Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Avant le calme vient la tempête || Nick !
Taylor Reed
Artist Alley
avatar
Messages : 13
Age : 17
Multi-comptes : Ryan & Hanna
Artist Alley
Jeu 25 Jan - 22:04

Courir et faire des aller et retours parmi les feuilles mortes, balancées simplement en guise de plaisir sur d’autres personnes ? même pas en rêve ! Honnêtement, je me demandais parfois si certains des élèves ici n'étaient pas un peu limités. Est-ce qu’ils savent seulement que l’on est plus à l’école primaire ? Parfois j’en doute mais bon, je suppose qu’il faut de tout pour faire un monde … Désespérant. Et le bruit est d’autant plus insupportable que cette fenêtre est restée ouverte tout l’après-midi. Comme si je n’avais que ca à faire. J’étais sur un projet important avant qu’ils ne commencent et maintenant je n’arrivais plus à me concentrer sur ce que je faisais, c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Comme quoi, même isolée à la maison des arts, on ne l’était pas tant que ca au final.

Laissant de côté la paire de ciseau que j’aurais volontiers balancé sur le premier venu, si cela ne s’apparentait pas à une quelconque plainte pour coups et blessures ou une tentative de meurtre ne sait-on jamais, je me dirigeais dès lors vers la vitre de ce premier étage. L’air était un peu piquant, presque désagréable en vrai, j’avais eu raison de ne pas m’en approcher jusque maintenant, mais ce n’était pas le pire. Le vase qui était posé là, sur le rebord de la fenêtre, ne me plaisait pas. Qui prenait un pot couleur jaune poussin pour mettre une plante verte qui ne ressemblait à rien en prime ? Je ne savais pas qui avait fait ca et je m’en fichais au fond car là, de suite, j’étais juste ennuyée par trop de choses.

Il faut lâcher du lest que l’on dit, il faut se libérer d’un poids … C’est ce que j’ai fait en balançant, malencontreusement, ce pauvre végétal dans le vide. Oups. Bizarrement je me sens mieux, c’est merveilleux ! je refermais dès lors la fenêtre sur des cris provenant du sol et retournais toute gaie à mes occupations ! Le tissu que j’avais laissé ne me plaisait plus désormais, il était trop sombre pour ce que je comptais en faire, j’en récupérais alors un autre avant de reprendre les mesures. Retrouver le croquis était peut-être bien aussi enfait, pourtant je ne le trouvais pas sur ma table, c’était embêtant. Cependant, un regard sur l’ensemble de la pièce éclaira mes pensées. Je n’aimais pas les courants d’air la preuve en étant que cela faisait voler mes papiers au loin. Ouais, il n’y avait pas grand-chose de positif pour le moment.

Soupirant, je me dirige alors vers un autre banc ou je m’abaisse pour aller le récupérer. Ca devrait bien aller maintenant. Plus de voix, plus de cris, plus de vent oui, il n’y avait plus de raison que cela se passe mal à présent, je pouvais être tranquille. Enfin, c’est ce que j’espérais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 99
Age : 20
Multi-comptes : Thomas Ronceray
Shakespeare
Mar 30 Jan - 2:18
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i'm not nice like you

"incrédule qui s'arrache" si ce n'était que la solitude qui guette
les âmes errantes,
cris de désespoir qui se noie
au fond ta gorge
grattant avec instance la chaire de celle qui ment.

âme errante, filante
incapable de se retrouver face à la horde d'yeux qui pétillent,
fuyant inlassablement tes heures de club.
qui n'accepte d'être celui qu'on voit

à jamais courir.
rat dans sa roue.
souris dans sa cave.
âme vagabonde qui se déchire,
piégée dans sa prison de chaire.

et peut-être n'est-ce que l'extérieur, le ciel, l'odeur étrange de peinture émanant de la fenêtre qui te libère, telle une drogue,
club d'art,
l'art,
tu aimais tant l'art.


tu voyais, au dessus de toi, en surélevant plus qu'il ne faut ton regard,
une plante d'un vert vif, aussi vif que son accessoire d'un jaune arrogant,
des couleurs qui remonte le moral et au fond de toi,
tu espérais presque qu'elles se marient bien.
comme si elles étaient faite l'une pour l'autre combien même les autres ne veulent pas.


tu porta ta main à ton téléphone, espérant la prendre en photo quand soudain
celle-ci vint à toi.
la plante, accompagnée de son pot s'élança dans les airs,
souhaitant presque rejoindre le seul qui daigner aimer leur union.
elle te faucha, rapidement, tapa contre ton bras avant de s'écraser au sol.
cri, d'abord de surprise puis de douleur
avant de s'étouffer dans des râles injurieux laissant sortir toute la colère qui régnait en toi.
était-elle tombée par accident ? non, tu l'avais vu, cette main. était-ce une tentative de meurtre ?
quelqu'un t'en voulait ? qui ne t'en voulait pas, d'ailleurs ? garçon isolé.


- ah ouais, tu veux jouer à ça ? tu vas me le payer ! criais-tu à la fenêtre refermée.

tu t'empressa, quatre par quatre, montant le bâtiment avec un regard meurtrier, tu compta les salles et ouvrit en grand.
clac fit la porte rebondissant sur le mur, ouverte avec fracas.
tu hurlais, comme d'habitude.


- espèce d'enfoiré meurtrier, ou tu te caches ? je sais que t'es là, sort de ta cachette connard.

+ tagtaylor
+ notesje ne me suis pas relue
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
il rage en #d7a458
ben jte hais et jtm à la fois jsp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Taylor Reed
Artist Alley
avatar
Messages : 13
Age : 17
Multi-comptes : Ryan & Hanna
Artist Alley
Sam 5 Mai - 22:03

Honnêtement, j'aurais dû le savoir que ma tranquillité n'allait pas être acquise comme je le souhaitais. J'avais tout de même agit comme je l'entendais, il fallait bouger, aérer l'espace qui m'entourait et sans doute faire un truc stupide. Stupide ? Enfin c'était une façon de voir les choses, après tout ca me dérangeait, je l'ai viré, fin de l'histoire. C'était très simple en vérité, assez que pour entendre la vengeance immédiate d'une personne n'y comprenant cependant rien. Les gens étaient pénibles maintenant que j'y pensais, heureusement que Faith était amusant lui au moins. Les journées étaient tout de suite plus sympathiques.

Mais non, ce n'était pas le cas en ce moment, la preuve étant que bien trop rapidement, j'entendis des pas provenant du couloir. Je ne sais pas à qui ils appartenaient, mais j'étais certaine en revanche qu'il s'agissait de la personne de la cour. J'aurais dû changer de classe, pas de chance. Puis-ce qu'on en était là, il ne me restait plus qu'à l'attendre tranquillement, ou pas. A peine le temps de me reposer sur ma chaise que la porte s'ouvrit dans un fracas insupportable ne me laissant que soupirer en retour par-delà les cris que commençaient à s'échapper.

Il fallait vraiment que je tombe sur une personne incapable de s'exprimer autrement qu'en hurlant des insanités, merveilleux. Enfoiré, meurtrier et connard... Et en plus il s'y donnait à coeur joie. Ce n'est pas grave, s'il pensait que j'allais rester muette c'était mal me connaître ! Récupérant tout le calme qu'il m'était donné d'avoir, je restais un moment concentrée sur mon bureau et la bouteille à moitié vide qui y siégeait parmi mes affaires. Deux secondes plus tard, elle volait en direction de cet intrus.

« Non mais tu ne veux pas la fermer !? »

Je venais d'élever le ton, très certainement aussi fort que lui sans aucune gêne. Il n'aurait certainement pas le dernier mot, surtout après être venu me déranger de la sorte. Puis je le regardais attentivement, complètement sorti de ses gongs, et je le reconnu. Un ami à ce cher Faith. Franchement, ce type ne sait pas choisir ses amis. Sauf moi bien sûr. Et bien naturellement, je n'allais pas en rester là. A présent levée de mon siège les mains aplaties sur la surface du mobilier, je le fixais du regard non sans ajouter quelque chose.

« Tu te crois où à rentrer comme ca, comme un taré et insulter les gens ! »

Et je l'observais, à moitié appuyée, à moitié prête à bondir sur mes pieds à la moindre parole de travers.


[HRP : Aime moi quand même après ces mois d'absences ! Désolée]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: