Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
soirée crêpes • pv théo & scar
Sony McClusky
Hellhounds - Chargé de sécurité
avatar
Messages : 84
Age : 29
Multi-comptes : Artus K. Fraser
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Hannah Patridge
Johanna McAvoy
Hellhounds - Chargé de sécurité
Mar 5 Déc - 1:30
Il attrape son écharpe qu'il enroule négligemment autour de sa nuque avant d'enfiler sa veste. S'emparant du sachet trônant sur la table, il quitte l'appartement après avoir passé chaussures à ses pieds. Oh il ne va pas bien loin après tout. Sur le chemin, il prend le temps d'inspecter les couloirs déjà déserts de Blenheim ; aucune âme qui vive. Et cela vaut sans doute mieux.

Il croise naturellement quelques professeurs et autres employés avec qui il ne prend guère le temps de s'entretenir ; il n'a jamais été très causant Sony, après tout. Enfin, surtout depuis l'incident. L'irlandais sort la main de sa poche pour mieux consulter sa montre ; il a encore du temps devant lui. Bien assez en tout pour la soirée qui s'annonce. D'autant qu'il y a fort à parier qu'il ne va pas se contenter de faire qu'un peu de cuisine.

Ses pas le conduisent vers la ville ; il pourrait y aller les yeux bandés tant il connaît le chemin par coeur. Sur la route, il aperçoit l'uniforme caractéristique des policiers ; coup d'oeil rapide. Il ne s'agit pas de Rhys. Ah, encore heureux. Sony en aurait eu pour un moment. Après tout, c'est assez rare que les deux adultes se contentent d'une brève discussion. Car elle termine toujours autour d'un verre, puis deux, puis la bouteille y passe, puis une autre. Puis ça finit presque en coma éthylique dans la rue, à vomir dans un buisson ou à déblatérer des conneries plus grosses qu'eux. Ou à se confesser sur des choses qu'ils préfèrent presque oublier.

Lorsqu'il aperçoit quelques élèves, dans la rue, il plisse les yeux, émettant un petit grognement. Sony n'aime pas vraiment voir les élèves traîner hors du pensionnat, mais c'est là leur quartier libre après tout. Aaah, il ne veut pas vraiment le montrer mais ils s'inquiètent pour ces petits merdeux, comme il aime à les surnommer.

Bientôt il arrive devant le bâtiment qu'il observe bêtement pendant un court instant. Coup d'oeil à sa montre ; il a le temps de s'en fumer une, pas vrai ? Il sort son paquet de sa poche, en extirpant une cigarette avec les dents. Le paquet rangé et le briquet en main, il enflamme le bout de la cigarette avant de ranger le dit briquet. Il s'adosse contre la rambarde de sécurité, observant la ville qui s'allume progressivement, inspirant une bouffée de cet air empoisonné. La cigarette quitte ses lèvres avant qu'une volute de fumée ne s'en échappe. Son regard se perd un instant sur le spectacle de cette fumée blanchâtre qui se dissipe dans l'air ; un léger sourire étire le coin de ses lèvres.

Abigail n'aurait jamais apprécié.

Après une minute ou deux, il jette son mégot au sol, l'écrasant avec son pied avant de se diriger dans le bâtiment. Il sait quel escalier prendre, à quelle porte toquer. Il pourrait presque entrer sans frapper tant il est -presque- toujours fourré ici. Il lève la main, frappe à la porte. Trois petits coups. Et il attend. Quand la porte s'ouvre, il tombe nez à nez -ah, on aurait plutôt dû dire nez à front, vu la différence de taille mais passons- avec deux prunelles d'un bleu différent chacun. Sony tend le sachet qu'il tient, de manière presque tout à fait normale.

« 'lut Théo. La forme, ou tu t'es encore vautrée quelque part ? J'ai apporté des œufs et de la farine pour les crêpes. »

Après tout, ça s'est décidé sur un coup de tête. Comme pas mal de choses dans cette étrange relation que lui et Théo entretiennent. Un couple dites-vous ? Non non. Plutôt une relation de nounou qui vient garder les gosses quand vous êtes partis vous torcher la gueule dans une petite soirée. Sauf que les gosses ont respectivement 24 et 18 ans. Sans parler de la petite créature qui babille dans son berceau.

Sony ôte ses chaussures, son manteau et son écharpe après avoir été invité à entrer. Il regarde autour de lui, presque comme une mère qui vient de rentrer du boulot et qui veut s'assurer que ses filles ont rangé leur bordel. Mais rien ne semble traîner. Sony dépose le sachet sur la table de la cuisine avant de jeter un coup d'oeil à Théo. Il prend toujours un soin particulier à se mettre en face d'elle pour lui parler. Après tout, elle est malentendante. Aussi, Sony articule tout autant. Il n'a jamais fait preuve d'autant de patience avec des gens qu'avec les Knightley, à l'exception d'Abigail.

« Où est Scar ? Ce soir je vais la gaver de crêpes. Elle sera peut-être assez farcie pour Noël, t'en dis quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Theodora B. Knightley
Hellhounds - Surveillante
avatar
Messages : 54
Age : 25
Multi-comptes : Lilas ; Jesper ; Rhys ; Titania ; Percy
Hellhounds - Surveillante
Dim 10 Déc - 22:28
Putain de bordel de merde ça fait mal !
Theodora sait qu'elle vient de le gueuler, par ailleurs ; mais elle n'entend pas le son de sa propre voix. Seule ses songes résonnent dans le silence de sa boîte crânienne, et elle n'entend pas plus les pas de sa cadette s'approcher. Elle se contente de deviner sa présence, tourner la tête pour l'observer, la mine légèrement inquiète ; pourquoi tout le monde s'inquiète si vite déjà ? Ah, non. Ça n'a rien à voir avec ses implants rangés ; juste avec le hurlement qu'elle vient de pousser. Alors elle se sent légèrement bête, sous la couche d'irritation.
Ça n'a rien à voir avec sa surdité ; elle est juste d'humeur à s'énerver pour un rien, ce qui est, elle estime, tout à fait normal après s'être éclaté l'orteil contre le putain de coin de la table de l'enfer.
Le coin de l'enfer, pas la table. La table basse n'a rien demandé à personne. Elle aurait juste dû être ronde, voilà tout.
Évidemment, sans même avoir à regarder, Theodora sait parfaitement qu'elle n'a pas cogné assez fort pour fracturer quoique ce soit ; foutu seuil de douleur de merde, aussi.
Scarlett tourne la tête vers un son au loin et la maman devine immédiatement que la source du bruit n'est autre que l'amour de sa vie, soit Opaline. D'un geste, elle indique à sa cadette qu'elle peut s'occuper d'elle, tandis qu'elle-même se dirige vers sa chambre. Theodora en a marre de rien entendre ; elle sait qu'elle peut se payer le luxe de retirer ses implants quand Scarlett est là, parce que quoiqu'il arrive, elle l'entendra. La majorité du temps, elle est aux aguets, préférant souffrir avec que ne rien entendre sans. Opaline n'a encore que trois ans, et même si elle marche toute seule, parle à peu près et commence même à ne plus avoir besoin de couche, elle n'en reste pas moins un bébé ; son bébé. Le corps céleste autour duquel elle gravite. Theodora flippe beaucoup trop de louper quoique ce soit ; déjà qu'elle a l'impression que sa petite chose a grandi trop vite... Mais c'est pas le moment pour le coup de blues.
Un coup d'œil rapide à sa montre à gousset, Theodora écarquille les yeux ; il est déjà cette heure là ? Elle pousse un nouveau juron que seule des oreilles innocentes peuvent entendre ; réalise qu'elle est vulgaire alors qu'Opaline est dans deux pièces à côté ; se frappe le coude contre la porte.
D'ici à ce que Sony arrive, elle va mourir.
Préférant souffrir encore un peu (elle n'est plus à ça près...) que d'en rajouter une couche à la vulgarité passée, la brune se mort violemment la langue, a les larmes aux yeux, voit flou, et manque de se manger sa commode. Le meuble imposant, évidemment.
Non vraiment, elle va pas survivre.
Finissant par trouver préférable de poser son cul sur son lit pour chercher ses implants, surtout pour sa survie, elle finit par s'étaler, fermer les yeux, respirer un bon coup. Puis repartir à la recherche de ses implants, doux graal.
Doux graal qui est dans la salle de bain. Pourquoi s'en souvient-elle après avoir autant souffert, déjà ? Sa vie est une aventure incroyable.
Le trajet jusqu'à son but ultime se fait cette fois sans encombre ; et c'est au moment où elle vérifie que ses implants ne font pas trop moches qu'elle entend la sonnette.
Best timing ever.
C'est pas forcément sexy, mais elle s'en fout bien vite, préférant aller accueillir son invité ; si l'on puit dire, c'est limite si c'est pas sa deuxième maison, l'appartement des Knightley. La porte s'ouvre toujours aussi brusquement avec Theodora, et enfin un vrai sourire vient poindre sur ses lèvres ; douce satisfaction qui chasse bien vite toute l'irritation accumulée. Elle arrive même à faire abstraction de la douleur encore lancinante dans ses membres.
« 'lut Théo. La forme, ou tu t'es encore vautrée quelque part ? J'ai apporté des œufs et de la farine pour les crêpes. »
... Et à cet instant précis, un sentiment de solitude profonde s'abat sur la surveillante. Franchement, elle est censée dire quoi ? On va se contenter de se racler la gorge pour le moment ; même si, évidemment, c'est synonyme de se vendre. Là n'est pas la question décide-t-elle ; elle se contente de se concentrer sur - ses lèvres, pour être sûre de tout comprendre, il fait un effort en plus, autant en profiter - ses propos. Le reste de ses propos, donc. Et elle se contente de laisser échapper un petit rire avant de se pousser pour laisser passer Sony puis de refermer - toujours aussi délicatement - la porte d'entrée. « Heureusement qu'on a un homme prévoyant par ici ! » Un nouveau rire lui échappe ; évidemment qu'elle est moqueuse, c'est Baby après tout. Même si très vite, elle se met à scander un faible « crêpe crêpe crêpe hmm crêpes » montrant sa joie évidente vis-à-vis de leur repas futur. Theodora accompagne Sony jusqu'à la cuisine puis le laisse s'installer ; il prend vite ses aises, évidemment, il est habitué. « Où est Scar ? Ce soir je vais la gaver de crêpes. Elle sera peut-être assez farcie pour Noël, t'en dis quoi ? » Un nouveau sourire vient orner les lèvres de la jeune femme. Opaline ne semble plus faire de bruit, mais Scarlett n'est pas encore revenue ; elle imagine donc qu'elle s'occupe d'elle d'une façon ou d'une autre, mais que ça marche. « Avec Opaline. J'avais pas mes implants », tout en parlant, elle désigne de l'indexe les dénommés, « du coup elle est allée s'occuper d'elle pendant que j'allais les remettre. Pour la farce... Elle sera prête à dégustation ! » Son rire résonne encore, et elle le sait, sans la moindre finesse ; mais elle n'en a cure, elle est bien, avec ce sentiment de... famille. Un truc qu'elle n'avait jamais connu, avant.  « MA PETITE FEE TOUTE SWEET D'AMOUR, SONY EST LAAA » Parce qu'avec ses grands sabots doit s'accompagner sa grande gueule. Et surtout, songer après coup qu'Opaline dormait peut-être - mais ce n'est pas son heure, donc non. Réalisation, elle se retourne vers Sony, des paillettes dans les yeux.  « Elle a pris trois centimètres depuis la dernière fois que tu l'as vu ! Ca grandi si vite à cet âge ! Et je parle bien d'Opaline. » Petit regard moqueur à sa cadette qui finit par arriver ; parce qu'elle ne peut pas s'empêcher de charrier ceux qu'elle aime, Theodora. Elle pourrait dire qu'elle devrait songer à être plus sweet, mais même quand Scarlett a l'air d'être sur le point de mordre, son aînée la trouvera toujours horriblement adorable.
C'est plus fort qu'elle.
« Crêpe tiiime ! »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ava(c) sony // signa(c) séré | theodora s'exprime en #536387
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 35
Age : 18
Multi-comptes : Séréna + Tybalt + Reyn + Leyna + Tasha + Yunan + Lorella
Galilée
Dim 24 Déc - 3:20
Si vous voulez son avis, béni soit le week-end. Pas de présence inconnue en permanence. Pas de couloirs dans lesquels elle était obligée de jouer à l’épervier en se plaquant contre les murs. Pas de chambre à partager avec non plus deux, mais QUATRE personnes depuis ce fichu incendie (comme quoi le feu c’est vraiment le mal).

Durant ces deux jours, elle ne voyait que les gens qu’elle aimait. Sans personne autour, sans avoir à craindre quoi que ce soit - Scarlett ce ne sont ni les cours, ni les devoirs qui la dérangeaient. C’étaient plutôt ses camarades.
Alors oui, elle aimait le week-end et le calme qu'il lui offrait. Même si ce calme était parfois relatif.

Surtout quand on a une sœur qui s'appelle Théodora Knightley.

En captant le cri de douleur de son aînée, Scarlett leva immédiatement le nez de la table qu'elle était en train d’astiquer. Elle savait que le niveau de décibel n'était pas proportionnel à la gravité de la blessure chez Théo, mais cela ne l'empêcha d'avoir l'air inquiète en s'approchant. On ne sait jamais, le petit garçon qui criait au loup a bien fini par se faire manger après tout.
Heureusement, à la tête de sa sœur, la blonde comprit qu'il n'y avait rien de grave. Cependant un autre cri familier résonna alors depuis l'autre bout de l'appartement. Scarlett tourna la tête dans sa direction en soupirant légèrement. Quelle ironie, qu’Opaline et elle-même aient une ouïe sensible.

Notre Galilée consulta la plus âgée du regard, comme elles avaient pris l'habitude de faire lorsque cette dernière ne portait pas ses appareils - c'était encore plus rapide et efficace que la langue des signes. Un simple mouvement de main et la voilà qui filait aux côtés de sa nièce ; Scarlett la prit dans ses bras et la berça en murmurant une musique douce pour la calmer. Il fallut quelques minutes, mais cela fonctionna.

Quelques minutes plus tard, la jeune tata s’amusait avec Opaline qui riait joyeusement lorsqu’elle entendit qu’on toquait à la porte. Sans être devin, elle devina assez facilement qui venait d’arriver : leur invité régulier du week-end, Sony.
Parfois elle se demandait comment ça se faisait qu’il venait aussi souvent, mais finalement ce n’était pas si grave. La jeune femme l’aimait bien.
Ce qui, sur le moment, ne l’empêcha pas de juger son jeu avec sa nièce plus important. Il fallut que la maman l’interpelle avec ce surnom ridicule qui lui servait d’arme ultime de taquinerie pour qu’elle ne daigne bouger - non sans avoir haussé les sourcils et avoué à la petite fille “Ta maman s’arrange pas avec le temps” sur un ton affectueux. Parce qu’au fond, Scarlett ne pourrait jamais détester Théodora ou lui en vouloir. Plus maintenant. Elle luttait pour laisser le passé de côté, après tout.

Ce qui ne l’empêcha pas de lui faire de gros yeux (faussement) menaçants en arrivant dans la cuisine. “T’es insupportable quand ton estomac s’y met, Theo.” La demoiselle se tourna alors vers leur invité. “B’jour Sony. J’espère que t’as acheté de quoi la rassasier, sinon elle sera encore plus lourde.
Scarlett remonta les manches de son pull, passa les mains derrière les oreilles pour chasser les quelques cheveux qui gênaient, puis entreprit de fouiller les placards pour sortir le nécessaire - lait, sucre, fouet etc. En posant le saladier sur le plan de travail, elle s’adressa à sa soeur. “On est d’accord que tu ne touches à rien ?
Le ton était parfaitement taquin, bien qu’elle ne pouvait nier la maladresse de Theo.

_________________
Ses silences se brisent en indianred
Merci Prue pour l'avatar so magnifique ♥

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

She talks about you like you put the stars in the sky :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sony McClusky
Hellhounds - Chargé de sécurité
avatar
Messages : 84
Age : 29
Multi-comptes : Artus K. Fraser
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Hannah Patridge
Johanna McAvoy
Hellhounds - Chargé de sécurité
Mar 26 Déc - 20:17
« Avec Opaline. J'avais pas mes implants du coup elle est allée s'occuper d'elle pendant que j'allais les remettre. Pour la farce... Elle sera prête à dégustation ! » 

Sony hoche la tête, un petit et éphémère sourire étirant le coin de ses lèvres. Il secoue doucement la tête avant que le cri de Théo ne le fasse sursauter. Le surnom qu'elle affuble à sa propre sœur, en sa présence, le laisse toujours dubitatif. Il pourrait presque compatir. Mais faire tourner Scar en bourrique, ça a quelque chose d'amusant.

Sony retire sa veste, soudain attiré par le regard de Théo posé sur lui. Il la fixe, clignant des yeux, prêt à entendre ce qu'elle a à dire. Ses yeux hétérochromes brillent tellement que Sony ne peut détacher son regard du sien. Ah, bordel.

« Elle a pris trois centimètres depuis la dernière fois que tu l'as vu ! Ça grandit si vite à cet âge ! Et je parle bien d'Opaline. »
« Dommage, je pensais que la grenouillère que j'ai acheté était pour Scar. »

Il secoue la tête avant d'entendre Théo se réjouir du menu. Scar arrive donc dans la pièce pendant que l'australien attache son tablier dans son dos ; il a fini par laisser celui-ci chez Théo plutôt que de toujours amener et ramener le sien.

« T’es insupportable quand ton estomac s’y met, Theo. »

Sony ne commente pas, plus ravi de voir qu'elle est enthousiaste de manger ce qu'il fait plus qu'autre chose. Il finit par regarder Scar.

« T’es insupportable quand ton estomac s’y met, Theo. » Elle croise le regard du métisse. « B’jour Sony. J’espère que t’as acheté de quoi la rassasier, sinon elle sera encore plus lourde. »
« Bonjour Scar. Avec un kilo de farine, je pense qu'on a de quoi faire pas mal de crêpes. »
« On est d’accord que tu ne touches à rien ? »

Sony donne une petite tape sur la tête de Scar avant de retrousser ses manches et d'aller se laver les mains.

« Si elle veut nous aider, laisse-la faire. Elle est maladroite, pas incompétente. » Il s'essuie les mains avant de regarder Théo. « Tu veux remuer la pâte, Théo ? »

Il attrape le saladier que Scar a sorti avant de prendre le fouet et de le tendre à Théo.

« Je te guiderai au besoin si tu veux. Ou tu peux très bien balancer de la farine sur ta soeur, au choix. »

_________________
Sony grogne en #53A2B2
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
true love:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: