:: Extérieur du palais :: Petite ferme Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Marchand de sable en panne || PV Benedict

avatar
Messages : 500
Age : 20
Multi-comptes : Innokenti & Narcisse

Feuille de personnage
Orientation : Hétérosexuelle
Situation: Célibataire
Groupe: Real Fake
Real Fake
Sam 20 Jan - 16:10
Non, Etoile n’étais pas énervée. Non, elle n’étais pas frustrée non plus. Mais, oui, Etoile se serait bien passée d’être collée aujourd’hui. Quelle honte pour une Leprince d’être collée. Elle qui se devait d’être un modèle de bonne conduite et de comportement irréprochable. Son père serait révolté d’apprendre qu’elle avait été punie et ce injustement en plus.

Parce que, oui, vous vous doutez bien qu’Etoile n’as pas été punie a cause de l’une des ses mauvaises actions. Non, elle savait s’en sortir de celles-ci. Si on la prenait sur le fait, bien évidemment. Mais non, cette fois c’était bien une erreur grossière de la part du personnel du palais. Elle s'était trouvée là, a la sortie de son cours de maths et avait entendu des exclamations et vu un attroupement d'élèves qui bloquaient la bonne circulation dans le couloir. En tant qu'élève parfaite et, également parce qu’elle aime bien fourrer son nez dans ce qui ne la concerne pas, elle s'était approchée pour voir la cause de tout ce bruit et fut a peine surprise de voir qu’il ne s'agissait que d’une dispute de rang B. Ugh.

Bon les gamins, la garderie c’est de l’autre côté donc vous faites pas chier et vous dégagez le passage, merci.

Les yeux se tournèrent vers elle, ceux qui la reconnaissaient se turent sur le coup mais certains n’eurent pas la même présence d’esprit et reprirent leurs exclamations. Pire, l’un des deux belliqueux l’apostropha. Alors évidemment le ton monta, une surveillante passais par là et ce fut l’heure de la punition.

“Qu’est-ce que c’est que ce bazar !? N’avez-vous rien de mieux a faire ? Retournez tous en cours et plus vite que ça ! Et vous deux, vous serez collés pour avoir déranger le bien être des élèves ! Et oui, je parle bien de VOUS Miss Leprince.”

La française l'assassinat mentalement puis fit volte face.

Et nous voici donc aujourd’hui, sous la neige, le froid et dans la ferme. La brune avait été sentencée a la punition des travaux d'intérêts généraux en compagnie de la tête brûlée d’un peu plus tôt. Cela aurait pu être pire, elle aimait passer du temps dans la ferme et avait pu prendre ses deux chiots avec elle, ceux qu’elle entraînait pour devenir chiens de berger. Personne ne savait pourquoi elle avait d’en faire des chiens de berger mais le fait était bien là. Elle s'était autoproclamée cheftaine des moutons et comptait bien remplir son rôle de manière parfaitement parfaite.

Et pourtant, même ici les problèmes s’enchaînaient. D'abord les instructions qu’on leur avaient données n'étaient pas claires. Travaux d'intérêts généraux dans la ferme ? Ok mais quoi en particulier ? Presque personne n’y allait et a part quatre mégots de cigarettes qui traînaient, que pouvait-on ramasser de plus ? Des cailloux ? Du fumier ? De l’herbe ? De plus, et c'était bien la question la plus importante du moment, POURQUOI les moutons se baladaient en DEHORS de leur enclos ? Qui était chargé de l’entretien des barrières ?

Etoile regardait calmement les moutons sauter joyeusement par dessus la grille qui était supposée les gardés en place. Un, deux trois quatre, cinq, six, sept, huit, etc. Combien y avait-il de moutons dans cette école ?

Hé, revenez ici !

Elle tendis dramatiquement le bras, en vain. Elle s’y attendais un peu, a vrai dire. Audrey et Marilyn s'étaient mises a chasser les moutons en plus, quelle pagaille. Elle se tourna vers son camarade.

Benedict, c’est ça ? J’te laisse l’honneur d’aller les chercher, après tout c’est un peu de ta faute si on est dans cette situation.

Elle croisa les bras afin de tenter de se réchauffer et continua de regarder la scène, pas plus impliquée que ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Age : 20
Multi-comptes : None

Feuille de personnage
Orientation : Plutôt centre oriental
Situation: Célibataire
Groupe: Shakespeare
Shakespeare
Voir le profil de l'utilisateur




Benedict Brown
Shakespeare
Dim 21 Jan - 18:06
La journée commença par un contrôle et un sombre débile qui voulait copier sur moi. I avait tenté et s'était fait rembarrer aussi violemment que la discrétion me l'avait permis. Étonnamment , il était sorti rapidement après avoir violemment posé sa copie sur le bureau du professeur. J'avais donc fini mon contrôle dans la paix et la réflexion.

C'est en sortant dudit contrôle que je vis mon camarade qui attendait certains de ses potes. Je comptais passer sans mot dire, après tout je n'étais pas spécialement rancunier mais, non seulement il me bouscula mais me traita de connard. Autant dire qu'il pouvait s'estimer heureux car j'étais suffisamment satisfait de cet examen pour ne pas lui envoyer mon poing dans la figure. Ceci dit, je le traitais quand même de tous les noms d'oiseaux et il ne se priva pas non plus. Le ton monta vite et les gens s'attroupèrent joyeusement autour de nous, attendant tel des vautours, que l'un de nous deux déclenche une bagarre. Cette dernière semblait sur le point d'arriver lorsqu'une fille traversa la foule agglutinée pour joyeusement nous "insulter".

Le silence se fit autour de nous et je fis ce que certains ne semblaient pas capables : je dévisageais ouvertement  l'intruse et lui répondit d'un air énervé ce qu'elle méritait d'entendre :

- "Va chercher les emmerdes ailleurs connasse !"

Heureusement pour nous, une surveillante vint nous coller tous les deux. J'avais, une fois n'est pas coutume, très envie de tous les frapper mais me retins, une fois de plus. Je m'abstins aussi de sourire en voyant que cette gamine qui s'occupait de ce qui ne la regardait pas était elle aussi punie. J'en fus cependant nettement moins heureux lorsque je me rendis compte qu'elle ferait des "travaux d'intérêts général" avec moi.

C'est donc plus tard que nous nous retrouvâmes, les pieds dans la neige, à coté de la ferme. Il faisait froid et j'étais bien heureux d'avoir mis sa grosse veste de type doudoune avec une écharpe bleue sombre et un bonnet de la même couleur. Le coloris de ses vêtements était harmonieux mais c'était un hasard, le plus important pour moi était que je n'avais pas froid.
La brume nous enveloppait tous deux comme un manteau bienveillant, comme si elle souhaitait nous isoler du monde. Si nous avions été ensemble le moment aurait été propice pour se "réchauffer" l'un l'autre mais il semblait que j'étais en présence d'une grognasse de premier rang. Une grognasse plutôt bien foute avec de longs cheveux noirs qui se perdaient dans des vêtements au style gothique de la même couleur mais une grognasse quand même. Je la détaillais donc d'un air appréciateur sans me cacher tandis qu'elle semblait tenter d'arrêter les moutons qui fuyaient joyeusement par la seule force de sa voix. Je décidais alors de la marche à suivre pour passer une bonne après midi. Et lorsqu'elle me parla de sa voix nasillarde pour me demander de me bouger les fesses je lui fis un immense sourire charmeur avant de lui répondre d'une voix joyeuse mais polie :

- "Désolé beauté t'es assez grande pour m'insulter donc soit tu te débrouilles toute seule soit tu apprends à parler poliment et je viendrais t'aider avec plaisir."

Sur ce, je m'éloignais d'elle pour aller chercher de quoi nettoyer l'enclos des moutons. Après tout ils n'étaient plus dedans donc autant en profiter. Je ne savais pas super bien m'y prendre mais, grace à un ou deux de mes anciens potes qui possétaient des fermes, j'avais les bases. Je soupirais en allant chercher de quoi faire mon boulot : la terre devait être froide et donc un peu dure. il ne me restais plus qu'à espérer que la neige avait tout correctement liquéfié.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 500
Age : 20
Multi-comptes : Innokenti & Narcisse

Feuille de personnage
Orientation : Hétérosexuelle
Situation: Célibataire
Groupe: Real Fake
Real Fake
Sam 27 Jan - 0:53
C'était une catastrophe. Aucun des deux présents ne se sentaient concernés par la situation actuelle. Entre la française qui espérait vraiment utiliser Benedict comme son larbin de service et ce dernier qui avait, visiblement, un esprit très professionnel et avait commencer a astiquer l'enclos maintenant vide, les moutons s’en donnaient a coeur joie pour s’aventurer un peu partout. N'étant pas en tort puisque personne ne semblait se décider a leur courir après hormis, pour une fois, Marilyn qui essayant tant bien que mal de faire ce pour quoi elle avait été élevée.

Etoile fronça les sourcils a la réponse de se son camarade. Non mais pour qui se prenait-il a lui répondre comme ça a ELLE, ne savait-il donc pas qui elle était ? Il devait déjà s'estimer heureux qu’elle lui ai adressé la parole ne serait-ce qu’une fois, pour débuter. Il était hors de question qu’elle change sa façon de parler rien que pour lui faire plaisir mais il était également absolument impossible qu’elle puisse récupérer seule son petit peuple nuageux.

La française repris pourtant de son éternelle prestance, s’il y avait bien UNE personne ici qui était capable de gérer cette situation seule c'était bien elle. Elle n'était pas une Leprince pour rien, tout de même ! S’il refusait de réparer seul les conséquences de ses actions, elle lui montrerais bien qu’elle, au moins, n'étais pas d’aussi mauvaise foi.

Ok.

Et c’est sans plus de bavardages qu’elle releva ses manches -mentalement parce qu’il faisait bien trop froid pour le faire physiquement- puis se mit a réfléchir a un plan d’action. Il fallait réussir a faire en sorte que les moutons rentrent seuls dans leur enclos et éviter de leur faire peur, si possible. Le problème était surtout que, de toute façon, les moutons ressortiraient très probablement une fois remis a l'intérieur. Après tout ils avaient bien réussi a sauter par dessus la barrière une fois, ils pouvaient bien le faire une seconde fois. Elle lança un regard mauvais a Benedict au passage, pour la forme, vous savez. Et puis aussi parce pour s’occuper de la clôture il faudrait, de préférence une personne plus grande qu’elle. On avait beau être une Leprince, si on était trop petite bah on était trop petite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Age : 20
Multi-comptes : None

Feuille de personnage
Orientation : Plutôt centre oriental
Situation: Célibataire
Groupe: Shakespeare
Shakespeare
Voir le profil de l'utilisateur




Benedict Brown
Shakespeare
Dim 28 Jan - 16:10
Travailler un peu ses muscles ça avait du bon, j'avais chaud. Comme je l'espérais la terre avait été détrempée par la pluie et donc se transformais aisément en boue. Je travaillais ainsi un certain temps, travaillant la terre à l'endroit où ils s'étaient enfuis pour réégaliser le terrain, ça leur évitera de se casser une patte en courant. Je me redressais donc un instant pour essuyer mon front. heureusement qu'il ne faisait pas chaud sinon j'aurais surement sué comme un cochon. Je voulus étendre mes bras mais mon outil resta coincé dans la terre. Je le délogeais d'un coup de poignet et ce dernier se redressa donc rapidement. Je manquais me la prendre dans la figure et esquivais au dernier moment le métal et la terre agglutinée dessus. J'entendis alors un bruit étouffé.

Je me retournais et eut un doute, était-ce bien la silhouette de la jolie grognasse que j'apercevais dans la brume ? Était-ce sur elle que la terre était tombée ? J'esquissais un sourire amusé, je voulais bien être poli et voir ce que je pouvais faire de cette demoiselle mais, même avec toute la galanterie du monde, je ne pouvais rester stoïque face à ce genre de circonstance. Mais tout le monde était d'accord : voir ce genre de fille avec de la terre sur ses vêtements ça devait valoir le détour ! Je pesais un instant le pour et le contre : devais-je aller la voir ne serait-ce que pour pouvoir me moquer d'elle ? Je pouffais dans mon coin tout en mettant ma bêche sur mon épaule afin de la ramener là où je l'avais trouvée. Prochain objectif, réparer les clôtures abîmées !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 500
Age : 20
Multi-comptes : Innokenti & Narcisse

Feuille de personnage
Orientation : Hétérosexuelle
Situation: Célibataire
Groupe: Real Fake
Real Fake
Sam 10 Fév - 22:40
C'était froid, c’était gluant, c’était en train de salir ses vêtements. C’était de la boue. Qu’elle avait reçu en pleine figure et qui dégoulinait tranquillement sur sa magnifique fourrure Valentino.

Aaaaargh !

Si encore ça n’avait été que son manteau, le problème n’en aurait pas vraiment été un mais là même son visage était couvert de boue. Enfin, non. Seulement un côté. Ce qui rendait la chose bien plus stupide encore. Etoile bouillonnait de rage. Elle se débarbouilla avec une lingette ( qu’elle avait toujours sur elle, au cas ou ) puis se retourna vivement vers Benedict, abandonnant tout de sa, déjà très rare, politesse.

Hoy, toi là ! Tu pourrais pas faire plus gaffe, nan ? C’est pas possible ça, en plus d’être con comme un balai fallait en plus que t’ai deux mains gauches ??

Elle fermait les poings et ses cheveux encore salit par la boue lui donnait un parfait air de méchante de film Disney. Et elle s’en rendit rapidement compte puisqu’elle se recoiffa rapidement puis repris son air calme et assuré qui lui allait si bien.

Bon, ok, écoute. J’suis désolée, j’suis pas la meuf la plus sympa d’l’univers mais on arrivera a rien si on reste dans notre coin tout les deux et j’ai pas plus envie que toi d’être ici donc autant qu’on en finisse en plus vite, ouais ?

Elle dû se faire violence pour admettre cela mais maintenant que c’était fait elle n'avait plus grand chose a perdre.

J’veux pas empiéter sur ton terrain, j’vois bien qu’tu t’en sort très bien tout seul mais, pour le coup, j’pense qu’on aura AU MOINS besoin de se serrer les coudes pour récupérer tous ces joyeux lurons là bas.

La française s'était rapprochée de son camarade tout en l’apostrophant afin d’être sûre qu’il l’entende. On ne jouait pas les oreilles sourdes avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Age : 20
Multi-comptes : None

Feuille de personnage
Orientation : Plutôt centre oriental
Situation: Célibataire
Groupe: Shakespeare
Shakespeare
Voir le profil de l'utilisateur




Benedict Brown
Shakespeare
Dim 11 Fév - 13:03
J'entendis d'abord des vociférations féminines que j'ignorais non sans me marrer. Si elle s'énervait comme ça contre moi c'est que, comme je le pensais, la terre que j'avais envoyé avait heurté la sensible saloperie qui m'accompagnait. ça promettait d'être drôle.

Lorsque j'entendis des pas se rapprocher de moi je ne bronchais pas. Si j'avais été un gars inquiet, j'aurais pu penser, avec crainte, qu'un terrible monstre sortait de la brume pour venir me tordre le cou. Je me retournais pour effectivement tomber face à face avec quelqu'un qui semblait en vouloir à ma vie mais qui était bien moins monstrueux qu'on aurait pu le croire. Enfin, elle était bien foutue pour un monstre quoi. Je ne tentais même pas de cacher mon air amusé face à cette pimbêche qui se prenait pour une reine. J'avais décidément bien fait de me calmer avant de venir ici, je n'aurais pas pu appréhender le potentiel qu'avait cette meuf pour se ridiculiser. Je la laissais donc parler avec toute l'attention dont j'étais capable. Non je ne regardais pas ses boobs ! Il restait de la terre sur son visage et ça me faisait vraiment marrer... Une fois qu'elle eut fini de parler je sortis un paquet de mouchoirs pour lui en tendre un.

- Tu as de la terre sur le visage poupée.

Je pris aussi un mouchoir et me mouchais. J'étais bien couvert mais mon nez avait tendance à faire des siennes face à tant de froid. Je froissais ensuite ce dernier pour le remettre dans ma poche, idem pour le paquet en prenant mon temps, je n'étais pas préssé perso et même plutôt interessé par l'effet que pouvait avoir un tel brouillard en pleine nuit. bref, je finis par répondre à la mini-furie en colère.

Beh, comme tu le dis, je m'en sors très bien tout seul mais si tu as besoin d'aide il ne te reste plus qu'à me le demander en disant "s'il te plaît" à la fin de ta phrase.

Je lui adressais ensuite mon plus beau sourire. Certes depuis tout a l'heure je devais avoir l'air super heureux, qui ne le serait pas en voyant une telle fille pleine de terre, mais là c'était le sourire que j'adressais à toute demoiselle que je souhaitais séduire. Mon objectif n'était pas particulièrement de le faire "tomber amoureuse" de moi mais je voulais voir comment pouvait réagir une telle grognasse face à ce genre d'attentions.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Palais de Blenheim :: Extérieur du palais :: Petite ferme-