Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Appartement] I'm note the kind of person that it fits. ✖ Benjamin
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Ven 26 Jan - 19:35
I'm note the kind of person that it fits.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il y a des choses qu’on ne peut pas expliquer.
On aurait pu croire qu’elle n’avait pas confiance en  lui.
Qu’elle pensait qu’il allait partir.
Mais non, elle savait qu’elle ne vivrait pas ce qu’avait pu endurer sa meilleure amie.
Parce que c’était lui.
Parce qu’elle avait trouvé l’homme parfait.

Alors pourquoi n’avait-elle pas été capable d’annoncer sa grossesse à Benjamin ?
Pourquoi s’était-elle renfermée sur elle-même, comme lorsqu’elle était plus jeune.

Pourquoi l’évitait-elle ?

Parce qu’elle n’avait pas confiance, évidemment. Mais, c’était en elle qu’elle n’avait pas confiance.
Elle ne serait jamais une bonne mère. Elle ne pourrait pas. Elle n’avait pas eu de modèle, elle n’avait pas été une bonne enfant. Comment pourrait-elle être une bonne mère.

Alors, Kaelen avait fui. Lâchement. Elle s’était mise dans ses derniers retranchement, faisant le plus d’heures possibles au Frozen, manquant parfois de tomber de nouveau d’épuisement. Mais, elle ne savait pas comment réagir.
Elle savait que c’était une mauvaise idée mais, comment pouvait-elle imposée son erreur à Benjamin ?

Ils n’avaient jamais parlé d’avoir des enfants.
Ils n’avaient jamais parlé d’une famille.
Elle n’avait pas vraiment de doute quant au fait que Benjamin serait un père merveilleux.
Et qu’il adorerait  ça.

Mais elle ? Comment pourrait-elle rendre une famille heureuse ?

Alors, ce soir-là, lorsqu’elle entendit la porte de l’appartement s’ouvrir, elle grimaça. Elle avait espéré que Benjamin ne rentrerait pas avant qu’elle soit descendue. C’était plus facile de se glisser dans le lit lorsqu’il dormait, de faire semblant de dormir avant qu’il ne parte, de disparaître.

Onze jours.
Ça faisait onze jours qu’elle savait.

Onze.

Onze jours qu’elle n’avait pas vraiment regardé Ben, qu’elle l’avait à peine effleuré, qu’ils n’avaient presque pas parlé.
Ça lui manquait terriblement.
Et pourtant, elle ne pouvait pas s’y résoudre.

« Salut, je suis déjà en retard, y’a du poulet dans le frigo, passe une bonne soirée ! »

Une tornade. Elle avait déboulé dans le salon en finissant d’accrocher une boucle d’oreille, enfilant un gilet et attrapant ses clés.

Elle avait la main sur la poignée lorsque la noiraude sentie celle de Benjamin se poser dessus.
Elle se figea, déglutit et ferma les yeux.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Well I found a woman, stronger than anyone I know
She shares my dreams, I hope that someday I'll share her home
I found a love, to carry more than just my secrets
To carry love, to carry children of our own
We are still kids, but we're so in love
Fighting against all odds
I know we'll be alright this time
Darling, just hold my hand
Be my girl, I'll be your man
I see my future in your eyes
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Ven 26 Jan - 20:53
Benjamin avait eu énormément de travail à faire à la reprise de ses cours. Depuis l’incendie et les visites régulières chez le médecin pour s’assurer que la fêlure se résorbait bien -et heureusement, c’était le cas – il avait accumulé beaucoup de retard en tant que professeur. Il pestait à ce fait, d’ailleurs. C’était sa première année en tant qu’enseignant et déjà il avait perdu facilement un mois et demi du fait de ses incapacités. Heureusement, d’autres collègues avaient pu le remplacer au pied levé le temps qu’il se remette. Mais cela n’était pas forcément accepté non plus totalement par sa personne. Après tout, comme tout le monde, Benjamin avait son égo, sa fierté. Et elle avait été grandement entachée par tous ces évènements.

Ce soir, il avait quitté l’établissement un peu plus tard que prévu afin de faire le tri dans quelques copies. Ceci fait, plus rien ne le retenait jusqu’au lendemain – au moins – alors il avait quitté la salle des professeurs pour rentrer chez lui, profitant de la fraîcheur pour marcher un peu et respirer à fond. En général il préférait rejoindre Fosterhampton à pieds plutôt qu’en voiture ou en navette. Cela lui permettait de se vider la tête.

Car oui, il avait aussi un problème d’ordre domestique. Cela faisait maintenant plus de dix jours que Kaelen n’était plus vraiment présente avec lui. Qu’elle l’évitait. Oh, il n’était pas dupe, il savait qu’elle feignait le sommeil et qu’elle passait le plus de temps possible au Frozen. Mais, même s’il n’aurait osé lui reprocher quoi que ce soit sur son activité professionnelle – florissante, soit dit en passant – il ne comprenait pas pourquoi une telle distance. Était-ce à cause de la reprise des cours ? Il savait Kaelen inquiète à cause de son état lamentable, mais il allait mieux, maintenant ! Il pouvait reprendre son travail sans risque. Lui aussi l’espérait.

Alors, ce soir, lorsqu’elle voulut filer comme à l’accoutumée, Benjamin en eut brusquement assez. Il parvint à la stopper dans son avancée en posant une main sur la sienne avant qu’elle ne quitte leur appartement. « Je crois que nous devrions prendre un moment pour parler sérieusement, plutôt. »

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Ven 26 Jan - 22:45
Tu es de ma famille, bien plus que celle du sang.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle sentit chacune des terminaisons nerveuse de son être se figer, une goûte froide dégoulina le long de son dos.
Elle était dans un sale état.
Elle était fatiguée, ça se voyait que chacun de ses traits étaient tirés. Fatigués.
Elle passait ses matinées entre les toilettes et le lit, essayant en vain de se reposer un peu.

Alors, elle masquait le tout sous un maquillage un brin plus prononcé que d’habitude, essayant de corriger ses cernes à coup de fond de teint.
Ce qui se révélait moyennement efficace.

Alors, sentir la main de son aimé sur la sienne,  ça lui donnait envie d’aller se blottir dans ses bras. Elle sentant son souffle chaud contre son cou, sa chaleur s’imprégnant doucement en elle. Elle ferma les yeux un instant. Pour se donner du courage.

La voix de Benjamin était lasse.
Lui aussi, il n’aimait pas cette situation.
Kaelen aurait dû se rendre compte que sa fuite ne passerait pas inaperçue.
Il l’a connaissait beaucoup trop bien.

Ses épaules s’affaissèrent un instant et elle se força à sourire. Elle n’avait pas prévu de parler à ce moment-là. Elle n’avait pas prévu de se poser. Elle n’était pas prête.
Elle ourla ses lèvres d’un sourire qui se voulait rassurant, et se tourna vers Benjamin pour lui servir un joli mensonge.

Mais lorsque les orbes céruléens accrochèrent les pupilles brunes et inquiètes de son époux, Kaelen ne put se résoudre à lui mentir.

Ils n’avaient pas signé pour ça.
Ils avaient dit oui pour les difficultés, autant que pour les bonheurs.
Ils avaient dit oui pour être l’un avec l’autre jusqu’à la mort.

Et malgré tout, c’était toujours difficile pour Kaelen de ne pas se renfermer dès qu’elle avait un problème.
Et ça aussi, Benjamin le savait très bien.

Elle baissa les yeux et sa main se posa finalement sur la chemise de Ben, ses doigts l’agrippant doucement.
Elle avait besoin de lui.

Elle posa sa tête contre l’épaule du blond, ses larmes roulant doucement sur ses joues.
Elle était à fleur de peau, probablement à cause des hormones.
Mais pas que.
Elle s’en voulait.
Elle s’en voulait d’avoir évité Benjamin.
Elle s’en voulait d’avoir avorté quelques années plus tôt.
Elle s’en voulait de ne pas pouvoir être une bonne mère.

Alors, la crise de larme s’intensifia.
Tant pis pour le bar.
Lancelot, Lilas et son habitué s’en sortiraient bien sans elle.
Ils avaient l’habitude maintenant.
Elle avait confiance.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Well I found a woman, stronger than anyone I know
She shares my dreams, I hope that someday I'll share her home
I found a love, to carry more than just my secrets
To carry love, to carry children of our own
We are still kids, but we're so in love
Fighting against all odds
I know we'll be alright this time
Darling, just hold my hand
Be my girl, I'll be your man
I see my future in your eyes
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Dim 28 Jan - 0:01
Il n’avait tout simplement pas compris. Jamais Benjamin n’aurait voulu causer ce genre de réaction à Kaelen alors qu’il avait simplement évoquer l’idée d’une conversation nécessaire entre eux. Il ne voulait pas qu’elle se sente lésée par son comportement et ses décisions. Elle était sa femme, maintenant. Ils étaient mariés depuis deux mois maintenant. Ils devaient pouvoir dialoguer sans que cela ne devienne une épreuve, tout de même.

Tâchant de ne pas trop forcer Kaelen à parler, Benjamin l’entoura de ses bras et la ramena contre lui, lentement et avec toute la tendresse dont il se savait capable. Avant toute chose, il devait parvenir à la calmer, tant pour elle que pour leur discussion à venir. Mais rester debout rendait l’exercice quelque peu pénible, alors le français prit donc l’initiative de les faire se déplacer jusqu’à leur lit, sur le rebord duquel il fut s’assoir sa muse, son épouse, la moitié de son âme.

Puis, lui prenant les mains, dans les siennes, il s’autorisa à la darder de son regard argile. « Kaelen… Si tu as quoi que ce soit à me reprocher, il faut me le dire maintenant. Je sais que mes blessures ont été un choc terrible pour toi et encore maintenant je m’en veux. Mais je t’assure que je me sens bien mieux et que je peux reprendre mon travail sans problème. Je fais très attention et je ne me surmène pas, comme je te l’ai promis. » Il se voulait rassurant et à l’écoute. Ce n’était cependant pas toujours simple, voilà tout. « Qu’est-ce qui t’arrive, depuis quelque jours ? »

Dans le cas de figure où ses blessures en cicatrisation ne serait pas l’épicentre du problème, il prenait sur lui d’agencer la discussion de manière à ce que son anglaise de femme puisse se sentir libre de parler et de s’exprimer librement. Il ne voulait lui mettre aucune barrière.

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Dim 28 Jan - 16:06
'Cause every night I lie in bed The brightest colors fill my head.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]L’incendie.
C’était toujours un traumatisme pour la noiraude. Elle avait failli le perdre. Ils avaient failli lui enlever la seule personne sans qui il lui serait impossible de vivre. Alors oui, elle avait des amis, des collègues, des proches. Mais, elle avait beau les aimer plus que tout, Benjamin était la seconde partie d’elle-même, la partie qui comblait le vide qu’elle avait toujours ressenti, la partie qui faisait d’elle ce qu’elle était.

Sans lui, elle ne serait rien d’autre que cette adolescente triste et en colère, que cette jeune femme dont l’avenir restait flou et sans saveur.
Sans lui, elle n’existerait pas en tant qu’elle.

Alors, toute cette histoire lui faisait du mal.
Pourquoi avait-elle l’impression qu’ils s’étaient mariés dans la précipitation ? Pourquoi avait-elle l’impression qu’ils n’avaient pas envisagé leur vie ensemble avant ça ? Pourquoi avait-elle l’impression que l’aime du plus profond de ses tripes n’était plus suffisant ?
Pourquoi avait-elle l’impression d’être dans un tourbillon qui ne cessait de la secouer dans tous les sens ?

Elle se laissa emmener jusqu’à la chambre, essuyant ses yeux avec délicatesse. Son maquillage n’était plus qu’un amas noir autour de ses yeux, même un panda aurait pu la prendre pour l’une des leurs. Elle faisait peine à voir.

Elle écouta les mots de son époux, fermant les yeux. La douleur était sourde, pourquoi Benjamin  pensait-il que tout était de sa faute ? Elle tendit les bras et enserra sa nuque, l’attirant à elle pour le serrer dans ses bras avec tendresse, avec force.

Elle devait lui dire maintenant.

Elle se sentait déjà mal. Elle sentait déjà que ce serait une catastrophe.  
Parce que c’est censé être une bonne nouvelle.
Parce que ça n’est pas censé la mettre dans des états pareils. Enfin, si. Mais pas comme ça. Pas pour ça.

Elle finit par calmer ses larmes et laissa Benjamin reculer.
Kaelen inspira longuement, ses doigts posés sur les épaules carrées de son âme sœur.

« Je suis enceinte. »

Le dire à voix haute lui faisait l’effet d’une bombe.
Ça rendrait le tout réaliste. Crédible.
Elle déglutit et serra ses doigts sur la chemise tout en baissant les yeux.

Elle se sentait misérable.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Well I found a woman, stronger than anyone I know
She shares my dreams, I hope that someday I'll share her home
I found a love, to carry more than just my secrets
To carry love, to carry children of our own
We are still kids, but we're so in love
Fighting against all odds
I know we'll be alright this time
Darling, just hold my hand
Be my girl, I'll be your man
I see my future in your eyes
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Lun 29 Jan - 18:54
Très sincèrement ? Même s’il ne l’affichait pas clairement, Benjamin n’était pas tranquille. Pas du tout. Il avait des tas de questions et de revirements de questions dans son crâne, toutes entremêlées les unes aux autres pour mieux s’étouffer – elles-mêmes mais aussi le sang-froid de Benjamin, par la même occasion tant qu’à faire. Heureusement, l’étreinte de Kaelen le calma un peu et il reprit de profondes inspirations afin d’avoir les idées claires s’ils voulaient discuter à cœurs ouverts. Car c’était là le ciment du couple, n’est-ce pas ? La conversion, la confiance suffisamment profonde pour oser dire lorsque les choses ne vont pas.
Et puis, il y a ces trois mots. Je. Suis. Enceinte. Ils mettent un moment avant d’atteindre le cerveau fonctionnel du français. Et pourtant. Il se les passe et les repasse dans son crâne, cherchant au travers du regard de son épouse une réponse autre, le fait que c’était peut-être, il ne savait trop comment formuler la chose… une blague, peut-être ?

Mais non. Il ne voyait rien dans ces grands yeux qui l’avaient entièrement dévoré – avec son consentement le plus total de surcroît – la moindre étincelle qui pourrait trahir une pareille présence. Alors, la nouvelle fait enfin le chemin, avec sa signification de tout ce qui importe dans ce genre de situation. Les lèvres de Benjamin s’ourlent en un immense sourire alors qu’il se redresse t entraîne Kaelen dans son mouvement, la serrant contre lui, dans une amoureuse étreinte. Il est heureux, rassuré. Il n’y a rien de grave. Simplement une bonne nouvelle.

« Mais c’est fantastique ! » Il le pensait. Chaque mot était crié avec une sincérité presque étouffante. Mais il ne pouvait imaginer faire autrement. Lui, le jeune professeur, allait être père. C’était presque un rêve et il n’osait pas encore trop y croire de peur de se réveiller d’un rêve.

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Mer 7 Fév - 0:17
Never be enough.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Et elle le regarde, ses grands yeux bleus encore humides.
Ils ont toujours tellement été sur la même longueur d’onde, tellement similaire tout en ayant leurs propres personnalités. Alors, aujourd’hui, Kaelen n’arrive pas à croire qu’elle est loin d’avoir les mêmes envies que lui.

Enfin, « envie » n’est pas réellement le bon mot.  Elle ne peut pas, tout simplement.

Alors, elle attend. Elle patiente. Elle le voit, Benjamin, réfléchir. Chercher une échappatoire. Et, pendant un instant, elle espérait qu’il comprenne de lui-même. Elle espérait qu’elle n’ait pas à expliquer, à mettre des mots sur ce qui lui tiraille le cœur depuis dix jours.

Mais ç’aurait été trop beau.

Non,  un immense sourire étire les lippes carmines de son aimé alors qu’il se redresse d’un bond, l’entraînant avec lui. Elle s’accroche de justesse à ses épaules avant de retoucher le sol, de se stabiliser.

Une merveilleuse nouvelle.

La culpabilité ronge de nouveau son ventre, plus encore qu’avant.
Au fond, elle savait que Benjamin n’aurait pu qu’être heureux d’être père.  Il était fait pour ça. Et il serait parfait dans ce rôle.
Et elle savait qu’elle l’aimait suffisamment pour souffrir de le voir être ce patriarche sans défaut pendant qu’elle serait incapable d’éduquer, d’élever le moindre enfant.

Mais, elle devait lui dire. Elle ne pouvait pas garder ça pour elle.
Plus maintenant.

« Je… »

Ses doigts se serrèrent de nouveau sur sa chemise, au niveau de ses biceps. Le regard bas, les yeux à demi clos, elle avait le cœur lourd et les larmes menaçaient de continuer de couler.

« Je ne serais pas une bonne mère, Benjamin. »

Comment pourrait-elle l’être alors qu’elle avait assassiné le premier de ses enfants.
Elle sentit ses jambes la lâcher et elle finit à genoux, ses mains tombant doucement le long des bras de son mari. Elle finit par essuyer ses larmes.

« Je suis désolée… »

Elle s’en voulait tant.
Et puis, elle devait lui parler de ça.
Il avait le droit de savoir.
Elle aurait déjà dû le faire depuis longtemps. Tout comme elle n’aurait pas dû conserver sa relation avec Christophe secrète.

Elle inspira un grand coup.

« J-je, je dois te dire quelque chose… »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Well I found a woman, stronger than anyone I know
She shares my dreams, I hope that someday I'll share her home
I found a love, to carry more than just my secrets
To carry love, to carry children of our own
We are still kids, but we're so in love
Fighting against all odds
I know we'll be alright this time
Darling, just hold my hand
Be my girl, I'll be your man
I see my future in your eyes
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Dim 11 Fév - 12:31
Il avait bien sentie sa femme se crisper, encore, dans l’étreinte qu’il lui offrait de ses bras. Benjamin redressa un instant sa tête, paré à toutes les éventualités – ou du moins le pensait-il. Car dans cette chambre, il régnait une ambiance que le Perrault n’était pas bien certain de pouvoir lire, déchiffrer. Lui qui était si doué avec ce genre de choses d’ordinaire ; il se retrouvait démuni. Mais ce n’était pas pour autant qu’il allait se laisser abattre ou quoi que ce soit du même genre. Bien au contraire. Alors, en sentant Kaelen être prompte à se briser, sous le poids d’un terrible aveux qu’elle se préparait à délivrer, le blond ferma les yeux un instant, avant de les rouvrir, gorgés d’un détermination totalement neuve ; inébranlable.

Puis, prenant une profonde inspiration, il expira et vint prendre le visage de l’anglaise en coupe, ramenant leurs fronts l’un contre l’autre, comme pour tenter de l’apaiser. Sa mère avait toujours agit ainsi lorsqu’il était plus jeune et que parfois, il était emprunt au doute. Et cela fonctionnait toujours dans son cas de figure. Il voulut donc appliquer cette solution quasi-miracle, voir si elle faisait effet sur d’autre que lui. Il l’espérait.

« Kaelen. Tu n’as rien à me dire si tu ne le souhaite pas. Nous avons chacun nos démons et j’en suis conscient ; il en est de même pour moi. Nous sommes un couple, nous sommes unis, certes, mais je ne tiens pas à ce que cela te ronge de la sorte. Tu as le droit de garder tes secrets d’antan, je ne t’en tiendrais pas grief pour autant. Ce qui compte, c’est ce que nous sommes maintenant. Pas ce que nous avons été et pas ce que nous sommes supposés être demain. Maintenant, le présent, est le plus important. » Puis, bien que cela lui serra un peu la gorge, il poursuivit, faisant de sa voix une rivière aussi douce que possible. Il ne voulait pas brusquer son épouse. « Et... Si tu ne souhaites pas garder cet enfant, cela ne me pose aucun problème. C’est toi que j’ai épousé ; toi et toi seule. »
Il ne voulait pas la brusquer, hors de question.

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Sam 3 Mar - 16:31
It's too cold outside.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle le laissa faire. Le laissa venir à elle. Le laisse plonger son regard au fond de ses grands yeux bleus baignés de larmes. Elle le laissa se rapprocher. Elle n’avait jamais eu de mal avec ça. De mal avec la proximité d’un autre. Elle n’avait jamais eu peur de l’homme. Encore moins de cet homme-là. Celui qui avait tant fait pour elle. Celui sans qui elle ne serait rien.

Kaelen savait au plus profond d’elle-même que son homme était parfait en tout point. Elle savait quelle chance elle avait de l’avoir lui près d’elle. Elle savait à quel point il était irremplaçable. Alors, elle était effrayée à la simple idée de le perdre. Pourtant, son regard, son souffle, ses mots. Son cœur ralentit quelque peu, jusqu’à retrouver un rythme normal. Ses larmes cessèrent de rouler le long de ses joues et elle referma ses mains sur celles de son époux.

Son époux.

Elle s’en voulait tellement. Elle s’en voulait de ne pas avoir mis les choses à plats devant lui avant qu’ils ne se marient. C’est quelque chose dont on parle, non, les enfants ? Elle savait que sa relation avec Chris l’avait blessé. Pas tant dans le fait qu’elle ait couché avec lui, mais parce qu’elle ne lui en avait pas parlé. Elle aurait dû le faire. Même si, d’un commun d’accord, ils avaient décidé de ne pas évoquer les dizaines de conquêtes sans importances qu’ils avaient pu avoir.
Et Chris était l’un d’eux.
Une conquête sans importance.

Kaelen recula finalement, s’installant en tailleur sur le sol. Elle était encore fébrile, tremblante. Elle posa ses mains sur ses genoux, serrant les doigts autour des rotules. Elle voulait éviter d’arracher les petites peaux de ses doigts. Et elle avait terriblement envie d’une cigarette. Une de celles qu’elle avait cessé de fumer lorsqu’elle avait commencé à sortir avec lui. Une de celles qu’elle avait toujours au bar, qu’elle fumait parfois, par temps de grand stress ou d’énervement intense.
Mais aujourd’hui elle ne pouvait pas.

« Non, je dois te le dire. »

Alors elle choisi l’autre addiction qu’elle avait.
Benjamin Claude Perrault.
Cette addiction à qui elle devait toute l’honnêteté donc elle pouvait faire preuve.

« Quand j’ai rejoint Blenheim, j’ai commencé à… Coucher. A droite à gauche. Sans attache. J’crois que j’voulais attirer l’attention de mon père. ‘fin on s’en fous. Bref. C’était à la fin de ma première année, j’avais passé la nuit dans une des soirées des Outrageous. Drogue, alcool, sexe et rock. »

Un rire jaune quitta ses lèvres.
Le bon vieux temps.

Elle déglutit. Elle fuyait le regard de Benjamin. Elle refusait d’y voir de la déception, d’y voir de la tristesse, d’y voir du dégoût. Elle refusait d’être brisée. Elle avait confiance en lui, mais on ne contrôle pas toujours ses émotions dans ce genre de moment.

« J’étais patraque. J’suis rentrée. Mais j’ai fini par comprendre que y’avais un truc qui clochait. Les nausées ne passaient pas et… j’avais du retard. »

Avait-elle réellement besoin de mettre le doigt dessus ?

« J’ai acheté un test de grossesse. J’me suis levée à 3h47. J’suis allée dans les toilettes les plus éloignées des dortoirs. Et j’ai fait l’test. »

Un tremblement parcouru la jeune femme, elle referma ses bras sur sa poitrine, attrapant chaque biceps dans ses mains. Elle se courba en avant, comme si une douleur lancinante la prenait au ventre.

« Le lendemain, j’ai foutu les pieds dans la clinique du coin, j’ai avorté. Personne l’a jamais su. »

Sa voix avait été vide pendant tout son exposé alors que son corps montrait clairement des signes de faiblesse. Kaelen aurait voulu être forte. Kaelen aurait voulu être quelqu’un de bien.

« Je vais pourrir la vie de ce bébé, Benjamin. Il sera jamais heureux avec moi. »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Well I found a woman, stronger than anyone I know
She shares my dreams, I hope that someday I'll share her home
I found a love, to carry more than just my secrets
To carry love, to carry children of our own
We are still kids, but we're so in love
Fighting against all odds
I know we'll be alright this time
Darling, just hold my hand
Be my girl, I'll be your man
I see my future in your eyes
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Dim 4 Mar - 12:33
Il ne souhaitait en rien forcer la porte de ses aveux. Benjamin pensait avoir été clair à ce propos et il ne voulait rien imposer à qui que ce soit. Surtout pas à sa femme. Car elle était toute sa vie, désormais. Son monde et bien plus que tout cela réuni, même. Et on n’imposait rien au monde, on se laissait guider par ses mouvements invisibles, plutôt. Pour autant, si Kaelen désirait s’exprimer, il n’avait aucune raison de lui refuser ce privilège. Ce droit à la parole. Et il accepterait. Car c’était ce qu’il avait toujours fait.

Benjamin rejoignit donc Kaelen, sur le sol, lui aussi en tailleur. Et, les mains posées sur ses propres genoux, il l’écoutait, attentivement. Il attendrait qu’elle en est terminé avec ses dires et ses diatribes empoisonnées avant de s’immiscer dans la discussion. Chaque chose en son temps, l’important était surtout de ne pas brûler les étapes. C’aurait été aussi contre-productif que blessant et déstabilisant pour son épouse. Et Benjamin ne voulait pas de cela. Jamais.

Il prit acte de chacun de ses mots à elle. Ses lèvres se pincèrent par intermittence mais il encaissa bravement le choc de cette nouvelle. Avec le recul, bien sûr qu’il aurait préféré être mis au courant d’abord. Mais il savait aussi qu’il n’avait jamais abordé le sujet enfant et famille avec Kaelen auparavant. En soit, même s’il ne pouvait s’empêcher de se sentir quelque peu froissé, il savait que cela ne durerait pas. Elle n’avait eu aucune raison de lui en faire part puisqu’il ne s’était jamais intéressé à cet part de son existence. Et on ne peut pas regretter de ne pas avoir su quelque chose à laquelle on ne se s’était jamais intéressé auparavant, n’est-ce pas ?

Pourtant, la voir ainsi, comme un animal blessé, cela propulse Benjamin dans un maelstrom d’émotions vives. Il sait qu’il doit se contrôler et apposer son autorité sur ses propres ressentis. Pour le moment ce n’est pas lui qui importe, mais elle. Elle et nul autre. Même l’enfant qu’elle porte ne lui arrive pas à la cheville. Il n’a pas figure de réalité pour l’heure. Kaelen, si. Elle est bien présente, bien vivante. Bien réelle. Et rien que pour cet état de fait, Benjamin se rangerait sans hésiter à ses côtés.

Elle émet une hypothèse sur le bonheur du petit être à naître et le français sait qu’il doit agir. Maintenant. Alors, doucement, il glisse ses doigts sous le menton de sa femme afin de redresser son visage et faire en sorte que leurs regards se croisent. « Kaelen. » Il prend ensuite son visage en coupe.

« Déjà, je ne te savais pas infusée d’un quelconque pouvoir de prédiction, tu m’étonneras toujours mon amour ! » Il rit un peu, pour détendre l’atmosphère. Mais il sait que ce n’est pas le moment de laisser les choses ainsi. « Plus sérieusement, tu peux interpréter mes mots ou en penser ce que tu en veux mais laisse-moi te dire une chose : C’est parce que tu en es passé par là que je suis certain, moi, que tu serais une mère en or. Tu te remets en question, Kaelen. Combien le font suffisamment avant coup, selon toi ? »

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Sam 31 Mar - 18:13
It's too cold outside.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Vous savez ce que c’est la perfection ? Parce que Kaelen Perrault, elle le sait. Elle se tient devant lui dans toute sa splendeur. Elle n’a de cesse de l’observer, de le regarder, de l’écouter. Parce que sa voix la rassure, sa présence lui laisse un sentiment d’apaisement intense. Ses doigts relâchent doucement ses genoux.

Elle se sent vide. Vidée de ses forces, vidée de ses émotions. Alors, lorsqu’elle sent ses mains se poser sur ses joues, un frisson l’envahie doucement. Elle fuit toujours son regard, incapable d’accepter les ressentis du jeune professeur. Pourtant, la chaleur qui s’insinue doucement en elle la calme.

Benjamin est une incarnation de la perfection. Elle n’a aucun doute là-dessus. Alors, elle se laisse doucement amadouer par sa voix douce, par ses caresses. Par ses blagues. Elle passa ses bras autour de son cou doucement, venant se nicher contre lui. Parce que ses tremblements ne tarissaient pas. Elle se redressa sur ses genoux pour venir se blottir entre les bras de son époux, enfouissant son visage tout contre son cou. Elle inspira doucement son odeur, les yeux clos.

« Je t’aime. »

Elle ne pouvait pas croire à ses mots. Et même si ça lui semblait logique, elle n’arrivait pas à croire qu’elle pourrait s’en sortir.
Pourtant, elle voulait former une famille avec lui. Et elle savait que Benjamin serait un père merveilleux. Et qu’il comblerait toutes ses lacunes, toutes ses erreurs.

« Je vais être insupportable, tu as conscience de ça ? »

Un rire rauque s’écrasa contre la peau du blond, alors que l’étreinte se resserrait.
Kaelen avait conscience que les mois qui viendraient allaient être durs. Pour elle mais aussi pour lui. Mais c’était un aveu pour Benjamin. Un aveu qu’elle garderait cet enfant. Un aveu qu’elle l’aimait plus qu’elle ne pouvait s’aimer elle-même. Que cet enfant aurait l’amour de ce père si parfait, que cet enfant aurait une famille derrière lui.
Et Kaelen faisait confiance aux Perrault pour l’aimer aveuglément, pour combler le vide qu’elle laissera malgré elle dans la vie de cette enfant.
Parce que Kaelen n’a aucune confiance en elle-même à ce sujet-là.

Elle changea un peu de position, s’asseyant sur les jambes de Benjamin, ses propres jambes passant par-dessus les genoux de son homme pour les balancer dans le vide. Elle recula un peu, venant voler un baiser à son mari.

« Comment tu fais pour me supporter Benjamin… pourquoi tu t’infliges une chose pareille… ? »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Well I found a woman, stronger than anyone I know
She shares my dreams, I hope that someday I'll share her home
I found a love, to carry more than just my secrets
To carry love, to carry children of our own
We are still kids, but we're so in love
Fighting against all odds
I know we'll be alright this time
Darling, just hold my hand
Be my girl, I'll be your man
I see my future in your eyes
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Mar 3 Avr - 14:13
Elle ne confrontait pas son regard d’argile. Pour autant, Benjamin ne l’aurait jamais forcé à faire quelque chose que Kaelen ne souhaitait pas faire, surtout ce soir. Il voulait laisser les choses se développer à leurs rythmes. Ce serait aussi bien ainsi. Et puis, il avait lui aussi besoin d’apprendre. Il n’était pas parfait, loin de là. Mais il tâchait d’être une présence suffisamment solide pour sa femme. En particulier depuis l’incendie. Si leurs liens étaient déjà très profonds avant ce dramatique incident, ils avaient été renforcés comme jamais ce n’avait été le cas jusqu’avant. Un regard suffisait à se faire comprendre sans plus de superflu et chaque respiration était un message d’amour de l’un envers l’autre. Ils étaient leurs oxygènes mutuels. Benjamin n’aurait jamais voulu qu’il en soit autrement.

Alors, lorsqu’il l’entend lui déclamer quelque chose à propos de son insupportabilité, le français ne peut s’empêcher de rire un peu. La pression s’évacue tout naturellement en glissant sur ses lèvres, mourant dans l’air ambiant. Il n’y a plus la chape de plomb sur les épaules de Kaelen. Tout du moins, plus autant. Le doute commence à se dissiper, à se faire apprivoiser. Comme la glace face aux rayons de l’été. Et le français s’attacherait tout particulièrement à devenir ce rayon solaire dont la brune paraissait avoir tant besoin en cet instant crucial de leur vie commune.
Lui rendant son ‘je t’aime’, il continua sur sa lancée, afin de parader à armes égales avec sa compagne. « Je pense que vu ce à quoi tu m’as habitué avant même que l’on se mette ensemble, j’ai une bonne marge de manœuvre ! » un peu d’humour ne fait jamais de mal, cela Benjamin en était intimement persuadé.

Une idée, sans doute un peu folle lui vient alors. Faisant basculer son épouse d’une manière faussement romantique à deux francs six sous, le blond se remit à rire un peu. « Chérie. Laisses le Frozen fermé ce soir. Sortons un peu, rien que toi et moi… Et le petit, du coup. Mais juste un moment rien qu’à nous. » Il pensait que ce serait peut-être une bonne chose de s’accorder une quelconque folie de cette trempe.

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Age : 24
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Strangers
Lun 9 Avr - 23:28
Come Together.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]L’incendie avait bouleversée Kaelen. Elle ne s’était clairement pas attendue à vivre autant d’émotions. Elle n’était pas préparée à ça. Quand on y pense bien, Kaelen à toujours fuis les émotions fortes. Elle s’est toujours cachée derrière un masque de grognements, de froideur. Elle a toujours pris de la distance pour éviter de ressentir de nouveau de manière trop vive. Parce que ça lui faisait peur. Parce que ça la rendait anxieuse.

Et puis, il est arrivé avec ses grands yeux aux teintes dorées, ses sourires ravageurs, ses cheveux soyeux, et il a tout envoyé valdinguer. Ça a d’abord été leur amitié, puis lorsqu’il l’a repoussé. Et puis leur couple, leur mariage, l’incendie, et maintenant le bébé.

Alors oui, Kaelen ne sait plus comment agir dans ce maelstrom d’émotion. Dans ce trop plein de sentiment. Tout ce qu’elle sait c’est que, pour ne pas se noyer, elle n’a qu’une bouée : Benjamin.

Alors elle s’y accroche de toute ses forces, au propre comme au figuré. Ses bras se resserrent un peu sur les épaules carrées de son amant, de son amour, de son aimé. Elle le serre si fort qu’elle pourrait l’étouffer. Mais elle s’en fiche.
Il est là.

Benjamin est parfait.
Elle ne le dira jamais assez. Elle ne le pensera jamais trop. Et quiconque dirait le contraire ne saurait pas de quoi il parle.

Elle ne relève même pas la pique, se contentant de sourire doucement contre son cou, inspirant longuement l’odeur apaisant de l’homme qu’elle aime. Elle cligne les yeux en sentant son corps bouger malgré elle, se laissant pourtant faire sans la moindre peur. Il est là.

Elle l’écoute et réfléchi, pèse le pour et le contre. Elle ne peut pas fermer, ce ne serait pas correct. Mais elle peut appeler Lancelot en renfort pour le début de soirée et laisser son serveur s’occuper du reste. Elle hoche doucement la tête en glissant une main sur sa joue avec tendresse.

« Qu’est-ce que je ferais sans toi… »

Rien.

« J’vais pas fermer, mais je vais appeler Lancelot. Et je serais à toi après. »

Elle vient lui voler un baiser et, quasiment sans bouger, elle fouille ses poches pour retrouver son portable. Elle passe un coup de fil au français et grommelle un peu. Il va vraiment falloir qu’elle commence à vraiment apprendre la langue.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Well I found a woman, stronger than anyone I know
She shares my dreams, I hope that someday I'll share her home
I found a love, to carry more than just my secrets
To carry love, to carry children of our own
We are still kids, but we're so in love
Fighting against all odds
I know we'll be alright this time
Darling, just hold my hand
Be my girl, I'll be your man
I see my future in your eyes
Revenir en haut Aller en bas
Ben&Chris Perrault
Hellhounds - Professeur de français
avatar
Messages : 173
Age : 25
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Faith Callaghan
Anémone XXX
Lear NASH
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats

Hellhounds - Professeur de français
Jeu 12 Avr - 16:23
Qu’est-ce que je ferais sans toi ? Il aurait voulu lui répondre ‘Des tas de choses, mon amour’. Car il savait Kaelen capable de grandes choses. Le pire comme le meilleur, surtout. Mais l’optique qu’il poursuivait présentement, c’était bel et bien la capacité de la brune à toujours retomber sur ses pattes qui illustrait la pensée du Perrault.

Mais il n’ajouta rien de plus. Il lui offrit un sourire délicieux, un dont il a le secret.

Il attend patiemment qu’elle puisse organiser les choses comme elle le souhaite avant de lui prendre la main et de l’emmener à l’extérieur, marcher un peu. Ils sont là, tous les deux. Seuls contre tous et pourtant, Benjamin a la sensation que sa vie n’a jamais été aussi pleine de sens qu’à présent. Il est là, en pleine santé, avec celle qu’il aime et qui, sous peu, sera à même d’enfanter. Un bébé. Leur bébé. Le français frissonne. Cette nouvelle se diffuse de plus en plus dans le creux de ses pensées et il ne peut s’empêcher de sourire.

Il aime déjà tellement cette petite vie. Il espère être un père à la hauteur.

Mais chaque chose en son temps. Ce soir-là, il emmena Kaelen marcher sous les étoiles, main dans la main. Il faisait un peu frais mais c’était supportable. Et puis la beauté de la voie lactée, voûte céleste à perte de vue, réchauffait le cœur du littéraire. I les sentait soudainement si inspiré ! Seulement, sa muse fut la première de ses préoccupations. Il l’embrassa sans retenue, s’échina à la rassurer et à la complimenter.

Puis il tenta quelques folies, à savoir la portée comme une princesse, comme la mariée qu’elle était il y a moins de six mois en arrière. Et puis il sent que son dos craque, il se mord la langue en pestant. Heureusement rien de grave, mais Kaelen l’incendie alors. Malgré tout il rit, il rit à cœur joie. Car ce n’est pas grave, non. Aucun problème, il manque simplement d’entraînement. Et cette situation cocasse achève de le rendre heureux. Il se sent vivant. Comme ce n’avait jamais été le cas auparavant.

En fin de soirée, ils rentrèrent, se rendirent dans leur chambre à coucher ou ils firent l’amour avant de s’endormir l’un contre l’autre. Et Benjamin su alors qu’il était plus que jamais à sa place. Et qu’il ne regrettait rien.

_________________
Cassie-chou ♥:
 

♛ Sweet love, sweet life ♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: