Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Lun 29 Mai - 22:36
Lundi. Benjamin arrêta mécaniquement son réveil, lequel venait de le tirer d’une bien agréable torpeur, à grand renfort de paume lourde abattue sur le bouton snooze de l’appareil. Ceci fait, le français commença par s’extirper de sous la couverture qui l’avait gardé bien au chaud, d’une manière presque maternelle, tout au long de la nuit précédente. Il devait se rendre au Palais de Blenheim pour poursuivre sa formation de futur professeur de français ; formation déjà bien entamée depuis le début du mois de Juin de cette année. Concrètement, il n’avait eu en tout et pour tout qu’une petite dizaine de jours de vacances pour profiter de son diplôme et du reste.

Se loger n’avait pas été réellement un casse-tête. Kaelen ayant repris la boîte de nuit d’un individu dont le blond n’avait pas retenu le nom – autant être honnête -, ils avaient pu s’installer rapidement dans l’appartement jouxtant la boîte de nuit. Heureusement, les murs étaient si bien insonorisés que Benjamin pouvait tranquillement potasser les documents de sa formation où poursuivre son projet d’écriture en toute quiétude. Il n’entendait rien de ce qu’il se passait en bas. Un petit coin de paradis où l’artiste des mots appréciait plus que de simple mesure de se retrouver après une longue journée passée à apprendre – une sorte de retour sur les bancs de l’école… avec pour finalité de se retrouver derrière l’un des bureaux professoraux.

Il angoissait un peu. Légèrement.

Ceci étant dit, Benjamin profitait aussi d’un tout nouveau pan de sa vie ; vivre avec sa fiancée. Et ce matin, il mit à profit les quinze minutes d’avance qu’il avait réussi à obtenir pour préparer le petit déjeuner à Kaelen et le lui apporter sur un plateau, près du lit conjugal. Il fit attention à ne pas réveiller le fils de son amie Arsène, et s’apprêtait à partir de l’appartement, à pas de loup.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Mar 30 Mai - 0:48
So I am still waiting
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]La nuit avait été longue. Très longue. Le rythme de vie que s’était imposé Kaelen en ouvrant son commerce était difficile. Elle s’y attendait, pour être honnête, mais elle avait du mal à gérer. Pour veiller  à rentrer plus d’argent et pouvoir se refaire plus rapidement, la jeune femme avait décidé d’ouvrir toute la journée. Le matin et l’après-midi, la boîte de nuit prenait le visage d’un pub. Rien ne changeait au niveau du décor, les clients étaient parfois surpris de se trouver là. La carte n’affichait que des plats basiques et typiques de la cuisine britanniques. Le matin, c’était viennoiseries en tout genre et English Breakfast plus ou moins complets. Le midi, plutôt des club sandwichs variés servis avec de l’écrasé de pomme de terre ou des frites et des haricots verts. Le menu était simple et rapide, elle cherchait surtout à toucher les étudiants qui souhaitaient changer de Blenheim ainsi que les employés des entreprises alentours.

A seize heures, les cuisines fermaient et le pub également. Il ne rouvrait qu’à dix-neuf heures pour reprendre son air de boîte de nuit.

En tout, Kaelen avait engagé trois employés : Un serveur, un DJ et un cuisinier. Une petite annonce trônait sur la porte de son commerce : « Frozen Nights recherche un serveur pour un job à temps partiels le soir de 19h à minuit. Merci de nous envoyer vos candidatures par e-mail à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] » Elle n’était pas sûr de trouver quelqu’un mais, qui ne tente rien n’a rien.

Toujours était-il que, Kaelen avait des journées bien remplies. Levée à 7h, elle ouvrait le pub à 9h donc devait être au boulot à 8h. Elle ne faisait une pause qu’à partir de 15h et jusqu’à 22h après quoi elle retournait en salle pour reprendre le job de serveuse jusqu’à 3h du matin.

Le rythme était d’enfer. Pourtant, elle avait fait en sorte de laisser une place à sa vie de famille. Parce qu’elle était fiancée. Ça aussi, c’était une grande nouveauté. Si on lui avait dit ça quelques années plus tôt, elle n’y aurait pas cru. Mais avec lui, tout était possible.

Le soleil s’infiltrait timidement dans leur chambre à coucher, effleurant à peine le visage encore endormit de la jeune femme. Ce qui la tira de son sommeil, plus que la lueur du jour, fut la place froide près d’elle. Elle grogna un peu face à l’absence de son cher et tendre, mais ne quitta pas le lit pour autant. Après un coup d’œil à son portable, elle savait qu’elle ne se rendormirait pas vraiment. Elle se leva et aperçu finalement le plateau près du lit. Un sourire étira les lippes carmines et elle quitta l’étau douillet pour rejoindre le salon. Il était là, près à partir. Elle se glissa dans son dos, passant ses bras autour de sa taille et posant son front dans le creux de son dos.

« Bonjour toi… »

Kaelen n’était pas tous les jours ronronnante au réveil, mais après ce genre de petites attentions, comment être de mauvaise humeur ?

« Tu pars déjà ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Sam 3 Juin - 12:10
Il pensait faire comme à l‘accoutumée et partir discrètement, sur la pointe des pieds, afin de ne déranger Kaelen qui avait grand besoin de dormir. Le rythme de vie qu’elle s’imposait depuis qu’elle avait repris ce bar était infernal mais Benjamin ne se sentait pas de faire la moindre remarque ; il voyait bien que c’était de la ‘bonne fatigue’. Sa fiancée aimait tout particulièrement ce qu’elle faisait et cela n’aurait pu être qu’une chose positive aux yeux du Perrault. Même sa famille directe avait bien prit le fait qu’il demande pour épouse une personne de ce calibre – alors qu’étrangement, ses grands-parents n’avaient pas daignés faire suite à son annonce. Mais pour Benjamin, cela importait peu. Tant que ses parents et ses frères et sœurs approuvaient ses choix, alors il ne craignait ni les vents ni les marées.
Ceci étant dit, alors qu’il allait franchir le seuil de l’appartement où il résidait désormais, il sentit une paire de bras l’enlacer depuis son dos. Souriant, le français s’arrêta un instant, posant une main large et chaude sur celles de sa fiancée. « Il faut bien, sinon je vais être en reta… »

Une vibration dans la poche de sa veste lui indiqua qu’un sms venait de lui arriver sur son portable. Laissant donc sa main libre aller quérir l’objet susnommé, le blond remarqua alors qu’il s’agissait d’un message de sa formatrice de la semaine ; lui annonçant qu’elle risquait d’être en retard du fait d’un imprévu chez elle, à Fosterhampton. Sa formation débuterait donc en début d’après-midi et non pas en matinée, comme cela avait été initialement prévu. Soit ; Benjamin se plait aux directives et exigences de la situation, aussi il rangeait son appareil et défi un peu l’étreinte de Kaelen pour mieux faire volte-face en sa direction été l’étreindre lui-même.

Il vint embrasser son front. « Il semblerait que le karma ait été de son côté, ce matin. » Il eut un rire léger avant de reprendre. « Ma formatrice a un imprévu chez elle ce matin, je peux me pointer à la formation en début d’après-midi. J’ai donc la matinée de libre, maintenant. » Il attendait de voir ce qu’allait dire Kaelen. « Bien dormie, trésor ? »

Il aimait tout de même ponctuer ses phrases d’un soupçon de français. N’était-il pas amoureux de sa langue ?

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Dim 4 Juin - 15:17
Never look back
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Si Kaelen avait été la grande rebelle incomprise qu’elle croyait être lorsqu’elle avait dix-neuf ans, elle s’était beaucoup assagie après son rapprochement avec Benjamin. Elle s’était même ramollie un peu. Rien qu’un peu, faut pas pousser mémé dans les orties non plus. Elle gardait ce caractère fort et imposant qu’elle avait, qui lui était d’ailleurs très utile lorsque des petits cons essayaient de s’en prendre à elle dans la boîte.
Par contre, lorsqu’elle était avec lui (et qu’ils ne se disputaient pas), elle était beaucoup moins tranchante qu’elle n’avait pu l’être.  Oh, elle gardait ce piquant et ce sarcasme qui la caractérisait. Mais, il était sa famille maintenant. Et les moments de douceur entre eux étaient tellement agréable qu’elle en cherchait le plus possible.

Benjamin travaillait dur pour parvenir à perfectionner sa méthode d’enseignement. Et elle était très fière de ce qu’il était devenu. Elle espérait simplement que cet emploi lui laisserait du temps pour écrire, pour se faire publier et pour devenir le grand auteur reconnu de tous qu’il espérait et qu’il méritait. Est-ce qu’elle était objective ? Probablement pas vraiment. Mais elle avait une confiance aveugle dans les capacités de son cher et tendre.

Encore un peu endormie, elle conserva son visage près du dos de son amant. Il était confortable, le bougre. Elle avait aménagé ses horaires pour pouvoir récupérer le fils d’Arsène à l’école et pour passer du temps en famille. Et puis, à dix heures, elle disparaissait jusqu’au lendemain matin. Mais, ça ne lui laissait pas beaucoup de temps pour voir Benjamin en tête à tête. En dehors du lundi ou elle faisait en sorte de coucher le petit garçon rapidement pour pouvoir profiter de son fiancé.

Elle senti aussi la vibration et le laissa répondre sans bouger d’un cil. Elle était bien là et n’avait aucune envie de changer de place. Mais, elle fut quelque peu obligée lorsque Benjamin rangea l’appareil et se retourna pour la prendre contre lui. Cette place-là n’était pas mal non plus. Elle vient enfouir son nez contre son cou et l’écoute sagement, un sourire étirant ses lèvres.

« C’est une bonne nouvelle ça… Tu vas pouvoir venir avec moi au bar pour travailler sur la liste des invités. »

Elle recula un peu, un sourire ornant le coin de ses lèvres. L’organisation du mariage allait être longue, et ils allaient devoir trouver un lieu, une date, faire les plans de tables, trouver des fleurs, un traiteur. Rien que d’y penser ça lui donnait le tournis.

« J’adore ta mère mais si on ne lui donne rien à se mettre sous la dent, elle va débarquer ici. Et on n’a pas la place pour l’accueillir. »

Et Kaelen refusait d’être stressée au maximum plus de six mois avant l’événement. La semaine avant ça lui suffirait amplement.

« D’ailleurs, tu as une idée d’où on pourrait faire ça ? On peut faire ça en France si tu veux, j’ai pas spécialement d’attache à l’Angleterre. On va juste avoir du mal à sortir quelques étudiants de Blenheim. »

Elle s’ébroua. Elle n’avait même pas pris son petit-déjeuner. Elle inspira un peu et se détendit.

« Je vais manger un bout de ce merveilleux plateau qui est apparu comme par magie au pied du lit et prendre une douche. Je te retrouve après ! »
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Lun 5 Juin - 20:56
Kaelen n’avait jamais fait –tout du moins de mémoire de Benjamin – d’ombre au nom des Outrageous. Elle savait comment gérer les choses et surtout ne manquait jamais une opportunité, quelle qu’elle soit. Jamais. Et c’était aussi ça qui impressionnait le français, chez elle. Il savoura le contact amoureux de leurs lèvres avant de passer une mains dans ses cheveux noirs. Il était tellement amoureux d’elle. La fusion entre eux était totale, ce qui expliquait les pics divers et variés qui ponctuaient leur vie de couple loin d’être monotone.

A la mention de sa mère, Benjamin eut un rire franc. « Je ne peux qu’admettre qu’elle a ses… ‘défauts’ à certains niveaux, comme celui-ci, par exemple. Elle veut juste bien faire… Mais elle en fait trop. » Ce ne fut pas toujours une mauvaise chose, cela dit. Toutefois pour l’organisation de son propre mariage, Benjamin aurait voulu être laissé un peu en autonomie, c’était bien vrai. Il n’était plus un enfant maintenant et culminait déjà au sommet des vingt-trois ans. Ses années au Palais de Blenheim lui avaient beaucoup apportés, notamment en matière d’initiative et d’autonomie.

En revanche, les mots de Kaelen le plongèrent dans une certaine réflexion. « Huuuum. Et pourquoi ne pas faire deux cérémonies ? Une en France – la propriété de mes parents sera largement assez grande – avec ceux qui peuvent se déplacer et une autre ici, pour les autres ? Peut-être même qu’on pourrait voir avec la direction du Palais pour organiser quelque chose à l’intérieur ? Nous sommes tous les deux d’anciens élèves après tout alors pourquoi pas ? » C’était une solution comme une autre, après tout. Le côté pratique en plus.
Il est vrai qu’en général, Benjamin appréciait de pouvoir satisfaire le plus de monde possible. Restait à voir si c’était effectivement faisable ou non.

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Lun 12 Juin - 21:33
On rentre du boulot
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle n’avait pas toujours été amoureuse de lui. Benjamin avait d’abord été un ami, un bon camarade avec lequel elle s’amusait à regarder une série policière. Puis, la camaraderie s’était transformée en amitié, puis en amour. Elle avait été la première à sombrer dans cet océan obscur. Elle avait tenté de s’en défaire, d’avancer, lorsqu’il l’avait repoussé. Ben avait été adorable ce soir-là, et ils avaient pu rester amis. Même si elle s’était montrée un peu plus distante qu’avant, ce qui était compréhensible, elle avait continué de venir regarder cette série près de lui.

Mais aujourd’hui, tout ça c’était fini. Parce qu’elle était sienne, et qu’il était sien. Bien évidemment, chacun restait libre de ses mouvements. Mais elle savait qu’ils iraient jusqu’à la fin de leurs vies ensemble, côte à côte. Et, à 90 ans, ils s’engueuleront encore pour savoir si la blanquette c’est bon ou dégueulasse, pour savoir quel chat a fait ses besoins dans l’entrée ou de quelle couleur ils vont repeindre le living-room. Et pourtant, quand leur équipe de rugby sera auprès d’eux, ils seront les plus heureux du monde.

« Je sais qu’elle veut bien faire, je l’adore pour ça. »

Elle sourit un peu. La famille Perrault avait peu à peu pris la place de sa famille dans son cœur. Les Knightwalker n’approuvaient même pas cette union qui ne pouvait rien leur apporter. Elle n’était qu’un bout de viande bonne à marier au plus offrant. Mais elle ne se laissait pas faire. Elle n’avait pas eu besoin d’eux pour ouvrir son commerce, elle n’en n’aurait pas non plus besoin pour se marier avec l’homme dont elle était amoureuse.

Elle entra dans la salle de bain, laissant tomber sa chemise de nuit à ses pieds, tout en écoutant son amant.

« C’est impossible… Tu sais que je ne peux pas quitter le club très longtemps. Faut que le lundi je sois au boulot. En plus je manque d’effectif en vrai. »

Ça lui pesait de ne pas pouvoir se libérer plus mais, fermer un week-end  à Fosterhampton, c’était suicidaire. Elle était le seul commerce de ce genre et les étudiants avaient besoin de décompresser le week-end. D’ailleurs, elle avait un projet qu’elle voulait monter et qui lui ramènerait peut-être plus de clients.

« Mais si on peut demander à Foster… Tu crois qu’il dirait oui ? Il va falloir l’inviter non… ? »

Elle eut un sourire en coin. Elle espérait secrètement qu’il mette un peu d’ambiance et qu’il rende la mère de Ben folle. Elle l’imaginait parfaitement sortir avec un costume jaune à pois vers.
Mais se marier à Blenheim avait toute une signification pour eux. Elle espérait que Marianne n’essaie pas de les convaincre de faire ça dans le sud de la France. Pas qu’elle n’aurait pas aimé le faire mais, elle ne pouvait pas. Et puis, ils s’étaient rencontrés et aimés à Blenheim. N’était-ce pas l’endroit parfait ?
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Mar 13 Juin - 11:58
Benjamin entendait bien ce que lui disait Kaelen. Elle ne pouvait laisser son bar fermé pour un week-end alors qu’il était encore tout jeune du fait de sa récente reprise. Il le comprenait bien et ne chercherait pas à dire quoi que ce soit à ce propos. Après tout, Kaelen avait déjà eu la gentillesse – et la patience – de bien vouloir se marier en blanc, en utilisant la robe de mariée de sa mère à lui ; c’était déjà une énorme concession venant d’elle, il le savait. Chacun devait travailler de manière à se guider mutuellement vers un mariage qui resterait longtemps dans les mémoires. Enfin, au moins un peu.

D’humeur rayonnante, Benjamin rejoignit Kaelen dans la salle de bain, l’enlaçant depuis son dos. Un rire fut relâché alors. « C’est ce à quoi je pensais lorsque je t’ai proposé de voir avec l’administration du palais de Blenheim, mon ange. Fatiguée ? Ou alors je m’étais mal exprimé, peut-être ? ». Il aimait la taquiner, même si ce n’était pour ‘pas grand-chose’, au final. Il lui semblait que le temps où il l’avait balancé dans le lac avant de capter qu’elle ne savait pas nager ne remontait pas à tant que ça, présentement.

« Et oui, inviter Foster me paraît être, sinon une bonne idée, au moins une obligation. Je veux dire, malgré ses débordements, il a tout de même ait beaucoup pour nous, non ? Je ne pense pas que ça posera problème à ma mère si le mariage se fait en Angleterre. Tu sais, pour elle, le plus important, c’était avant tout que tu acceptes sa robe de mariage, donc bon. » Au moins, cela leur laissait une marge de manœuvre un peu plus confortable. »Il va aussi falloir que j’aille faire des essayages pour mon costume de marié, aussi. » Ce qui était un détail non négligeable, il est vrai… Le Perrault souhaitait parfois penser à tous en même temps, ce qui lui faisait oublier des choses qu’il n’était pas pensables de voir passer à la trappe. Benjamin, en somme.

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Dim 18 Juin - 1:12
On rentre du boulot
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Kaelen aimait ces moments. Des moments quotidiens qui étaient finalement plus doux que des moments de tendresse purs. Le sentir se soucier d’elle, tourner autour de lui et le frôler, manger tous les deux, parler tout simplement. Elle était niaise, elle le sentait. A la fois elle détestait ça et faisait mine de le dissimuler en dehors de son chez elle, à la fois son côté fleur bleue reprenait le dessus sans souci dès qu’elle était seule avec lui. Il était le seul qui pourrait la voir ainsi. A jamais.

« Arrête de te moquer de moi, je suis crevée. » souffla-t-elle en venant lui souffler un baiser. « Ça me va. Il mettra l’ambiance le vieux Foster. »

Un sourire en coin étira ses lèvres. Dieu, si elle savait ce qui allait se passer durant ce mariage, elle ne serait pas si sereine. Mais, dans l’événementiel, si tout se passe bien, ça n’a aucun intérêt, n’est-ce pas ? Un mariage sans problème est sans saveur.

Ah, la robe. Dans un élan contradictoire, Kaelen avait décidé que, si elle devait se marier un jour, la robe serait noire. Oui oui, noire. Comme le reste de sa garde-robe. Néanmoins, Marianne avait fini par user de tous les stratagèmes possibles – y compris corrompre son fils – pour qu’elle accepte de porter la robe de sa future belle-mère.
Après, Kaelen devait bien avouer que la robe était magnifique. Mais elle était têtue.

Sa dernière phrase lui arracha un sourire. Complètement nue, elle se tourna vers lui, passant ses bras autour de son cou, se mettant sur la pointe des pieds pour atteindre son oreille.

« Tu dois t’en occuper oui. Et j’espère que la seule pensée que j’aurais en le voyant c’est de te l’enlever. »

Elle recula, un sourire mutin aux lèvres. Elle se défit de son étreinte et se glissa dans la cabine de douche, allumant le jet d’eau.

« Tu as une idée pour les fleurs ? Le gâteau ? La musique ? Est-ce qu'on fait  un mariage thématique ? J'aimerais bien un mariage thématique. Comme une période de l'histoire... Les années 20, les années 50... »
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Lun 19 Juin - 13:32
Penser que Sir Foster serait présent tira un sourire à Benjamin. Il connaissait assez bien le propriétaire du Palais de Blenheim, maintenant, pour savoir de quoi il retournait – le bal entièrement masqué avec impossibilité de savoir qui était qui en était, par ailleurs, un parfait exemple. Il espérait juste que tout ce beau monde épargnerait des imprévus trop… imprévisibles à sa mère. Elle se faisait une joie du mariage à venir, même si en soit rien n’était foncièrement prêt encore. Les choses s’entassaient petit à petit mais la finalité et le grandiose n’était pas encore totalement au rendez-vous. Les toutes dernières démarches se feraient, de facto, avec la demande qu’ils feraient au Palais de Blenheim concernant la cérémonie de leur union à venir.

Rien que d’y penser, Benjamin tremblait quelque peu. Mais il se reprit bien vite ; déjà parce qu’il n’était pas du genre à se laisser broyer par une telle pression – nous ne parlons pas ici d’examens ou autre du même acabit, c’était son mariage et un pas de plus vers le pas adulte qu’il embrassait sans réserves aucune. Ensuite, parce que la vision de sa fiancée en tenue d’Eve suffisait à lui retirer toute obscurité qui aurait pu venir gêner son jugement.
Il ne répondit rien et eut en retour une envolée de questions impossible à juguler en une fois. Il avait oublié que, parfois, Kaelen pouvait vouloir penser à un million de choses à la fois. « Euh… Absolument pas, non. Un thème pourrait être bien, oui, après, pour se décider… Pourquoi ne pas contempler quelques illustrations des différentes époques, pour bien faire ? Ainsi on saurait à peu près à quoi s’attendre pour la cérémonie. Je suis certain que ma mère sera la première apprêtée mais au moins les autres invités sauront sur quel pied danser. »

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Sam 24 Juin - 23:27
Et je vais fêter ce renouveau
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle se glissa sous le jet d’eau. Elle aimait de délasser au petit matin et se réveiller lentement au son de l’eau.
Etait-elle stressée par le mariage ? Absolument pas. C’était Benjamin qu’elle allait épouser. Ca se passerait forcément bien. La famille Perrault était bien plus tendue qu’elle. On lui avait très vite fait comprendre qu’il allait s’agir d’un mariage traditionnel. Et qu’elle serait soumise aux désirs de sa belle-mère. Bien qu’elle ne doutait pas une seconde pouvoir donner son avis. Elle n’avait pas non plus envie de lui faire de la peine. Et puis, peut-être qu’au fond, le mariage de princesse ne lui déplaisait pas tant que ça.

Et puis, Ben lui répondit. Bien sûr qu’il n’avait pensé à rien. Elle eut un petit rire amusé. Pourtant, c’était lui le plus romantique. Elle hésita un peu.

« J’ai fait des recherches sur le langage des fleurs. Certaines sont ressorties plus que d’autres, tu jetterais un œil et on choisira après ? Je te l’enverrais par SMS. »

Elle frissonna un peu, attrapant finalement le savon pour se laver. Elle réfléchit un instant et continua sur sa lancée.

« Pour le gâteau, on pourrait donner nos parfums au pâtissier ? Chocolat, Vanille, Raisin. On pourrait se trouver avec quelque chose de très sympa. »

Elle se rinça et passa la tête par la porte de la douche.

« Tu me passes une serviette s’il te plaît ? Et je suis d’accord ! On va faire ça. Faut pas trop tarder si on veut que les gens s’habille dans ces thèmes… Il y en a un qui te tenterait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Dim 25 Juin - 21:49
Chaque détail importait. Benjamin n’était même pas étonné de constater l’attachement de sa fiancée à ce genre de détails. C’était assez typique de la voir agir ainsi. Après tout, elle était une ex-Outrageous et même les histoires de castes et de spécialisations pouvaient ne pas réellement déboucher sur du concret par la suite… Il y avait tout de même des traits qui ne trompaient pas. Le moindre détail avait son importance, les Outrageous étaient impossibles à soumettre mais ils obéissaient tout de même à un instinct qui les portait vers l’amour non négligeable de l’archi-détail en contrepartie.

Il sourit en l’observant se mouvoir, serpent charmeur par lequel il n’était pas effrayé de se faire mordre.

« Je regarderai la signification des fleurs lorsque j’aurai une pause, cette après-midi. Et j’approuve pour le gâteau. Je ne suis pas très friand de chocolat mais en soit, avec des saveurs équilibrées, je suis certains que le résultat sera au rendez-vous. »

Il n’attendait guère que Kaelen lui demande une serviette pour se saisir de l’une d’entre elle puis, vint se saisir des lèvres de sa fiancée tandis qu’elle palabrait, la tête hors de la cabine de douche.

« Faisons les choses par étape. Cela aussi, nous verrons, mais déjà, avant de penser aux tenues, essayons d’organiser une idée, même vague, de ce à quoi ressemblera notre mariage, tu veux ? »

Il lui tendit la serviette.

« Ménages-toi. Je sais que tu veux toujours tout mener de front mais n’oublies pas que cette fois-ci, ce n’est pas qu’une question de toi. Je suis là aussi. J’aiderai. Alors prends un peu de recul et ne vas pas trop vite en besogne, ce serait contre-productif. »

Elle se tuait déjà au travail, inutile d’en rajouter une couche supplémentaire avec des questions fusant dans tous les sens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Sam 8 Juil - 22:58
Et je vais fêter ce renouveau
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Un petit sourire. Un petit plaisir. Elle aimait ce moment paisible. Pas de dispute, pas de prise de tête. Juste eux deux et un coin de paradis.
Elle répondit au baiser de Ben avec plaisir, attrapant la serviette pour s’enrouler dedans. Elle l’écouta doucement, eut un petit rire.

« D’accord, d’accord. Excuse-moi. »

Elle était habituée à tout gérer, encore plus depuis qu’elle avait ouvert la boîte de nuit. Elle passa ses bras autour du cou de son amant, ses cheveux venant mouiller doucement la chemise du blond.

« Et si on retournait s’étaler sur notre lit pour discuter de ce qu’on aimerait pour le mariage ? Comme si on écrivait un roman. »

Ça lui parlerait. Et Kaelen aimait écouter Benjamin raconter des histoires. Elle attrapa un peignoir, l’enfila et quitta la pièce. Elle garda la main de son fiancé dans la sienne pour l’entraîner jusqu’à la chambre.

« Tu avais des rêves de petits garçons pour te marier ? Ou tu te contentais d’espérer tel un soupirant que tu trouverais la femme de ta vie sans jamais y croire. »

Elle avait eu des rêves de petites filles, des jeux d’enfants avec Jesper lorsqu’ils n’avaient que six ans. Des rêves d’adolescentes aussi, malgré qu’ils soient honteux à ses yeux à l’époque. Elle préférait dire qu’elle ne se marierait jamais, qu’elle porterait du noir, qu’elle serait à moitié dépressive. Et finalement, ça ne serait rien de tout ça. Et sa réelle idée du mariage pourrait peut-être s’ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Dim 16 Juil - 18:14
Il lui rend un sourire mérité. Kaelen était toujours prompte à prendre son avis en compte, chose plus que plaisante et appréciée. Surtout que, l’ayant connu, cette demoiselle, bien avant de songer un jour qu’il l’épouserait, jamais Benjamin n’aurait pu imaginer qu’elle puisse un jour déléguer de la sorte. Elle, toujours habituée à toujours tout prendre en main à tous les niveaux. Il aimait à croire qu’il n’était guère si étranger que cela dans ce processus.

« Je te suis, allons-nous recoucher un peu. »

Desserrant sa cravate et laissant sa veste ainsi que ses chaussures respectivement sur le dossier d’une chaise et à côté, Benjamin se rallongea un peu aux côtés de sa fiancée.

« Tu veux entendre une histoire ? Ma foi, pourquoi pas. »

Rire.

« Non, je n’avais pas vraiment dans l’idée de me marier, en réalité. J’y songeais un peu, certes, comme tout le monde, mais rien de plus. C’était quelque chose d’assez irréel pour moi, je pense, dans le fond. »

Et c’était vrai que jusqu’à sa rencontre avec Kaelen, il n’y avait jamais sérieusement songé. Même avec Ashley, l’idée ne lui était jamais vraiment venue en tête. Sans doute était-ce là le signe que ce n’était pas la bonne. La question ne se posait désormais plus. Il avait trouvé son étoile.

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Sam 29 Juil - 12:58
Carry on.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle n’avait jamais cru aux liens d’amour. A ceux qui ne se forment qu’une seule fois dans la vie, à ceux qui sont si fort qu’ils résistent aux vents, aux marées, aux tempêtes et aux ouragans. Elle n’avait jamais cru au grand amour. Parce que, les comédies romantiques, les romans à l’eau de rose, les séries pour adolescentes, tout ça brossait un portrait trop peu réel de la vie. La vraie, vie.
Elle avait vu son père abandonné l’amour qu’il avait éprouvé pour sa mère au profit d’une mégère cruelle et égoïste, elle avait vu son demi-frère se fiche complètement de l’affection qu’elle lui portait, et elle avait subi l’abandon de ce père qui n’en n’avait plus eu rien à faire de sa fille.
C’est pour ça qu’elle avait abandonné toute idée de l’amour en tant que sentiment. Qu’elle s’était adonnée aux plaisirs de la chair simples et agréables. Enchaîner les hommes sans jamais penser à plus, c’était si facile.

Et puis, il y avait eu lui.
Il s’était implanté dans sa vie, dans son cœur, dans sa tête. Il avait balayé d’un sourire, d’un regard, d’un mot, les défenses pourtant bien solide de la brune. Il s’était imposé à elle sans qu’elle ne s’en rende compte. Et comment aurait-elle pu résister à ces yeux marrons, à ces fossettes, à ces mèches blondes, à ce poète romantique qui lui avait fait ravaler ses idéaux de femme forte et fatale ?
Elle n’a pas pu. Elle a simplement sombré complètement dans ses bras, avant même que lui ne sache qu’il ne l’aimait en retour.
D’ailleurs, la période où elle s’était faite rejetée par le jeune homme avait été douloureuse, ne faisant alors que confirmer ce qu’elle pensait avant ça. Et il avait eu de la chance, de ne pas avoir trop tardé. Car  il aurait pu retrouver une jeune femme complètement verrouillée face à la possibilité d’une relation amoureuse.

Elle l’écouta doucement, effleurant sa joue du bout des doigts avant de s’installé correctement dans ses bras. Pour être honnête, elle n’avait pas faim. Elle avait juste envie de profiter de lui. De ce silence apaisant, de sa chaleur, de son odeur. Elle souhaitait simplement que ce moment paisible d’infinie tendresse ne s’arrête jamais.

« Qu’est-ce qui te tient à cœur, pour ce mariage, Benjamin ? »

Un murmure, presque imperceptible. Les yeux fixés sur l’écran éteint de l’ordinateur qui trônait dans leur chambre, les doigts traçant délicatement les contours de sa chemise.
Ce mariage, c’était le leur. Et tout ce qui comptait pour elle, c’est que Benjamin soit heureux. Heureux d’avoir choisi cette nana mal fagotée et mal lunée pour passer le reste de sa vie avec elle, heureux de pouvoir dire qu’elle était belle, heureux d’avoir été là. Elle ne voulait pas qu’il soit l’un de ces maris qui subissait tous les choix de leur compagne.
Elle ne voulait pas qu’il regrette son choix, parce qu’elle en mourrait.

Alors, elle se redressa doucement, observa la ligne du visage de son compagnon, effleura ses lèvres du bout des doigts et sourit un peu.

« Je t’aime, sale blond. »

Parce qu’il serait toujours son sale blond. Mais ce qui comptait le plus, c’était que c’était le sien, et pour toujours. Et si les déclarations spontanées de la jeune femme étaient rares, elles n’en étaient pas moins sincères.
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Mer 16 Aoû - 21:07
Ce sujet de mariage avait le don de lui fait perdre ses moyens – à moins que ce ne fut-ce là que l’influence de Kaelen sur la propre personne, ce qui n’aurait pas été si étonnant que cela, au final. A vrai dire, il ne comprenait pas vraiment ce que sa fiancée voulait obtenir de lui avec ses questions. Lui était simplement heureux et satisfait de se marier, le reste n’était que détails et poudre aux yeux.
Passant une main dans les cheveux noirs de jais de sa compagne, Benjamin ne chercha guère à éluder la question ou à formuler des phrases trop complexes pour s’exprimer. Il était capable de simplicité, lui-aussi, de temps à autre. Les déformations professionnelles ne demeuraient nullement en permanence. « Ce qui me tient vraiment à cœur, pour ce mariage ? Tu veux vraiment le savoir ? »

Il sourit avant de reporter son attention sur le plafond. Puis, il laissa les mots couler, lui échapper, sans même essayer de les retenir. « Ce qui me tient à cœur, c’est que mes parents soient là. Ce qui me tient à cœur, ce sont que mes frères et sœurs soient tous présents. Ce qui me tient à cœur, c’est que la cérémonie se passe pour le mieux… »

Laissant un peu ses palabres en suspens, il se redressa malgré tout un peu, venant enserrer le visage de Kaelen entre ses mains, en coupe. Puis, confrontant leurs regards, il eut un sourire sincère, léger mais ô combien déterminé. « Mais par-dessus tout, ce qui me tient à cœur, chérie, c’est que ce soit toi que je vais épouser et avec qui je compte bien vivre une longue vie, pleine de rebondissements. » Pour conclure sa phrase, il vint l’embrasser avec toute la tendresse dont il était capable. « Moi aussi je t’aime, Kaelen. »

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Ven 18 Aoû - 3:17
Nous sommes un.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Pouvait-on être aussi niais ? Heureusement qu’ils n’étaient qu’eux, seuls dans cette petite chambre étroite de leur petit appartement au cœur de Fosterhampton. Heureusement que Kaelen avait évolué. Parce que, si une déclaration spontanée de sa part n’était pas chose aisée à obtenir, être témoin de l’inverse était tout aussi rare. Kaelen n’avait jamais su accepter les compliments, les déclarations, les promesses. Elle n’avait jamais appris à le faire. Enfant, les mots qu’elle avait pu avoir avec Jesper s’étaient volatilisés dès qu’ils s’étaient perdus de vu. Et pourtant, ils s’étaient souvent promis de ne rester amis jusqu’à la fin de leurs vies.

Le mariage de son père avait verrouillé ses sentiments, qu’ils soient amicaux ou amoureux.
Elle écouta pensivement Benjamin énuméré les membres de sa famille. Elle pensa alors à la sienne et son cœur se serra un peu dans sa poitrine. Sa mère lui manquait, plus que jamais depuis quelques temps. Son père aussi, à vrai dire. Mais pas celui qu’il était devenu au contact de sa nouvelle épouse. Ce père qui s’était si bien occupé d’elle au début de sa vie, ce père qui était son héros.

Elle ne dit rien, écoutant son fiancé égrené ses volontés. C’était simple. Et elle savait que, si ça n’avait tenu qu’à eux, ils se seraient probablement mariés dans la mairie de Fosterhampton sans fioritures et sans cérémonies grandioses avec pour seuls invités leurs proches amis et la famille Perrault. Mais ça ne tenait pas qu’à eux.

Elle fut surprise de le sentir venir à elle, enserrer son visage et lui faire pareille déclaration. Elle sentit son cœur louper un battement, ses joues s’empourprant immédiatement. Ils avaient beau s’aimer depuis plusieurs années, ses mots avaient toujours autant d’effet sur elle. Ses bras se nouèrent autour du cou de Benjamin, ses lèvres se pressant contre les siennes amoureusement, ses doigts s’enroulant dans les mèches blondes. Elle recula finalement, frottant son nez au sien.

« Comment j’ai fait pour tomber sur l’homme parfait ? »

Si elle était loin d’avoir une très haute opinion d’elle-même, elle mettait volontiers Benjamin sur un piédestal malgré leurs boutades et leurs prises de bec. Elle lui vola un baiser, glissant ensuite son visage dans son cou. Elle n’aurait su dire si c’était la fatigue de sa soirée de la veille, l’émotion des paroles de son cher et tendre, la mélancolie d’avoir repenser à sa famille ou le stress du mariage mais, elle sentait son estomac se nouer et ses yeux s’humidifier. Elle se recroquevilla un peu, respirant lentement l’odeur de Ben pour se calmer. Tout irait bien.

« Laissons ta mère l’organiser, ce mariage. Ça lui fera plaisir et puis, on est sûr d’avoir ce qu’on veut comme ça. Il faudra seulement lui donner un budget à ne pas dépasser. Je refuse que mon père mette un sou dans ce mariage mais, je ne veux pas que tes parents paient toute la cérémonie non plus. Et, malheureusement, le club commence à peine à fonctionner correctement, je n’ai pas encore de quoi me payer un salaire extraordinaire. »

Son père, encore et toujours. Jusqu’au bout, elle lui en voudrait. Et elle refuse de le laisser mettre de nouveau la panade dans sa vie. Kaelen fini par se redresser doucement, en position assise. Elle attrape le plateau et le monte sur le lit. Elle fait comme si de rien n’était. Comme si elle n’avait pas laissé ses émotions se montrer un peu trop, comme si elle n’avait pas évoqué son père, comme si tout allait bien.

« Alors, qu’est-ce que tu nous as fait de bon… ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Mar 5 Sep - 14:57
Depuis qu’il était tout jeune, Benjamin avait toujours eut une certaine facilité à manier les mots, les tournures de phrases et tout ce qui s’en rapprochait. C’était presque inné chez lui, à chaque nouvelle connaissance dans ce domaine solidifiait encore davantage sa verve et sa capacité à palabrer ainsi. Avec le temps, la capacité s’était muée en habitude et aujourd’hui, il exprimait librement ses sentiments avec les mots qu’il estimait le plus proche de ce qu’il souhaitait faire passer comme message. En l’occurrence, il n’avait jamais voulu faire passer autre chose qu’un amour sincère venant de lui pour Kaelen, sa fiancée – et bientôt sa femme, d’ici quelques semaines.

Il lui sourit chaleureusement en l’entendant lui répondre. Elle avait raison sur un point, mieux valait laisser sa mère, Marianne, s’occuper de tout ce qui concernait les grandes lignes de ce mariage. C’était mieux ainsi. De toute manière, sa mère était tellement surexcitée qu’elle n’avait pas vraiment attendu l’accord de son fils et sa belle-fille pour se mettre au travail ; en témoignait le passage de sa robe style Empire chez le tailleur et le pressing le plus proche de chez eux. Elle voyait les choses en grand mais cela ne dérangeait pas vraiment le grand blond. Il connaissait sa mère et savait que la frénésie cachait en réalité une réelle approche pragmatique des choses.
« Oh, tu sais, ma mère aurait bien eut le culot d’aller le voir pour le simple plaisir de lui annoncer qu’elle s’occupait de tout… Heureusement qu’elle n’en a rien fait, finalement. » Car s’il y a une chose que Chris avait pris de Marianne, c’était l’impulsivité de cette dernière. Car si Benjamin était plus ‘zen’, à l’instar de son père, Chris était davantage dans l’action, comme maman. Une chose qui, entre autre, différenciait les jumeaux.

« J’ai fait chauffé de l’eau si tu voulais te faire un thé ; mais puisque je suis encore là jusqu’en début d’après-midi, je peux te préparer autre chose, si tu le souhaites. »

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Mar 12 Sep - 22:30
But I keep it just in case.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle attrape un morceau de raisin qu’elle glisse entre ses lèvres, s’adossant doucement au corps de son aimé. Peut-être la vie est-elle trop courte pour se prendre la tête avec les préparatifs d’un mariage qui, de toute manière, sera le plus beau jour de sa vie. Parce que pour la première fois, elle sera Madame Elisabeth Kaelen Perrault. Parce que rien ne pourra ternir ce jour.

« Elle n’a pas intérêt à faire ça. »

Même si c’était elle, Kaelen ne lui pardonnerait pas d’avoir été prévenir son père. Ca faisait dix ans qu’il ne s’intéressait plus à elle, il n’avait pas à savoir ce qu’il se passait dans sa vie, ni le bien, ni le mal. Elle refusait que cette femme mette les pieds à son mariage, elle refusait qu’il veuille intervenir dans sa vie. Elle refusait de le voir, tout simplement. Parce que c’était trop douloureux. Douloureux de se voir mise au placard par sa famille, de ne plus faire partie du tableau, de n’être qu’au troisième plan au lieu d’être la personne la plus importante de sa vie.
Et elle ne lui pardonnerait jamais.

Elle soupira un peu, frémissant doucement sous la fraîcheur de la pièce. Elle ramène un pan de couette sur ses jambes et attrape le croissant posé sur le coin d’une assiette.

« Ne t’en fais pas, ce petit déjeuné est parfait. Je n’ai besoin de rien de plus. »

Et c’était vrai. Elle n’avait pas besoin d’autre chose puisqu’il était là. Elle glissa un grain de raisin entre les lèvres de Benjamin et lui offrit un petit sourire en coin.

« Mais puisque tu es là jusqu’en début d’après-midi, ça veut dire que je vais pouvoir t’exploiter pour faire l’inventaire. »

Elle eut un petit rire. Elle lui ficherait la paix, il était suffisamment épuisé comme ça pour qu’en plus elle lui vole ses quelques moments de liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Mer 13 Sep - 22:36
Malgré ce que Benjamin avait dit, il savait pertinemment que sa mère à lui ne lèverait pas le petit doigt pour aller prévenir la famille de Kaelen de leur projet de mariage. Après tout, comme elle l’avait si bien dit elle-même à son fils, ‘je vais crouler sous le travail de gestion de ce superbe mariage !’ donc, pas de temps à accorder à des gens qui n’en valent pas la peine, CQFD. D’autant que sitôt le désir de mariage annoncé, Marianne avait regardé Benjamin droit dans les yeux avec un air de gorgone sévère ‘et le bébé est prévu pour quand ?’… De quoi sécher le plus jeune des jumeaux sur place pendant deux bonnes minutes au moins.

Lorsque sa mère avait une idée en tête, elle ne la lâchait pas. Un trait de famille, sans doute. Benjamin n’imaginait même pas sa réaction le jour où Kaelen sera effectivement sur le point de devenir maman. Mais c’était une autre historie encore ; pour le moment il se satisfaisait d’avoir sa fiancée contre lui et de savoir que ce qu’il avait préparé lui plaisait. Les plaisirs simples d’une vie de couple. Benjamin commençait à comprendre ce que son père voulait dire lorsqu’il lui exprimait ce genre de complicité sans pareille avec sa moitié. Désormais, le blond comprenait mieux que jamais les méandres de l’amour à travers celui qu’il portait à Kaelen.

Il eut un rire léger. S’il pouvait aider, il le ferait. « Bien madame, tout ce que vous voudrez mad-… »

Mais son portable vibra à ce moment-là, le forçant à reprendre l’appareil en main. Un message. Ah… « Bon eh bien il semblerait que ma tutrice ce soit débrouillée autrement, je pars maintenant finalement… » Il offrit un air penaud à sa compagne « Désolé… ». Il l’était vraiment. Mais ce n’était que partie remise. Ils auraient d’autres occasions, il le savait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: