de là. Un garçon du club de journalisme, justement. Tu l’avais déjà approché une ou deux fois pour le saluer, te faisant remballer aussi sec par un « Qu’est ce tu veux ? ». Alors t’avais trouvé ça marrant, et tu comptais profiter des réactions au quart de tour qu’il semblait avoir. Puis ce n’est pas comme s’il n’avait pas un certain charme, avec son côté qui se voulait rebelle.
Et là tu as une occasion en or de t’amuser de lui.

Sans attendre, tu te lèves de ton banc et glisse ton sac en bandoulière sur tes épaules pour te faufiler derrière lui après qu’il soit passer devant toi. Tu ne sais pas si il ne t’as pas vu ou si il t’as ignoré, mais peut-être. Une fois assez prêt de lui, tu pose ta main sur son épaule dans un geste qui se voulait amical pour lui afficher un sourire.

- Salut Dirdawung, qu’est ce que tu fais ici ?  

Autant ne pas trop lui sauter dessus tout de suite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: