Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
rien de plus fort que la famille • pv alex
Artus K. Fraser
Mer 6 Déc - 0:08
Artus K. Fraser
Citoyen Fosterhampton
Messages : 91
Age : 28
Multi-comptes : Sony McClusky
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Hannah Patridge
Johanna McAvoy
Il est là, devant les grilles, la bouche entrouverte, les mains dans les poches de son blouson. Il porte sa main à sa tête, ses doigts rencontrant la laine de son bonnet avant de venir gratter son crâne.

« C'pas une école ce palace, c'pas possible. »

Il regarde autour de lui dans l'espoir de trouver une boîte aux lettres ou quelque chose d'indicatif. Il aperçoit une petite plaque où est gravé le nom de l'établissement. Ah, c'est bien là. Blenheim. Il se redresse avant de reprendre sa contemplation. Il finit par hausser les épaules, un sourire amusé aux lèvres. Il réajuste son sac sur son épaule et pénètre dans le domaine, avec l'étrange sensation que, d'un moment à l'autre, on va lâcher des chiens sur lui.

Et, en arrivant devant le bâtiment, ça n'y coupe pas.
Enfin pas tout à fait non plus.
Mais un métisse arrive droit sur lui ; pour tout avouer, il sait pas s'il aurait pas préféré les chiens à cette tête de molosse enragée. Bah, il va pas le tabasser non plus. Pas vrai hein ?
Artus lève la main en guise de salutations, un sourire d'abruti aux lèvres. Ce qui a pour unique conséquence de faire lever un sourcil au gars en face. Ah, pas commode celui-là.

« C'est à quel sujet ? »
« Je suis le sergent Fraser, nouveau pompier du coin. J'ai rendez-vous avec votre directeur. »
« Ah, oui. Je vous accompagne. »

L'autre tourne les talons et entre dans le bâtiment, suivi par Artus qui retire son bonnet pour le fourrer dans sa poche. Si l'extérieur est déjà impressionnant, l'intérieur l'est deux fois plus. C'est époustouflant ! Ça pue les riches, le glamour, le pognon, l'aisance, c'est merveilleux. Artus laisse ses lèvres s'étirer en un large sourire idiot ; l'idée de voir qu'Alex peut se vautrer dans un tel luxe l'amuse beaucoup. Il reprend vite ses esprits, suivant son guide mal luné.

« Et sinon, vous êtes qui vous ? Le secrétaire ? »
« ...j'ai une tronche de secrétaire ? »
« Non, de molosse en fait. Mais comme vous êtes pas à quatre pattes, ça me laisse perplexe. »
« ...un fanfaron de plus. Magnifique. »
« Le plaisir est pour moi. Bon en vrai, vous êtes qui ? »
« Sony McClusky, chargé de sécurité. »
« Oh, cool ça. Vous étiez là quand l'incendie s'est déclaré ? »
« Non, mais j'en ai été rapidement informé. J'ai pris les dispositions nécessaires, mais ça n'a pas été évident. »
« Je vois… Un protocole a été mis en place pour ce genre de situation, j'imagine ? »
« Oui. »
« Vous pourriez m'en faire part ? J'ai besoin d'étudier s'il est conforme aux lieux et, si besoin, de le modifier pour vous faciliter les choses. »
« Entendu. »

Artus hoche la tête et se retient d'exploser de rire. Vraiment ? Ce Sony est juste beaucoup trop sérieux, c'en est hilarant. Mais vu la situation, c'est sans doute normal. De mémoire, il n'y a pas eu de blessés grave, le personnel a su donc faire preuve de sang-froid, ce qui est plutôt rassurant. Mais les événements sont encore récents après tout, ça doit marquer les esprits.

Le duo finit par s'arrêter devant un bureau. Le chargé de sécurité toque à la porte avant d'être invité à entrer ; Artus lui emboîte rapidement le pas et l'entretien commence donc.

Une heure ou deux plus tard, Artus est ressorti ; il a en mains les différents éléments. Il a inspecté les extincteurs et leur conformité, les diverses issues de secours, le protocole d'évacuation. Pointant ci et là les failles, il a rapidement été convenu que le pompier repasserait sous peu pour apporter les modifications nécessaires, ainsi que pour déblayer les décombres et enquêter sur les origines du feu. Le chargé de sécurité a mentionné qu'il tiendrait informé une de ses relations au sein de la police pour arranger une rencontre avec le responsable de l'affaire.

Artus finit par regarder l'heure sur son portable. C'est la fin des cours ; il relève la tête et commence à apercevoir de nombreux élèves. Ils sont tous des petites choses de couleur différentes ; la distinction des années ? Non, certains semblent du même âge sans avoir la même couleur. Les filières peut-être ? Bah, peu importe. Artus a un peu oublié le fonctionnement de cette école ; ne lui reste en tête que le fait que c'est une école d'élite.

Le pompier se glisse alors à l'écart pour mieux observer le flux des élèves. Puis, après quelques minutes, il entend un rire. Ah, ce rire, il le connaît très bien. Trop même. Malgré le temps passé sans en rencontrer son détenteur. Ou plutôt sa détentrice. Il balaye les différents groupes du regard avant de repérer sa petite tête rousse préférée. Ni une ni deux, le voilà qui se fond dans la masse pour suivre le petit groupe. Lorsque ce dernier s'arrête, lui continue à avancer.

Et il s'arrête pile derrière la tête rousse, entourant sa taille de ses bras avant de la soulever du sol sans la moindre difficulté.

« Salut p'tite sœur ! »

Il la repose au sol assez vite pour éviter de se prendre un coup et, lorsque ses prunelles rencontrent celles d'Alex, Artus ne peut que lui offrir qu'un sourire énorme et heureux.

« Contente de voir ton grand frère adoré ? »

Artus relève la tête vers les camarades de sa sœur et lève la main pour les saluer sans se désarmer de son sourire. Il reporte bien vite son attention sur Alex ; il est aussi content qu'un gamin à qui on viendrait de promettre un jouet pour Noël.

« J'pensais te trouver avec ton mec, j'suis presque déçu. »
Revenir en haut Aller en bas
Alex' R. O'Marsch
Mer 3 Jan - 21:16
Alex' R. O'Marsch
Artist Alley
Messages : 92
Age : 20
Multi-comptes : Benjamin é Faith & Aethelwulf & Amandine les gars.
Les cours, s’est relou. Ça, j’pense qu’on s’accorde tous – ou presque, parce que le reste ce sont que les lécheurs de bottes de profs – et toutes pour approuver ce que je viens de dire. Normal, je suis le meilleur après tout et les meilleurs ont toujours raison. Mais passons. Tout ça pour dire que l’ambiance a quand même changé depuis l’incendie. Les cours me barbent toujours autant – le contraire m’aurait fait peur en fait je crois – mais au moins on se parle un peu plus entre nous. Avant, j’avais parfois du mal avec les élèves des autres classes. Mais bon, par la force des choses, faut bien qu’on se serre un peu les coudes maintenant. Ça s’est cool, une petit ambiance presque comme celle du village où j’ai longtemps vécu.

Mais bon ça reste craignos quand même. Après je vais pas non plus me plaindre. J’ai choisi de rester. Ma mère m’a proposé de revenir à la maison après l’incendie ; elle m’a foutu aucune pression de merde sur les épaules. Sauf que non. Parce que de un, je veux aller au bout de mon cursus, déjà. Et de deux, ça voudrait dire que je devrais revoir la tronche d'abruti de ce connard de chiotte de beau-père. Même pas en rêve putain. Plutôt me pendre avec du fil barbelé que de devoir le côtoyer encore.

Du coup j’reste et je verrais bien ensuite. Mais bon, entre deux blagues de merde – de ma composition, eh, j’suis un génie incompris après tout – j’aimerai bien faire une pause, ne plus penser aux cours, au palais à moitié déglingué, ect… Donc, logique, j’allais pour sortir un peu avec mes potes, à l’extérieur – parce que sortir en intérieur c’est quand même vachement moins fun – lorsque je me suis senti…. Voler. Alors, je sais que je suis un dieu et que rien ne m’est impossible, mais faut pas abuser non plus. WTF ? Il se passe quoi là ?!

Ce n’est qu’en entendant la voix de mon « bro d’amour chéri choupinou », aka Artus le plus cool des mecs de cette planète, que je capte ce qui m’arrive. Ah bah, il est là lui !

Minute.
AH.
BAH.
IL EST LA LUI ?!

« ARTUS ?! » Je peux pas m’empêcher de lui hurler dessus tout en lui sautant en cou. Putain il m’a manqué ce gros con ! Mais pourquoi il est là ? Deux minutes, mes espoirs vont vite s’envoler je sens. « Minute, t’es là à cause de ma mère ? Ca y est-elle a fait un infarctus à cause de mes conneries ? » J’espère pas.

En attendant, je vois les yeux ronds de mes potos qui nous regardent comme si on sortait de la quatrième dimension. Quelques explications s’imposent. Mais d’abord, un coup de coude dans les côtes. « Putain bro ! J’t’ai dit quoi déjà ? Je ne suis pas gay, merde ! » Les mecs, c’est pas pour moi, eh ! Je suis un artiste moi, pas le temps pour ces conneries. Non mais. Encore heureux je lui ai pas encore parlé de mon Bro de Blenheim, sinon j’en aurais entendu parlé jusque mes quarante ans je parie. Il est con. Mais je l’aime pour ça.

« Du coup, les gars, les meufs, j’vous présente Artus, mon grand frère. J’vous en ai déjà parlé. Et avant de vouloir se le faire faudra passer par moi, évidemment. » Je décide qui ici est digne de mon bro de la vie, non mais. « Bro, présente toi un peu mieux, tu sais mieux le faire que moi. » Et puis au moins comme ça on l’oubliera pas. Il a ce talent de se rendre inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
Artus K. Fraser
Ven 5 Jan - 16:58
Artus K. Fraser
Citoyen Fosterhampton
Messages : 91
Age : 28
Multi-comptes : Sony McClusky
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Hannah Patridge
Johanna McAvoy
« ARTUS ?! »

Le pompier éclate de rire tandis qu'elle lui saute au cou ; il la réceptionne bien naturellement avant de la faire tournoyer, comme il en a toujours eu l'habitude. La revoir est un vrai bonheur pour lui ; aussi il en profite pour la serrer fort contre lui, dans ses bras puissants. Mais pas trop fort non plus, histoire de ne pas lui faire mal.

« Minute, t’es là à cause de ma mère ? Ça y est elle a fait un infarctus à cause de mes conneries ? »
« Aha, non en fait c'est que je tr- »

Le souffle coupé par le coup de sa sœur dans les côtes, Artus ne termine pas sa phrase, lâchant un rire à la place en se frottant les côtes. Il se vengera en temps voulu.

« Putain bro ! J’t’ai dit quoi déjà ? Je ne suis pas gay, merde ! »
« T'as pas à avoir honte, petite soeur. »

Artus aime accentuer sur cette appellation car la voir s'énerver est quelque chose d'absolument adorable et amusant.

« Tu me brises le coeur, Alex. Moi qui t'ais attendu je ne sais combien de temps, dans le froid, grelottant comme un pauvre chiot ! »

Il attrape les joues de la rousse, tirant dessus avant de la libérer, ébouriffant ses cheveux avant de lâcher un rire franc.

« Aux dernières nouvelles, ta mère se porte comme un charme, rassure-toi. » Il marque une pause. « Non, je suis ici pour le travail. Avec ce qu'il s'est passé à Blenheim, les autorités ont décidé d'ouvrir une caserne de pompiers. Et me voilà ! »
« Du coup, les gars, les meufs, j’vous présente Artus, mon grand frère. J’vous en ai déjà parlé. Et avant de vouloir se le faire faudra passer par moi, évidemment. Bro, présente toi un peu mieux, tu sais mieux le faire que moi. »

Artus explose de rire avant de donner un petit coup sur le crâne d'Alex, secouant doucement la tête. D'un geste de main, il salue donc l'entourage de sa petite sœur. Elle a toujours été étrangement… protectrice à ce niveau là, avec lui. Bah, c'est ce qui la rend aussi adorable à ses yeux.

« Sergent Fraser pour vous servir, jeunes gens ! N'hésitez pas à passer à la caserne si vous avez des questions. Ou juste pour passer boire un café. Et manger des cookies. Bon ok pas sûr qu'il en reste mais vous êtes les bienvenus ! » Il marque une pause avant d'entourer la taille d'Alex, la soulevant sans la moindre difficulté, la calant sur son épaule. « Je vous l'emprunte ! A la prochaine les enfants ! »

Et il s'en va, avec sa sœur sur le dos. Sans manquer de lui flanquer une tape sur les fesses en chemin.

« Alors comme ça il faut te passer sur le corps pour m'avoir ? C'est nouveau ça dis donc ! » Il finit par la déposer, ébouriffant ses cheveux une nouvelle fois. « Comment vas-tu Alex ? Depuis tout ce temps ? Tu es contente de me revoir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Alex' R. O'Marsch
Sam 6 Jan - 18:43
Alex' R. O'Marsch
Artist Alley
Messages : 92
Age : 20
Multi-comptes : Benjamin é Faith & Aethelwulf & Amandine les gars.
Il me casse les couilles. Mais ça m’empêche pas de l’adorer. Même quand il m’appelle petite sœur alors qu’il sait que je déteste ça parce que ça porte atteinte à ma superbe virilité. Non mais alors, abruti de frangin ! En vrai je sais même pas si j’ai le droit de l’appeler comme ça vu que dans les faits, on est pas liés par le sang. Mais c’est pas grave, je le kiffe tout pareil. Personne pourra jamais faire mieux que Artus, c’est bien la seule chose positive que ce connard ai amené dans ma vie, son fils. Et le bébé qu’il a collé dans le bide de ma mère après mais ça c’est une autre histoire.

Tout ça pour dire que avant même que je ne percute ce qu’il se passe, je me retrouve sur l’épaule d’Artus, balloté comme un fétu de paille. « Lâches-moiiiii ! » Il me claque le cul en plus ; eh oh, les trucs SM c’est pas pour moi merci. Mais je pensais pas mon frère capable d’un truc pareil… Ohohoh, y aurait-il encore des choses que j’ignore sur lui ? J’aimerai bien en découvrir davantage, ça pourrait être drôle de le charrier dessus !

Mes pieds touchent de nouveau le sol et je ris quand il m’ébouriffe les cheveux. « Putain mais arrêtes Artus, t’es con, ahah ! » Je peux pas m’empêcher, c’est mon frère, l’une des lumière de ma vie et à fortiori, de mon art. « Eh ouai attends, t’es mon frère. Propriété privée, non mais ! Je laisse pas n’importe qui coucher avec l’un des rares qui puisse se targuer d’être un homme de ma vie. Profites un peu au lieu de râler merde ! »

Je dis pas méchamment ou même énervé, non non rien de tout ça. Je suis juste content de pouvoir parler à cœur ouvert. J’ai jamais rien eu à cacher à Artus et j’espère que ça continuera longtemps comme ça. Et puis bon, ça fait trop longtemps que je ne l’ai pas vu, je veux en profiter encore et encore. Jusqu’à plus soif ! Je sais pas jusqu’à quand il reste mais je sais déjà que je trouverai ça trop court dans tous les cas donc… « Ça va. On fait comme on peut après l’incendie. J’ai pas été trauma, j’imagine que c’est déjà ça non ? » Soupir. Parce qu’il n’y a pas que du bon non plus. « Par contre j’ai perdu toute mes toiles dans l’incendie, dont une que j’avais prévu de t’offrir… J’suis désolé bro’. Je suis grave content que tu sois là mais j’aurais voulu que ce soit dans d’autres circonstances… » Parce que merde, j’trouve ça nul qu’il ait fallut un drame pour qu’on se retrouve.
Revenir en haut Aller en bas
Artus K. Fraser
Dim 28 Jan - 22:13
Artus K. Fraser
Citoyen Fosterhampton
Messages : 91
Age : 28
Multi-comptes : Sony McClusky
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Hannah Patridge
Johanna McAvoy
« Putain mais arrêtes Artus, t’es con, ahah ! »
« On me le dit souvent, ouais. »
« Eh ouai attends, t’es mon frère. Propriété privée, non mais ! Je laisse pas n’importe qui coucher avec l’un des rares qui puisse se targuer d’être un homme de ma vie. Profite un peu au lieu de râler merde ! »

Artus regarde sa sœur, passablement surpris, avant d'éclater d'un rire franc. Elle est décidément beaucoup trop adorable à croire qu'elle est un garçon. Artus est complètement conquis par son étonnant jeu d'actrice. Sa sincérité est tellement convaincante. Quand bien même il arrive au pompier de douter de cette mise en scène ; Alex donne vraiment l'impression de croire être un garçon.

Bah, il s'en fout Artus. Du moment qu'Alex est heureuse, il l'est aussi.
Puis, la taquiner c'est tellement drôle.

« Tu sais que j'suis plus puceau, j'espère ? Ton grand frère n'est plus pur depuis très longtemps. Tu m'en veux pas trop hein ? »

La conversation devient un peu plus sérieuse tandis qu'Artus regarde Alex ; elle a bien grandi, il est content. Ça faisait un moment qu'ils ne s'étaient pas vus, après tout. Avec son travail, ça n'a jamais été très évident. Mais maintenant qu'il est ici, ça sera un peu plus calme.

« Ça va. On fait comme on peut après l’incendie. J’ai pas été trauma, j’imagine que c’est déjà ça non ? »

Artus fronce légèrement les sourcils avant de tendre le bras pour l'attraper et ramener Alex contre lui. Quand il a appris pour Blenheim, il a naturellement été inquiet, pour elle, pour Adam. Puis il a rapidement eu des nouvelles de son père, et de sa mère. Aucun des deux n'a eu de séquelles, c'est l'essentiel. Puis il a été rapidement décidé que quelques pompiers seraient envoyés ici, alors Artus ne s'est pas posé plus de questions et il a fait ses valises pour Fosterhampton.

« Par contre j’ai perdu toute mes toiles dans l’incendie, dont une que j’avais prévu de t’offrir… J’suis désolé bro’. Je suis grave content que tu sois là mais j’aurais voulu que ce soit dans d’autres circonstances… »

Le pompier lui fiche une pichenette sur le bout du nez avant de secouer la tête.

« Le plus beau cadeau que tu puisses me faire, c'est d'être en bonne santé, Alex. » Il lui offre un sourire encourageant. « Et puis quand on a un talent comme le tien, c'est pas les idées qui manquent, pas vrai ? T'auras l'occasion de décorer mon appart de tes peintures quand tu veux. »

Une main toujours sur l'épaule de sa sœur, il la colle un peu plus à lui pour déposer un baiser sur son crâne. Parce qu'au fond, bien qu'elle joue au garçon, bien qu'elle semble être forte devant la situation, elle reste une fille. Inconsciemment, elle a besoin d'être rassurée. Du moins, c'est ce que pense Artus.

Il décide alors de changer de sujet, pour éviter de raviver les souvenirs de cet événement.

« Donc, si je comprends bien, c'est encore pas pour aujourd'hui que je pourrais envisager d'être témoin à ton mariage ? T'attends quoi au juste, hein ? J'me fais vieux moi ! J'suis pas éternel, malgré les apparences ! »

Et il rit. Parce que retrouver Alex, ça lui a donné des envies de faire la fête, de rire, de profiter du temps perdu. Et il ne s'en priverait pas.

« Tiens, on a qu'à faire un pari. Le premier qui se met en couple donnera un gage à l'autre, ok ? »

Artus esquisse un sourire perfide ; Alex n'a sans doute pas oublier à quel point son frère peut être excellent pour les gages tordus et humiliants.
Revenir en haut Aller en bas
Alex' R. O'Marsch
Mar 30 Jan - 19:38
Alex' R. O'Marsch
Artist Alley
Messages : 92
Age : 20
Multi-comptes : Benjamin é Faith & Aethelwulf & Amandine les gars.
En temps normal, j’arrive déjà pas à rester sérieux très longtemps. Mais en présence d’Artus, c’est encore pire. C’est comme si le virus de la connerie avait pris soudainement possession d’mon corps pour que je relâche toute la pression que j’ai accumulé jusqu’à présent. Et putain ça fait du bien. J’adore, j’adhère je voudrais ne pas avoir à quitter cet état, jamais plus. Mais bon, la réalité est une grosse reloue, comme un genre de bouton qui vient te rappeler tous les matins sa présence même quand tu l’as percé la veille avant d’aller te pieuter – ouai trop classes mes comparaisons, vous trouvez-pas ? – bah faut bien que je redescende de mon p’tit nuage.

Et là en l’occurrence c’est par une pichnette de mon bro sur le nez. « Eh-oh, t’as cru que j’étais un chaton ou quoi ?! » Bon en vrai j’suis même pas vexé ni rien, ça me fait même rire un peu. Et putain j’en ai besoin après ce qu’il s’est passé ici. De me marrer, s’entend. Mais bon, Artus a semblerait-il décidé d’aborder des sujets relous aujourd’hui. M’enfin soit, je préfère encore en parler avec qui qu’avec n’importe qui. Parce que je sais que lui au moins il m’jugera pas. Jamais. Parce que c’est mon frère, le vrai qui m’a toujours manqué quand j’étais pas encore à Blenheim.

« Nah j’t’ai déjà dis j’suis contre l’idée même du mariage putain ! Et puis ça me ferait chier de devoir organiser un truc pareil sachant qu’il faudra que j’invite ton père et que j’ai en rien envie de le voir se pointer dans ce genre de cas. Et comme ma mère laisserait jamais passé que j’vous invite tous sauf lui, c’un peu mort en fait. » Je réalise que je parle quand même de son paternel. « Oops. Désolé. » A moitié, pour être honnête. Je veux pas faire de peine à mon Artus mais merde je peux juste pas me piffrer le gars dont il est issu. Y’a pas moyen. C’est tout. On mélange pas les torchons et les serviettes. Et la serviette en l’occurrence c’est moi, en soie aussi tant qu’à faire. Parce que je suis un artiste quand même.

Je divague un peu n’empêche faut que j’me reprenne. « Et non de toute manière, tu seras en couple bien avant moi parce que j’ai personne dans ma vie en ce moment, j’viens de me séparer de ma meuf et je tiens pas à y retourner de suite, si tu vois c’que je veux dire. » Puis même c’est pas vraiment un truc que j’veux aborder pour l’instant. On verra plus tard, peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Artus K. Fraser
Mer 21 Fév - 20:53
Artus K. Fraser
Citoyen Fosterhampton
Messages : 91
Age : 28
Multi-comptes : Sony McClusky
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Hannah Patridge
Johanna McAvoy
« Nah j’t’ai déjà dis j’suis contre l’idée même du mariage putain ! Et puis ça me ferait chier de devoir organiser un truc pareil sachant qu’il faudra que j’invite ton père et que j’ai en rien envie de le voir se pointer dans ce genre de cas. Et comme ma mère laisserait jamais passé que j’vous invite tous sauf lui, c’un peu mort en fait. »

Artus esquisse un sourire, quittant Alex du regard ; elle déteste vraiment le père du pompier. Et bien que le mariage de ses parents se soit terminé par une triste note, Artus n'arrive pas vraiment à se souvenir que son père ait été un jour méchant au point d'avoir tant de colère dirigée contre lui. Mais il n'est pas non plus un homme facile à vivre pour autant ; il a son caractère bourru et farouche. Mais Artus l'aime, c'est son père.

Aussi, il n'a jamais cherché à forcer Alex à apprécier son père. Il n'a pas à s'en mêler après tout. Pour lui, ça a été simple puisqu'il a rapidement accepté ses beaux-parents. Il ne peut pas forcer les gens à s'accepter entre eux.

« Oops. Désolé. »
« Hm ? Ah, c'est bon. J'ai l'habitude. »

Que peut-il dire de plus ? En rire ? Il l'a assez fait. Mais, même lui, à un moment donné, il ne peut pas toujours rire de tout.
Néanmoins, un sourire trône toujours sur son visage, laissant ses pensées bien dissimulées.

« Et non de toute manière, tu seras en couple bien avant moi parce que j’ai personne dans ma vie en ce moment, j’viens de me séparer de ma meuf et je tiens pas à y retourner de suite, si tu vois c’que je veux dire. »

Artus s'arrête, observant Alex avec un sourcil haussé. Voir les deux en fait. Alex, son adorable petite sœur pure et chaste. Avec une fille. Il tombe des nues. Non pas que les relations homosexuelles le dérangent, bien au contraire ; il soupçonne son collègue d'être gay, d'ailleurs. Mais le petit jeu d'Alex, de se prendre pour un garçon, comment est-ce que ça a été perçu par la dite petite amie ?

Autant, lui, il accueille bien la blague -qui semble presque trop sincère, comme toujours- autant les autres ne sont sans doute pas aussi attendris et amusés que lui peut l'être. Artus se masse la nuque pour, finalement, hausser les épaules.

« Ouais, je vois très bien. Mais, même en temps que grand frère, ta vie sexuelle ne me regarde pas. » Sourire goguenard. « Même si t'as du la faire grimper au rideau, hein, hein ? »

Coup de coude amusé.
Il a envie d'exploser de rire. Il ne va pas jusqu'à imaginer sa petite sœur en plein acte, mais l'idée de voir quelqu'un accroché à un rideau est une pensée fortement hilarante. Il ne sait même pas pourquoi il utilise cette expression ; elle le fait toujours rire. Il reprend finalement son sérieux, lâchant un soupir désabusé.

« Aah, eh bien. Je suis pas prêt d'être tonton, on dirait. » Il s'éloigne de quelques pas, fourrant les mains dans ses poches. « Et père encore moins. »

Il aimerait parfois confier ses doutes, ses craintes, Artus. Mais pas à Alex. Il aimerait, autant que possible, rester cette personne de courage, ce héros, aux yeux de ses frères et d'Alex. Il veut être cette personne sur qui sa famille et, n'importe quelle personne, puisse compter quoi qu'il arrive. Il finit par esquisser un sourire.

« Et sinon, pourquoi j'étais pas au courant que t'avais quelqu'un dans ta vie ? Tu me caches des choses ? A moi ? Ton grand frère adoré ? Tu me brises le coeur. Encore. »

Il lâche un rire avant de revenir près d'elle, déposant un baiser sur son front. Une manie qui a la vie dure, chez lui. Embrasser ses frères et sœurs et les câliner. Même s'ils sont des adolescents. Lui il s'en fout du ridicule. Et puis c'est rigolo.

« Plus sérieusement, j'ai un appart dans la haute-ville. J'sais pas trop c'est quoi votre règlement ici. Mais si tu veux venir crécher, ou juste passer faire coucou à ton Tutus, t'es la bienvenue. Enfin, si j'suis là. J'te filerais une clé si tu veux, ça te dirait ? » Parce que l'idée de se faire des soirées avec sa sœur, ça le botte bien, Artus. « Et si tu veux me présenter tes conquêtes, j'en serai ravi. Je leur ferai passer un petit test. Pour savoir si elles sont dignes de toi. »

Un petit sourire amusé. Si on doit passer sur le corps d'Alex pour espérer avoir Artus, l'inverse est sensiblement similaire.
Revenir en haut Aller en bas
Alex' R. O'Marsch
Dim 25 Fév - 19:46
Alex' R. O'Marsch
Artist Alley
Messages : 92
Age : 20
Multi-comptes : Benjamin é Faith & Aethelwulf & Amandine les gars.
J’me mords la langue. Ouai bon, va bien falloir que j’apprenne à fermer ma gueule un jour. Au moins devant Artus. C’est sans doute le seul qui mérite que je mette un peu des filtres quand je parle. J’ai beau pas pouvoir saquer son paternel, ça reste son père. J’imagine qu’il doit l’aimer et le respecter. Je sais pas trop en fait, moi j’sais pas ce que ça fait, d’avoir un père, un vrai. Le mien est mort le jour où j’suis né donc bon. Il me manque pas, je l’ai jamais connu ; mais du coup j’ai un peu de mal à me figurer ce sentiment-là.

M’enfin ça n’empêche pas que je me promets d’être un peu plus calme vis-à-vis de son géniteur dorénavant. J’arrive à tenir le jeu pour ma mère quand je les vois, je dois bien être capable de ça pour mon frère. Parce que j’l’aime, ouai. De ouf, même. Mais bon, l’heure est pas trop aux épanchements du genre. On verra ça plus tard, quand on aura l’occasion d’avoir un moment rien qu’à nous. Je partage pas ça, avec personne. Donc je me réserve tout ça pour un moment plus opportun.

Mais y’a un truc qui me gêne un peu dans les mots de mon frangin. Je vais essayer de passer outre, si ça se trouve c’est juste moi qui suis parano. Comme d’hab’. J’crois que je m’inquiète un peu trop quand il est question d’Artus. Alors que bon, il est plus grand que moi, largement. Mais c’est mon big bro, c’est comme ça. Bref. « Ahah ,t’imagines même pas. Elle hurlait comme pas permis. » Vrai ? Faux ? Ça, je précise pas eh, j’ai mon égo de mâle quand même ! Et je suis naturellement doué, oui oui. « M’enfin si j’t’en ai pas parlé c’est juste qu’elle était… j’sais pas, pas ‘importante’ ? J’veux dire, si je dois présenter quelqu’un à ma famille c’est juste les gens avec qui je me vois faire une partie de ma vie…. J’crois ? Elle c’était clairement pas ça. Alors faire de toi un tonton, encore moins ! Steuplait j’ai quand même des exigences ! J’suis un artiste mais ça veut pas dire que je vais tout tolérer de la première poubelle non plus ! »

Ok, je suis peut-être un peu dur. Un peu. Mais je m’en fous, elle était beaucoup trop chiante au final. « Ouai j’dis pas non et au squattage et au test du grand frère parce que bon, celle-là elle était monstrueusement chiante et je pense que tu l’aurais sans doute vu bien avant moi. J’aurais pas galéré autant si t’avais été là pour me filer un coup de main, bien fait pour moi ! Mais bon, ça n’arrivera plus. Oh et, au fait, du coup je passe vendredi soir avec un sac de fringues et des pizzas. Tu m’as bien dit que je pouvais faire comme chez moi, non ? » Comment ça je tape l’incruste ? Même pas ! Il a proposé eh !
Revenir en haut Aller en bas
Artus K. Fraser
Ven 16 Mar - 21:17
Artus K. Fraser
Citoyen Fosterhampton
Messages : 91
Age : 28
Multi-comptes : Sony McClusky
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Hannah Patridge
Johanna McAvoy
Il ne commente pas, Artus. Ce n'est pas qu'il croit pas en la capacité d'une femme à procurer beaucoup de plaisir, sexuellement parlant, à une autre femme. Il est plutôt ouvert d'esprit à ce sujet, Artus. C'est juste qu'il a énormément de mal à croire Alex. C'est sa sœur. Pas de sang, certes, mais c'est tout comme. Alors il doute un peu de la véracité de son affirmation. Mais il ne dit rien. Il se contente d'un petit sourire rapidement, et habilement, dissimulé.

Elle est trop adorable.

« M’enfin si j’t’en ai pas parlé c’est juste qu’elle était… j’sais pas, pas ‘importante’ ? J’veux dire, si je dois présenter quelqu’un à ma famille c’est juste les gens avec qui je me vois faire une partie de ma vie…. J’crois ? Elle c’était clairement pas ça. Alors faire de toi un tonton, encore moins ! Steuplait j’ai quand même des exigences ! J’suis un artiste mais ça veut pas dire que je vais tout tolérer de la première poubelle non plus ! »
« Eh. »

Artus s'est arrêté et fixe sa cadette, le regard sérieux mais nullement fâché ou laissant afficher une quelconque colère.

« J'ai compris qu'elle n'a sûrement été qu'une simple aventure pour toi, mais est-ce que ça mérite un tel commentaire ? »

Artus n'aime pas ça. Cette condescendance, ce comportement presque hautain. Alors oui, Alex a un talent inné pour la peinture, pour plein d'autres petites choses aussi à ses yeux. Mais il n'apprécie pas, même venant des propres membres de sa famille, que l'on rabaisse les gens de la sorte. Peut-être que cette fille n'a pas été irréprochable caractériellement parlant, il n'en sait rien. Il s'en fout un peu dans le fond. Chaque être humain a ses qualités comme ses défauts ; est-ce que ça justifie qu'on doive les insulter de déchet à la première occasion ? Non.

« Ouai j’dis pas non et au squattage et au test du grand frère parce que bon, celle-là elle était monstrueusement chiante et je pense que tu l’aurais sans doute vu bien avant moi. J’aurais pas galéré autant si t’avais été là pour me filer un coup de main, bien fait pour moi ! Mais bon, ça n’arrivera plus. »
« La perfection n'existe pas, Alex. »

Et il est bien passé pour le savoir. S'il avait été « parfait », il n'aurait jamais brisé le coeur d'Enola, par exemple.

« Oh et, au fait, du coup je passe vendredi soir avec un sac de fringues et des pizzas. Tu m’as bien dit que je pouvais faire comme chez moi, non ? »

Un large sourire étire les lèvres du pompier qui s'approche, venant ébouriffer une énième fois les cheveux flamboyants de son adorable petite sœur avant d'entourer ses épaules de son bras.

« Ne compte pas sur moi pour laver ton linge sale, fripouille ! » Il dépose un baiser sur son crâne. « Tu seras toujours la bienvenue, Alex. N'importe quel jour, quelle heure. Ton frère sera toujours là. » Il lâche un petit rire. « Une quatre fromages pour moi. Ou même deux. Et peut-être que je t'offrirai une bière. »

Il la libère ; à son âge, être collée à son grand frère, ça doit être un peu honteux. Il ne sait pas trop. Adam, lui, s'en moque éperdument et se jette à son cou à la moindre occasion.

« Oh, j'y pense. Si j'te donne un double des clés, n'en profite pas pour ramener des gens chez moi en mon absence, okay ? J'te vois venir, p'tite perverse. »

_________________
Artus combat le feu habillé en goldenrod
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Alex' R. O'Marsch
Lun 19 Mar - 11:01
Alex' R. O'Marsch
Artist Alley
Messages : 92
Age : 20
Multi-comptes : Benjamin é Faith & Aethelwulf & Amandine les gars.
Je roule un peu des yeux en attendant mon frangin prendre la défense de cette meuf. Ça se voit bien qu’il l’a connait pas comme moi je l’ai connu. Mais pas grave, j’ai pas envie de débattre avec lui ; déjà parce que j’aime pas avoir tort, ensuite on aurait de toute manière pas le même point de vue et… et puis merde c’est mon frère j’ai mieux à faire avec lui que d’enclencher des discussions stériles, je le fais déjà suffisamment ici pour pas en faire une habitude non plus. Merde quoi. Du coup je le laisse dire, ça me passe un peu au-dessus de la tête. La prochaine fois j’dirais rien sur mes relations point final. J’peux comprendre que ça l’agace ou qu’il comprenne pas. Il a toujours été plus romantique que moi, j’crois.

Peu importe, on passe au sujet suivant, déjà un truc qui me convient bien mieux. Pizza ! Ah, mon royaume pour une pizza ! En plus quatre fromages, aller là une de mes préférés – même si j’avoue que j’ai un peu honte d’avoir bien kiffé celle à l’ananas. Deal. J’adore, on est revenu aux fondamentaux, c’est tout ce dont j’avais besoin !

« Bien sûr que si elle existe la perfection, elle s’appelle Pizza Quatre Fromage, eh. » Non mais il a cru qu’il allait me poutrer sur mon terrain-là. MDR. La blague. Bref. « Ah bah maintenant qu’on a enfin l’occasion de se voir régulièrement, j’espère bien que tu seras toujours là ! Sinon je fais un scandale s’il faut et je repeint toute ta caserne en rose pute ou en mauve dégueulasse, t’es prévenu.» Ouah, la pire menace de l’univers, au moins. AU. MOINS !

« T’en fais pas mon linge je le laverai moi-même, au passage ! Je t’emprunterais juste ta machine, c’est un échange de bon procédé pendant que j’irais chercher les pizza, tu crois pas ? » Oui bon j’essaie de négocier mais j’ai jamais été très bon à ce jeu-là. Pas assez futé. Moi il n’y a qu’avec une palette de couleurs et des toiles que je sais parler. Le reste… Bah je suis pas un Non-Shakespeare pour rien. « Je me ferais pas un plaisir solitaire sur ton canapé t’inquiètes je respecte les maisons des autres eh. » Quand même, j’suis pas un Lord mais j’ai de la tenue moi aussi.

« Au fait, y’a quelqu’un que je voudrais te présenter à l’occaz’, si t’as un peu de temps. » La transition la plus random fact de l’univers. Mais bon, c’est pour lui parler de mon Bro’ donc ça passe.
Revenir en haut Aller en bas
Artus K. Fraser
Lun 9 Avr - 18:21
Artus K. Fraser
Citoyen Fosterhampton
Messages : 91
Age : 28
Multi-comptes : Sony McClusky
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Hannah Patridge
Johanna McAvoy
« Bien sûr que si elle existe la perfection, elle s’appelle Pizza Quatre Fromage, eh. »

Artus lâche un rire et ébouriffe les cheveux de sa sœur, amusé par sa représentation de la perfection.

« Je croyais que j'étais ta seule et unique définition de la perfection. Mais je me fais coiffer au poteau par de la bouffe. Mon coeur se brise. »
« Ah bah maintenant qu’on a enfin l’occasion de se voir régulièrement, j’espère bien que tu seras toujours là ! Sinon je fais un scandale s’il faut et je repeint toute ta caserne en rose pute ou en mauve dégueulasse, t’es prévenu. »

Artus fait mine de réfléchir, regardant le ciel comme s'il pouvait lui apporter une réponse. Puis il hausse les épaules et affiche un sourire amusé.

« Pas sûr que Joach apprécie, mais tu peux toujours essayer. Si t'as pas peur qu'il t'accueille avec la lance incendie. »

Joach ne ferait jamais ça. Lui, par contre, oui. C'est mieux que les pistolets à eau.

« T’en fais pas mon linge je le laverai moi-même, au passage ! Je t’emprunterais juste ta machine, c’est un échange de bon procédé pendant que j’irais chercher les pizza, tu crois pas ? »
« Deal. »

L'idée l'amuse. Et puis, dans le fond, ça rassurera aussi sûrement sa belle-mère de savoir qu'Alex passe du temps chez lui plutôt que dieu sait où ni avec qui, sans donner de nouvelles. Bah, lui, il a toujours été très proche de sa famille, finalement. Il donne des nouvelles régulièrement. Peut-être parce qu'il fait un métier dangereux et qu'il veut rassurer ses proches ? Qui sait ?

« Je me ferais pas un plaisir solitaire sur ton canapé t’inquiètes je respecte les maisons des autres eh. »
« Tu seras gentille d'éviter d'imposer des images dégueulasses à l'esprit de ton grand frère adoré. »

Dans le cas où Alex aurait été effectivement son frère, ça n'aurait pas été aussi choquant que d'imaginer sa sœur faire des saletés. Sur son canapé de surcroît. Artus a beau être ouvert d'esprit, mais s'il pouvait se passer d'imaginer sa fratrie faire des cochonneries, il leur en sera très reconnaissant. Même s'il aime bien taquiner sur le sujet. Y a des limites à tout, même pour Artus.

« Au fait, y’a quelqu’un que je voudrais te présenter à l’occaz’, si t’as un peu de temps. »
« Hm ? »

Étant donné qu'il a été établi qu'Alex était célibataire, il ne va pas lancer une nouvelle vanne au sujet d'un petit ami potentiel. Alors qui ?

« J'ai toujours du temps pour toi, Alex. Qui veux-tu me présenter ? Ta meilleure amie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Alex' R. O'Marsch
Sam 14 Avr - 19:17
Alex' R. O'Marsch
Artist Alley
Messages : 92
Age : 20
Multi-comptes : Benjamin é Faith & Aethelwulf & Amandine les gars.
« Ahah, ouai mais toi t’es la définition de la perfection qui peut pas se manger. ‘Fin j’suis déso’ si j’te déçois mais tu vois frangin, j’ai pas prévu de finir cannibale. Y’a une limite au génie de mon art, t’vois ? » Et puis bon, rien que le fait de me rappeler du film d’horreur avec le célèbre cannibale ça me fait frémir, alors m’imaginer le faire… Brrr nope nope nope y’a pas putain de moyens. Je vais rester à ma pizza quatre fromages, ce sera tout aussi bien. Et puis au moins je suis sûr que je pourrais me bâfrer comme ça. Good enough.

Je ricane par contre en donnant un coup de coude à Artus « Bah alors depuis quand t’es un sensible, toi ? Ces années passées loin de moi t’ont fait oublié à quel point je peux avoir la langue râpeuse ? Surtout quand il s’agit de dire des saloperies ? J’suis déçu franchement bro’ ; moi qui pensait que tu me connaissais mieux que ça ! Entre hommes, on est censés avoir une connexion psychique hors-du-commun, non ?! Une alliance platonique mais tellement forte ! Comme Sam et Frodon du Seigneur des Anneaux !... Bon nous ça ferait un peu incestueux pour le coup mais t’as l’idée quoi. » Enfin j’dis ça mais est-ce qu’il a seulement vu le Seigneur des anneaux, mon frère ? Même pas dit, tiens. Faudra que je me tienne au courant, à l’occasion.

Et je sais pas pourquoi mais je me sens un peu mal à l’aise quand on aborde le sujet présentation. « Ouai non me soule pas cinq minute please tu seras gentil. Non c’est euh… Ouai une personne qui compte pas mal pour moi en fait. » Je mens pas. Bro’ compte pour moi. Oula. Bro’ et bro… va falloir que je trouve un moyen de les différencier parce que sinon ça va pas.

J’entends qu’on m’appelle. Ah. Putain je dois déjà y retourner. Merde. Bon bah tant pis hein. Faut bien y aller. « Déso Artus, je dois y retourner, on s’en reparle ? T’as mon numéro de toute façon ! Dis-moi quand je peux venir repeindre ta caserne aux couleurs de la gay-pride surtout ! » Je l’enlace une dernière fois et je file. Ça m’a remonté le moral n’empêche de le voir. Il m’avait manqué. Mais maintenant qu’il est dans le secteur, il ne peut arriver que du bon, j’en suis sûr !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: