Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
A vision of the one I see ❝ ft. Benedict
Enola S. Beauchamp
Hellhounds - Professeur de Journalisme
avatar
Messages : 42
Age : 33
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Hellhounds - Professeur de Journalisme
Ven 27 Avr - 23:59
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A vision of the one I see
La vie n’est pas très compliquée. Quand il se passe quelque chose, il y a toujours une vérité. Toujours.

L’incendie au Palais de Blenheim n’était pas un accident. Clairement. Enola le sentait au plus profond de ses tripes. Et puis, Sir Foster avait fait les différentes rénovations et tout l’équipement avait été vérifié à la rentrée, moins de deux semaines avant les faits.
Il était clairement impossible que tout cela vienne d’un dysfonctionnement.

Alors Enola, en grande journaliste d’investigation, s’était mise en quête de vérité. Elle avait sondé les gens en ville, elle avait demandé à Artus s’il pouvait lui fournir des informations supplémentaires. Ça faisait plus de six mois que l’incendie avait eu lieu et, toujours aucun suspect arrêter. C’était impossible.

Alors, l’une de ses pistes l’avait menée dans ce quartier. On lui avait fait savoir qu’un groupe de jeune louche vivaient ici et qu’ils étaient peut-être impliqués. Alors, ni une ni deux, elle avait enfilé un jean, une paire de botte à talons hauts et un t-shirt fleuri pour passer inaperçu. Une touriste qui prend des photos, c’est plus naturel qu’une journaliste sur le qui-vive.

C’est pour ça que la jeune femme fait quelques pas en arrière lorsqu’une ombre la suit dans la ruelle. Elle n’est pas seine et, la main au fond de son sac serre une petite bombe lacrymogène qu’elle a appris à avoir toujours sur elle. Même si Fosterhampton est plutôt sûr en général, on n’est jamais à l’abris.

Et puis, elle percute un jeune homme. Un pas en arrière et elle penche la tête.

Elle le connait, c’est un des élèves du palais. Un soupir de soulagement passe ses lèvres alors qu’elle lui sourit.

❝ Bonjour Mister Brown.
Revenir en haut Aller en bas
Benedict Brown
Shakespeare
avatar
Messages : 85
Age : 20
Multi-comptes : None
Shakespeare
Sam 12 Mai - 11:43
Waiiii ! C'était le week end ! Que de fun ! Comme il faisait beau, j'avais décidé d'aller me balader. Eh oui, profiter de la ville de temps en temps, sortir pour voir autre chose que des étudiants et des profs de Blenheim c'était fort cool. Mais le monde, et surtout Fosterhampton, est trop petit pour ne pas croiser quelqu'un de ce luxueux établissement. Donc concrètement qu'est ce que je vois après seulement dix minutes de marche ? Une prof de Blenheim. Beh oui, c'était forcé. Une chance ceci dit, c'est une femme que j'aime bien et dont j'apprécie la matière. Je n'étais pas dans son cour mais j'étais venu plusieurs fois pour lui poser des questions à propos de la photo et des appareils inhérents à cette activité.

Je comptais passer mon chemin, la laisser tranquille lorsque je vis un mec à l'allure louche la suivre. Comme dans les films il avait une grande parka noire, un pervert ? Elle était certes bien habillée et pouvait jouer la touriste perdue à merveille mais elle n'avait pas l'air assez perdue pour être suivie par un mec chelou. Fin' bon, je n'étais pas inspecteur et je n'avais pas envie de perdre mon temps à faire trop de suppositions mais je ne voulais pas non plus qu'il arrive quelque chose à une meuf comme elle. J'emboitais donc le pas au mec chelou.

Une ruelle puis une autre. Elles se ressemblaient toutes sous le soleil. Certes j'avais l'impression que plus on avançait moins c'était propre, bon on était pas dans les quartiers non plus hein, mais ça devenait peut-être un peu opressant. Et puis bien évidemment le gus connait les ruelles et pas moi. Autant dire que oui, j'ai finit par me paumer. Et une fois que je suis perdu la seule chose qu'il me reste à faire c'est de marcher au hasard jusqu'à ce que je retrouve mon chemin. Pourquoi je ne sortais pas mon téléphone, armais son gps et ne retournais pas rapidement dans les rues connues ? Beh un parce que j'aimais bien marcher et que ce n'était pas en retournant sur mes pas que je retrouverais la prof.

Bon au final j'empruntais une rue puis une autre pour enchainer sur une troisième. je commençais à me rendre compte que je tournais en rond mais je n'arrivais toujours pas à trouver la madame que je cherchais. Je m'étais arrêté au milieu d'un cul-de-sac pour profiter du soleil pour finalement trouver mon chemin grâce à mon téléphone. Et là... POUF ! Un truc me rentre dedans.

Et si j'avais su qu'il suffisait de s'arrêter au milieu des rues pour que les gens que l'on cherche nous rentrent dedans j'aurais gagné pas mal de temps dans ma jeunesse. Bref, voila la que dame que je cherchais à "protéger" se trouvait là devant moi. J'étais plutôt soulagé et choisis de passer un peu de temps avec elle histoire de vérifier que le gars bizarre avait disparu. Je lui offris donc l'un de mes charmands sourire et lui répondis :

- Bonjour madame Beauchamp, vous allez bien ? Que faites-vous avec votre appareil photo dans ces petites rues mal famées ?

Ok le mot "mal famé" était un peu exagéré mais je l'aimais bien. Il était rigolo et avec un peu de malchance pouvait se révéler vrai.

_________________
470 les gens! 470 !
Mes yeux sont d'un bleu 8fb8cc
Le code de mes Rps:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Enola S. Beauchamp
Hellhounds - Professeur de Journalisme
avatar
Messages : 42
Age : 33
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Hellhounds - Professeur de Journalisme
Mar 5 Juin - 21:48
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A vision of the one I see
Enola est quelqu’un de plutôt courageuse mais de relativement prudente aussi. Et si se mettre en danger sciemment à cause de son métier ne lui pose aucun souci, elle préfère mille fois être préparée au maximum pour éviter le plus possible les surprises. Elle sait aussi qu’un excès de prudence mène parfois à l’erreur ou nous aveugle et nous empêche de voir ce qu’on était venu chercher. Alors, elle essaie tout de même de contourner ces soucis pour mener à bien ses enquêtes.

Elle n’est pas mécontente de trouver un visage connu dans cette ruelle. Le son de sa voix, indiquant clairement qu’elle est avec quelqu’un qu’elle connait, semble faire reculer l’ombre, puis finalement le faire fuir. Un soupir de soulagement quitte ses lèvres alors qu’elle se reconcentre sur le brun, surprise finalement de le trouver par ici.

Plusieurs fois par le passé, Benedict Brown s’est présenté dans la classe d’Enola pour lui demander des informations concernant les photos qui pouvaient êtes prises dans des journaux ou des magazines. Passionnée de photographie, la jeune professeure s’était empressée de lui apporter le plus de réponses possibles, essayant de l’aider au mieux dans le choix du matériel, de l’angle ou toute autre information supplémentaire.

❝ Mal famé est un bien grand mot, Monsieur Brown, nous sommes à Fosterhampton.

Fosterhampton était tout neuf, c’était impossible que les rues soient déjà mal famées. Certains individus malmenaient juste quelque peu les ruelles mais, le maire était sur le sujet et mettait la sécurité des habitants en avant.

❝ Je cherchais quelques informations pour un article dans la gazette. Et vous, que faites-vous par ici ?

Ne pas trop en dire au cas ou le jeune homme serait impliqué dans les recherches qu’elle avait entreprises.
Revenir en haut Aller en bas
Benedict Brown
Shakespeare
avatar
Messages : 85
Age : 20
Multi-comptes : None
Shakespeare
Mar 10 Juil - 23:51
Ah, elle venait de confirmer ce que je pensais : cet endroit n'étais pas vraiment "mal famé". On pouvait aisément le savoir ceci dit, j'avais passé pas mal d'années de ma vie dans des rues pires que celle là. Mais mine de rien un mec la suivait, et ça c'était vraiment bizarre. Si je ne répondais pas à cette prof de photo ça risquait aussi d'être bizarre, en plus de malpoli. Je répondis donc :

- Effectivement madame, rien n'est vraiment mal famé par ici, cette petite ville toute neuve est uniquement remplie de gens bien pensants.

Un nouveau sourire amusé, oui j'aimais bien ce que je venais de dire. Impossible, même pour moi, de savoir si c'était du sarcasme ou non et je trouvais ça vachement marrant. Je rajoutais tout de même :

- Ceci dit je ne suis pas certain que la personne qui vous suivait tout à l'heure ne vous voulait que du bien. Fin' ce n'est que mon impression hein. C'est dailleurs pour ça que je trainais par ici, je ne voulais pas qu'il vous fasse du mal.

Comment ça j'avais totalement oublié le but premier de ma balade, pour peu que ma balade aie eu un but quelconque à la base. Mais en même temps, il ne fallait pas être devin pour se dire qu'une petite balade avec ce beau temps ça pouvait valloir le coup. Oui j'aurais peut-être du réviser mes cours mais bon, pour une fois qu'il y avait un temps comme celui-là... Et du coup entre se perdre seul dans les rues ou bien se greffer à l'enquette de la prof' mon choix était vite fait. Je n'avais donc plus qu'à m'incruster dans la partie pour cela j'enchainais d'un air ultra intéressé.

- Vous travaillez sur quel article ? J'peux venir avec vous ? J'pourrais ptet vous être utile, je vous protégerais des méchants qui vous suivent !

Ouai il y avait surement mieux que mon air d'enfant fier de lui pour donner envie à mon interlocutrice de m'emmener avec elle mais bon. J'étais honnête, je voulais vraiment savoir ce qu'elle allait chercher et encore plus ce qu'elle pourrait découvrir et j'avais pas d'autres idées pour me rendre plus "séduisant". Okay j'voulais pas la séduire, mais j'voulais l'accompagner, on a compris quoi.

_________________
470 les gens! 470 !
Mes yeux sont d'un bleu 8fb8cc
Le code de mes Rps:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Enola S. Beauchamp
Hellhounds - Professeur de Journalisme
avatar
Messages : 42
Age : 33
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Hellhounds - Professeur de Journalisme
Ven 13 Juil - 0:33
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A vision of the one I see
Benedict était un bon garçon.

Il s’était impliqué dans un possible problème pour lui sauver les fesses. Enola était reconnaissante envers son élève. Parce qu’au fond, elle n’était pas très futée et si elle était kidnappée ou bien attaquée, elle n’était pas réellement sûre de pouvoir se défendre. Elle était journaliste de bureau, pas de terrain. Bien qu’elle ait toujours voulu le faire, elle se retrouverait rapidement prise dans les soucis.

Non, il n’y avait pas réellement d’endroit mal famé. Pourtant, lorsqu’elle entendit son élève lui dire qu’elle était suivie, Enola se demanda si elle n’avait pas flairé quelque chose.  Elle hésita un instant à impliquer Benedict mais au fond, elle pouvait simplement lui demander s’il voulait ou non participer.

❝ Je suis en fait à la recherche d’indices et d’informations sur l’incendie. Je doute que ce soit réellement accidentel et je me demande si je ne suis pas sur la bonne voie du coup. Tu veux enquêter avec moi ? Ça peut être dangereux…

Oui il s’était proposé mais elle se refusait à le laisser se lancer là-dedans tête baisser sans savoir dans quoi il partait. Et puis, Le palais de Blenheim était son école autant que celle de la jeune professeure. Lui aussi avait peut-être envie de savoir ce qui s’était réellement passé lors de cet incendie.

❝ Je pense que c’est dans cet immeuble que vivait l’homme qui a disparu. Je voulais commencer par ça pour trouver des indices. Mais je pense que je vais probablement devoir entrer là-dedans en toute illégalité…

Elle commençait à se demander si elle était réellement un bon exemple pour un élève actuellement…  
Revenir en haut Aller en bas
Benedict Brown
Shakespeare
avatar
Messages : 85
Age : 20
Multi-comptes : None
Shakespeare
Ven 20 Juil - 23:25
Elle était en train de m'expliquer ce qu'elle était en tran de faire. C'était sur elle allait m'inclure dans son aventure. Je devais me retenir de ne pas trépigner sur le sol tellement ça me hypais. Ceci dit je ne pouvais pas cacher mon sourire. Ce dernier devait remonter jusqu'à mes oreilles tellement l'idée de cette excursion qui pouvait être "dangereuse". Je ne comprenais pas bien comment ça pouvait être dangereux si nous étions dans une petite ville toute neuve ou il n'y avait que des gens bien mais bon. En vrai, le fait que je puisse potentiellement me bastonner avec un ou deux mecs en cours de route me donnait envie. Jusqu'à présent je n'avais pas eu ce genre d'envies mais je trouvais les sports de combats à Blenheim pas fou. Ptet parce que l'endroit ou je prenais mes cours chez moi était bien plus craignos donc les cours étaient bien plus violent. J'avais ptet besoin d'un peu de violence. Du coup je haussais les épaules, fis semblant de ne pas avoir l'air ravis et lui répondis :

- Il n'y a pas de soucis, au moins je saurais que vous êtes en sécurité.

Oui je m'avançais un peu et oui c'était très certainement visible que mon but n'était pas tout à fait altruiste mais bon, j'avais trop envie de venir. Et puis bon, tout le monde voulait savoir ce qu'il s'était passé lors de l'incendie donc pourquoi pas moi ? Et ouai j'avais envie de savoir aussi ce qu'il s'était passé. Pis bon, elle parlait d'ouvrir des portes de façon illégale. Je levais un sourcil. Intrigué, mal à l'aise ?  Je ne savais pas tout à fait. Certes j'étais vraiment intéressé par l'idée, après tout apprendre ça ça pourrait être rigolo mais je ne savais pas trop comment prendre le fait que ce soit une de mes profs qui le fasse. Genre il fallait que je la dénonce après ? Comment je devais la considérer alors que je l'avais vue, pour la "bonne cause", faire des choses illégales ? Avais-je vraiment envie de voir ça ?

En vrai beh maintenant que je savais que je le voie ou pas ça ne changeait pas grand chose, je répondis donc d'un air plus sérieux cette fois-ci :

- Allez-y je vous suis.

Ouai mon coté vachement heureux de faire partie de cette expédition était toujours là mais il avait un peu été écrasé par mon coté sérieux. Nous allions briser la loi, et au moins une serrure, je me devais d'être sérieux.

_________________
470 les gens! 470 !
Mes yeux sont d'un bleu 8fb8cc
Le code de mes Rps:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Enola S. Beauchamp
Hellhounds - Professeur de Journalisme
avatar
Messages : 42
Age : 33
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Hellhounds - Professeur de Journalisme
Sam 18 Aoû - 18:31
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
So am I still waiting
Enola perdait définitivement de son éclat dans les yeux de son élève. C’était normal après tout, voir un professeur à l’extérieur du cadre scolaire pouvait être déroutant, surtout lorsque celle-ci vous propose de faire des choses dangereuses et illégales. Après, Enola était quelqu’un de lucide. Elle était capable de beaucoup de chose, mais elle refuserait de faire porter le chapeau à l’un de ses élèves. Elle proposerait naturellement de prendre toutes les charges sur ses épaules si jamais quelque chose devait arriver.

Alors, elle sourit au brun. Elle se senti quand même rassurée de ne pas être seul. Benedict était un garçon qui semblait avoir un minimum de force et c’était agréable de pouvoir compter sur quelqu’un. Oh, bien sûr, elle aurait pu appeler Artus si elle en avait eu besoin. Mais elle se refusait à mettre son ami en porta faux. Après tout, il était pompier. Elle ne pouvait pas se permettre de le compromettre.

Elle s’engouffra finalement dans un immeuble, un de ceux qui étaient un peu ancien et qui n’avait pas l’air très entretenu. C’est fou ce qu’un bâtiment peu vite se détérioré quand l’entretien se faire rare. La porte cochèrent était ouverte et elle commença par frapper à la porte du rez-de-chaussée. Avant toute chose, elle devait s’assurer qu’ils étaient bien au bon endroit.

Une jeune femme ouvrit la porte, surprise. Elle fixa la blonde d’un air suspicieux.

❝ Bonjour, je suis navrée de vous déranger mais je suis à la recherche d’un ami… Samuel Lengh. On m’a dit qu’il vit dans cet immeuble mais je n’ai aucune idée de l’étage.
❝ Lengh vous dites ? Chéri, Samuel Lengh ça te parle ?
❝ Pas vraiment.
❝ Désolée…
❝ Ce n’est pas grave, merci !

Enola continua son porte-à-porte. Finalement, la troisième personne lui expliqua qu’elle ne connaissait pas son nom mais qu’un locataire avait disparu du jour au lendemain à l’étage du dessus. Elle le remercia chaleureusement et grimpa à l’étage.

❝ On va entrer, on trouvera peut-être des indices.

C’était d’ailleurs étonnant que la police ne soit pas venue ici.
Enola s’agenouilla et sorti une épingle à cheveux et une aiguille pour tenter d’ouvrir la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Benedict Brown
Shakespeare
avatar
Messages : 85
Age : 20
Multi-comptes : None
Shakespeare
Dim 26 Aoû - 13:12
Je suivi finalement ma prof dans ce vieil immeuble tout pourrave. Nous n'avions pas toujours roulé sur l'or mais jamais encore nous ne nous étions retrouvés dans un tel endroit. Foresthampton la ville sans soucis et sans pauvre, on n'en était pas aux SDF mais mine de rien tout le monde ne roulait pas sur l'or. Quel genre de personnes pouvait bien habiter par ici ? Je le découvris lorsqu'une jeune femme ouvrit la porte à laquelle Mme Beauchamp avait frappé. Ladite inconnue répondit de bonne grâce aux questions qu'on lui posa tandis que je restais en retrait pour ne pas gêner l'échange. Si je ne bossais pas, je pouvais me retrouver comme ça. C'était terrible ! Parce que la femme avait beau sembler fatiguée, elle ressemblait quand même à Mme tout-le-monde et ça c'était pas cool. Fallait que je mette les bouchées double dans mon boulot pour avoir de meilleures notes.

Pendant que je me posais toutes ces questions existentielles, ma prof avait posé des questions à X personnes et avait finit par trouver une piste. Olala c'était ouf ! Une piste ! Autant dire que j'avais envie de courir partout comme un gamin en hurlant qu'on avait une piste mais ce n'était pas conseillé. Mais bon, autant dire que je souriais jusqu'aux oreilles comme un gamin. C'était bien trop excitant comme situation. Je hochais la tête d'un air rêveur lorsqu'elle me dit qu'elle comptais nous faire entrer dans un appartement à priori vide depuis un certain temps.

Je jetais un œil aux alentours histoire de vérifier que personne n'était dans le coin. Ce n'était pas le moment de se faire prendre en flagrant délit de bêtise. Ce serait gênant pour nos avenirs à tous les deux. Donc bon, globalement j'étais ultra attentif à ce qui pouvait se passer autour de nous quand soudain je posais ma main sur l'épaule de ma prof. En tant normal je ne me serais pas permis mais là j'avais cru entendre un bruit dans l’appartement sensé être vide depuis un certain temps. Ce n'avait été qu'un bruit discret mais, pour moi, il avait ressemble à un bruit de planche craquant sous le poids d'un pied. Je lui fit donc signe de ne pas faire de bruit et tentais de lui demander par signe de ne pas faire de bruit et d'écouter. C'était plutôt complexe à faire avec seulement ses mains du coup je n'étais pas certain qu'elle avait compris ce que je voulais dire. C'est pour cette raison que je restais ensuite immobile, prêt à repousser la prof si jamais il y avait un truc qui bondissait de derrière la porte. Comment ça nous n'étions pas dans un film d'aventure investigation ? Mais si voyons !

_________________
470 les gens! 470 !
Mes yeux sont d'un bleu 8fb8cc
Le code de mes Rps:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Enola S. Beauchamp
Hellhounds - Professeur de Journalisme
avatar
Messages : 42
Age : 33
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Hellhounds - Professeur de Journalisme
Lun 17 Sep - 23:27
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A vision of the one I see
Un craquement retentit.
Enola l’avait entendu et, aux vues des signes que lui faisait son élèves, Benedict avait également entendu du bruit. Alors Enola s’arrêta, aux aguets. Elle posa sa tête contre la porte pour écouter ce qu’il se passait à l’intérieur. Et il n’y eut plus un bruit pendant plusieurs minutes. De longues minutes. Enola estima qu’il s’agissait alors de leur poids sur le planché qui avait fait craquer le parquet. Ça arrivait partout. Elle reprit alors ses mouvements, essayant subtilement d’ouvrir cette fichue porte.

Qui finit par se déverrouiller.
Mais ce n’est pas les talents de crocheteuse d’Enola qui furent récompensé, mais une vieille dame surprise qu’on essaie de forcer sa porte.

❝ Je peux vous aider.
❝ Oh mon Dieu. Non je suis désolée. Je pensais que cet endroit était vide.
❝ Je loue cet appartement depuis une semaine.

Un silence répondit à la question alors qu’une voix s’élevait depuis ce qui sembla être le salon.

❝ Tout va bien Micheline ?
❝ On a voulu me cambrioler.
❝ Mais non ! Nous cherchons Samuel Lengh !
❝ Jamais entendu parler de cet énergumène.
❝ Il vivait ici avant et il a disparu.
❝ Il a dû aller à la ville, les jeunes font ça maintenant.
❝ Oh… Merci en tout cas et désolée, vraiment.
❝ Ouais… Que je ne vous revoie pas dans le coin ou j’appelle la police.

Enola hocha la tête et la porte se referma sur eux. Elle glissa un regard à Benedict, gênée de l’avoir entraîné dans un guet-apens pareil.

❝ Je suis désolée, je crois que ma piste s’arrête ici pour le moment…
Revenir en haut Aller en bas
Benedict Brown
Shakespeare
avatar
Messages : 85
Age : 20
Multi-comptes : None
Shakespeare
Dim 21 Oct - 16:11

La situation semblait plutôt cocasse : une prof respectable de Blenheim prise en flagrant délit en train de crocheter la serrure d'une petite vieille. ça c'était un scoop qui pourrait tourner sans aucun soucis à Blenheim. C'était ironique tien d’avoir des infos potentiellement embarrassantes sur une journaliste. En vrai j'en aurais rigolé si j'étais pas super mal à l'aise, je ne comprenais même pas que la vieille n'aie pas rameuté tout le monde et appelé là police. J'aurais eu l'air fin si ils avaient contactés mes parents tien. En gros on l'avait échappés belle mais ça ne m'empêchais pas de rire nerveusement une fois que nous fûmes sortis du bâtiment. Je répondis alors à la prof.

- Pas la peine de vous excuser, j'me doute bien que vot' but n'était pas de vous faire choper par une vieille... ça vous arrive souvent ce genre de trucs gênant ?

Oui quand j'étais pas bien j'avais tendance à reprendre mes anciens tics de langage et mon accent natal. Pas que je cherche à les cacher d'habitude mais voila, en général ça signifiait qu'il fallait que j'aille me défouler un coup. Genre là j'avais besoin de déstresser, mine de rien ça m'avait fait sacrément bizarre. Je passais la main dans mes cheveux, le temps de réaliser et ajoutais :

- En vrai c'était cool mais c'est l'heure pour moi de rentrer. J'peux vous raccompagner chez vous si vous voulez pas vous faire ennuyer, si vous avez pas besoin je veux bien que vous me meniez jusqu'à la rue principale si ça vous embête pas...

Eh beh oui, mon sens de l'orientation ne s'était pas amélioré en rentrant dans le bâtiment. Bref, je lui emboîtais le pas et rajoutais :

- Si un jour vous avez besoin à nouveau d'un garde du corps ou d'un compère pour crocheter des serrures j'peux vous donner mon numéro si vous voulez.

Je rigolais mais disait cela à moitié en plaisantant, en vrai ça aurait été cool de faire ce genre d'investigations de temps à autres.

_________________
470 les gens! 470 !
Mes yeux sont d'un bleu 8fb8cc
Le code de mes Rps:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: