:: Fosterhampton :: Basse-ville :: L'hôpital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hey, what you do expect || Faith :3

avatar
Messages : 89
Age : 18
Multi-comptes : Ryan Wilson & Taylor Reed
Jeu 16 Nov - 21:08

Ça ne lui était plus arrivé depuis longtemps et pourtant cette nuit, Hanna s'était retournée encore et encore jusqu'à se lever moite ce matin. Dire qu'elle avait mal dormit était loin de la vérité, elle s'était tracassée et les images de Blenheim en feu avaient fait leurs ravages le long de ses cauchemars. Elle n'avait pourtant eu aucune raison de les vivres en rêve, après tout elle n'était pas présente et n'avait pas approché les flammes même de loin. Elle serait retrouvée couvée comme l'aurait pu être un enfant à l'approche d'un danger imminent et ça, elle le trouvait injuste pour les autres, elle n'avait jamais eu la prétention d'être plus importante que toutes ces vies ramenées ensuite au compte goutte.

La jeune fille était toujours révoltée mais ce matin en plus du reste, elle devait affronter les sueurs froides qui la dominaient depuis son réveil. Elle était indemne mais ce n'était pas le cas de tout le monde et quand son premier réflexe fut de regarder ses messages, la Wheeler su a quel point elle pouvait être stupide. Attendre une réponse qui tardait à venir commençait à devenir habituel ...

Une bonne douche plus tard et elle avait déjà les idées plus claires et des démons étaient retournés dans leur antre. Pour l'instant, elle redevenait maîtresse de sa pensée mais celle-ci semblait s'acharner sur ce téléphone toujours vide de nouveauté. Elle savait très bien ce qu'elle attendait et l'attente commençait à dépasser sa patience et son calme, elle s'inquiétait!

Son grand père, en grand sentimental, avait pris la peine de répertorier tous les élèves sur leur état actuel avec en tête de liste, ceux étant hospitalisés. Ce matin, elle s'était assise et avait feuilleté les documents, espérant ne pas croiser un nom qu'elle connaissait ou plutôt, ce nom qu'elle cherchait mais malheureusement le sort en était autrement. Le nom de Faith y était inscrit et instantanément la boule qu'elle ressentait à l'estomac s’agrandit d'autant plus. Avec cet imbécile qui ne lui répondait pas, la brune s'imaginait le pire et bien entendu, il était inutile qu'elle ne se renseigne auprès de son meilleur ami. Sa relation avec Tim était plutôt pénible et elle n'avait aucune envie de rentrer en confrontation avec lui surtout pour le moment ...

Elle venait donc de prendre sa décision, elle allait vérifier par elle-même c'est ainsi qu'elle parvint devant l'hôpital et bientôt devant la chambre que l'on lui avait renseignée. Plantée devant, hésitant un instant à un quelconque retrait, Hanna serrait ses mains tremblantes entre elles, avant d'entreprendre quelques pas nécessaires à la décompression. Elle ne savait pas ce qui l'attendait à l'intérieur mais elle était là. C'est en voyant une infirmière la jauger du bout du couloir que la demoiselle s'en alla frapper deux ou trois coups avec la désagréable impression que le sol se dérobait sous ses pieds. Et enfin elle se décida à entrer. «  J'entre. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 175
Age : 19
Multi-comptes : Benjamin C. Perrault & Aethelwulf G. Churchill
Olympics
Lun 27 Nov - 0:43
J’ai obtenu que Roméo puisse rester avec moi, le temps que je sorte de là – je sors demain, normalement, j’espère. Ils m’ont dit que je pourrais retourner vivre là-bas, au Palais. Ouai, d’accord, très bien, moi je veux bien ; mais comment ? Je n’ai pas voulu repartir avec la première vague de fuyards, mais au fond, comment on va faire ? Il parait que le grand-père Foster, l’espèce de propriétaire complétement barré a une solution mais je n’en sais pas vraiment plus. Je n’ai écouté les informations que d’une oreille distraite, pour dire vrai. Et honnêtement, je n’ai pas voulu emmerder Indra avec ça lorsqu’il est venu me voir et me ramener Roméo.
Les doigts de ma main gauche – la valide -, passe dans la fourrure de Roméo. Il est couché sur le lit, à côté de moi.

Il n’a pas bougé depuis qu’il s’est installé comme ça hier soir. Je crois qu’il ne veut pas risquer de me perdre de vue une seconde de plus. Après tout, tous les deux, depuis que je l’ai récupéré, je crois que l’on ne s’était jamais retrouvé séparé si longtemps. Je suis vraiment content de voir qu’il a eu la présence d’esprit de suivre la foule pour se barrer illico presto loin des flammes.

Je déteste rester dans cet état végétatif, en plus. Ça ne me ressemble pas et je pense que n’importe lequel des gens que je n’ai pas encore pu revoir – comme Tim ou Nick, par exemple – me secouerait par le col pour me faire reprendre bien avec la réalité. Sincèrement ? J’aimerai bien le faire moi-même, pour commencer. Mais bon, tout cela semble mal parti pour aller dans cette voie.

Et puis, j’entre quelqu’un qui entre. Je crois que je bug, l’espace d’un instant. Mes yeux doivent être écarquillés comme des soucoupes.

« … Hanna ? »

. Roméo relève brusquement la tête et.. Oh bah tiens, il me fait mentir et saute du lit pour aller la saluer, remuant la queue et aboyant à tue-tête.

« Roméo ! Calmes toi ! »

J’ose à peine lancer un regard vers… elle.

« Désolé, il était calme jusque-là… »

_________________
J'suis BG grâce à @Connor, merci ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 89
Age : 18
Multi-comptes : Ryan Wilson & Taylor Reed
Mer 29 Nov - 23:15

Elle y était arrivée, elle s’était décidée un peu pressée par l’environnement extérieur certes, mais elle avait pris la décision de rentrer à l’intérieur de la chambre. Pourtant, c’est bien fébrile et toujours tremblante que la demoiselle tenait fermement cette poignée de porte comme si elle la savait sur le point de se désintégrer et de disparaître la seconde suivante. Le contact la rassurait ou plutôt c’est ce qu’elle se plaisait à croire l’espace des quelques secondes où cela durait car il faudrait bien qu’elle lâche prise une fois la porte complètement ouverte. Elle le savait, elle retardait cet instant aussi fort qu’elle le pouvait, toujours incertaine et craintive de ce qui l’attendait à l’intérieur, voulant à la fois le voir et ne pas le voir telle une pensée contradictoire jusqu’au moment où elle n’eut plus le choix.

L’entrée à présent libre, elle décrispa lentement ses doigts de leur prise et se raidit l’espace d’un instant en entendant prononcer son nom. Elle ne regardait pas devant elle, se contentant de fixer ses pieds du regard encore un instant avant de reconnaître le petit chien qui jappait de bonheur dans sa direction. Voir la petite boule de poil eu raison de sa résistance et la jeune fille attrapa les larmes aux yeux sans qu’elle ne puisse les contrôler. Pourtant, plutôt que d’offrir une caresse à l’animal, Hanna sentit une bouffée de stress la submerger par delà les larmes silencieuses, occultant ce qui l’entourait. Les sons, les gens, les voix, plus rien n’existait pas même le petit animal. La demoiselle n’était pas dans son état normal elle le savait, elle pleurait et continuait de trembler tout ca parce qu’elle avait entendu sa voix, c’était ridicule !

Quelque part la Precious était en colère, une colère masquant sa tristesse actuelle et c’est dans cet état d’esprit qu’elle se dirigea d’un pas frénétique jusqu’au bord du lit où d’un geste automatique, elle en vint à gifler le canadien. Elle reprit dès lors contenance, levant la tête pour le regarder allongé, les larmes incontrôlables ne cessant de couler alors qu’elle retrouvait l’usage de sa voix.

« Je me suis inquiétée idiot ! »

Hanna avait élevé le ton et le prochain mouvement qu’elle fit instinctivement, fut de l’enlacer et de plonger la tête dans son cou. Elle n’y avait pas réfléchi, son corps avait réagit tout seul mais tout ce dont elle était sûre en revanche c’était que savoir qu’il était là et qu’il n’irait nulle part la rassurait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 175
Age : 19
Multi-comptes : Benjamin C. Perrault & Aethelwulf G. Churchill
Olympics
Jeu 21 Déc - 17:01
Il y a des claques et des gifles que je sais avoir mérité, sérieusement. Même si je ne m’en excuse pas toujours ou que je ne montre pas suffisamment de compassion envers les gens qui vont jusqu’à me décoller un plat de la main de ce genre – on m’en a souvent fait le reproche d’ailleurs – ce n’est pas pour autant que je ne sais pas quand j’ai merdé ou pas. Enfin, d’un point de vue tout à fait objectif, parce que dans les faits, de mon point de vue c’est rare que je sois une radasse pour aucune raison. Mais bon.

Le fait est que là, la gifle que je viens de me recevoir, je l’ai pas vu venir. D’habitude un tressautement de l’œil, un poing qui se serre ou une mâchoire qui se contracte, ça se remarque facilement, ça permet –entre autre – de se préparer à devoir encaisser. Sauf que là ; non. J’ai rien vu venir. Mais peut-être que j’aurais dû être plus attentif, aussi. Ce que je veux dire par là, c’est que ce n’est pas n’importe qui, qui est venu me voir. Hanna. C’est Hanna. Franchement, sa présence en elle-même m’apaise – je crois ?

Le truc c’est qu’elle s’est mise à pleurer d’un coup. Je n’ai rien compris. Elle avait mal quelque part ? A vrai dire, je n’ai pas vraiment eut l’occasion de me poser la question que, déjà, la tarte à cinq doigt me tombait dessus, résonnant dans la salle. Sur le coup, même Roméo a cessé d’aboyer. Au moins ça va, je ne suis pas le seul à avoir été surprit. On va dire que c’est toujours ça de prit, hein ?

Et comme si ça ne suffisait pas avec tout ça, voilà que j’ai maintenant une Hanna qui pleure à chaudes larmes dans mon cou. Bon, outre le fait qu’avoir de l’eau qui coule sur la jugulaire, il y a mieux comme sensation, je ne parviens toujours pas à comprendre quel est le fuck de ce moment. Que quelqu’un m’explique ! Je me sens con, moi, à ne pas savoir quoi faire. Donc bon, je… J’essaie de faire comme je peux, avec ce qui me vient. Ma main gauche, valide, remonte dans le dos d’Hanna pour lui caresser les cheveux.

« Ça va aller, Ça va aller Hanna… Je suis désolé. »

Parce que je l’étais vraiment, pour le coup.

« Je n’ai pas voulu t’inquiéter, crois-moi. »

Oui, ça aussi, c’était sincère. Et ça faisait bizarre.

_________________
J'suis BG grâce à @Connor, merci ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 89
Age : 18
Multi-comptes : Ryan Wilson & Taylor Reed
Mar 9 Jan - 23:58

Elle avait trouvé le courage et avait traversé cette chambre d’hôpital pour lui en coller une et le serrer dans ses bras, dans la tête de la jeune fille les évènements n’étaient pas censé se produire de la sorte et même plus, jamais elle n’aurait imaginé qu’elle pouvait le gifler lui. La situation était étrange même pour elle mais au fond, elle ne s’en souciait pas, trop occupée à le serrer dans ses bras alors qu’un poids énorme s’enlevait peu à peu de son cœur ne laissant que de chaudes larmes coulant sans s’arrêter. Elle pleurait sans trop savoir pourquoi mais une chose est sûre, la Wheeler était rassurée.

Elle avait l’impression qu’une éternité s’était écoulée depuis la dernière fois qu’elle avait vu le jeune homme et c’était peu dire ! Et maintenant qu’il s’était mis à caresser ses cheveux, elle resserra d’autant plus la prise qu’elle avait sur lui de peur que ce moment ne vole en éclat si elle venait à le lâcher, comme si tout cela n’avait jamais exister, comme si elle n’était jamais venue. Au fond, elle avait besoin de savoir qu’il était là et quand bien même il s’excusait en lui disant que ca allait aller, elle continuait à pleurer. A cet instant, elle avait juste besoin de savoir qu’il était là et le réaliser était effrayant … Penser à Faith, c’était toujours à double tranchant.

La demoiselle resta tout de même encore un moment dans ses bras sans dire un mot, le temps qu’elle ne se calme et que les battements de ce cœur qui ne lui appartenait pas lui parviennent et ne la ramène à la réalité et qu’elle ne retrouve l’usage de la parole « Je sais … ». Elle se décala alors lentement, les yeux rougis par les pleurs avant de chasser les dernières traces de larmes à l’aide de sa manche.

« Mais tu ne m’as jamais répondu, j’ai eu peur pour toi. »

Et elle lui faisait à présent face, bien plus vulnérable au fond qu’elle ne l’était en arrivant et sans doute bien trop franche pour son propre bien. Hanna se lançait sans détour sur un chemin qu’elle devrait bien éviter si elle ne souhaitait pas souffrir encore. Malheureusement, elle commençait à s’en rendre compte, lorsqu’il s’agissait de Faith tout était différent et sa logique lui échappait. Et pourtant elle se savait, ne pas se ressaisir ne lui attirerait rien de bon. Pourtant, elle ne pouvait que regarder le sol une nouvelle fois comme incapable de soutenir son regard alors bientôt les petites pattes de Romeo retentissaient de nouveau dans sa direction. Au moins lui était déjà plus calme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 175
Age : 19
Multi-comptes : Benjamin C. Perrault & Aethelwulf G. Churchill
Olympics
Ven 19 Jan - 23:23
C’est une des rares nanas avec qui j’ai été un tant soit peu honnête… Je crois. Enfin non, pas ‘nanas’. Hanna n’est pas une ‘nana’ et je ne dis pas ça en référence à son prénom, rien à voir. Juste… Hanna n’est pas juste un numéro sur mon tableau de chasse. Déjà parce que je ne l’ai jamais touché. Mais au-delà de ça, juste parce que c’est elle et que je n’ai pas envie de la considérer comme ça. Pour elle je trouverai ça… Je ne sais pas. Dégradant ? Dans un sens.

C’est bizarre, je n’ai jamais pensé comme ça avant. Faut croire que les vapeurs de l’incendie m’ont retourné le cerveau où je ne sais pas quoi. En tout cas, il faut avant toute autre chose que je trouve un moyen d’éclaircir un peu tout ça. Hanna ne mérite pas de se torturer. Surtout pas pour quelqu’un dans mon genre. Hanna, elle mérite mieux, je le sais bien. Je le sais mieux que personne. Je me mords la langue mais j’arrête vite fait, j’ai un goût amer et ferreux dans le fond de la gorge. Je me suis mordu trop fort. Quel con je fais. J’enchaîne les imbécilités aujourd’hui, ce n’est juste pas croyable.

« Pardon, je… Je n’arrive pas à taper sur le portable avec ma main bandée et la gauche est juste une galère sans nom. Du coup de colère, j’ai explosé mon téléphone contre le mur d’en face et depuis il me fonctionne plus. J’avais demandé à Indra de t’envoyer un message mais j’imagine qu’il n’est pas arrivé à temps… Je ne voulais pas te causer autant de soucis. »

Je me sens un peu comme un gamin qui vient de commettre une grosse connerie. Bon, au fond ce doit forcément être le cas. J’ai merdé et je le sais. Il faut que je trouve un autre sujet sur lequel embringuer la conversation.

« Et… toi ? Je veux dire avec tout ça, là. Tu n’étais pas dans le bâtiment ? Tu as fait quoi depuis ? Tu n’as pas l’air blessée, c’est rassurant. »

Je ne le précise peut-être pas mais ça me retire un poids de l’estomac. C’est toujours ça de prit.

_________________
J'suis BG grâce à @Connor, merci ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 89
Age : 18
Multi-comptes : Ryan Wilson & Taylor Reed
Mer 24 Jan - 22:53
Au fond, elle ne savait pas ce qui était le pire, la franchise honteuse qu’elle venait d’avoir ou le fait qu’il lui réponde en s’excusant sincèrement. Elle le savait, s’il prenait la peine de de demander pardon c’est qu’il le pensait vraiment, juste avec elle, juste avec cette voix qu’elle n’aimait pas lui voir prononcer dans ces moments-là. Il pouvait dire n’importe quoi aux autres, le ton n’était jamais pareil, et le regard non plus quand bien même elle était incapable de soutenir la comparaison pour l’instant. Après tout, avec ce qu’elle venait de lui dire sans détour elle ne pouvait simplement pas. Qui avouait tranquillement qu’il s’était inquiété ? Ca ne devrait pas être elle et pourtant, dieu sait que ce n’était pas la première fois.

Au moins, il était fidèle à lui-même, et l’idée qu’il ait juste jeté son téléphone en était presque drôle. Ce n’était pas le but premier mais ce détail la fit tout de même sourire. Elle devait réellement venir le voir pour s’assurer qu’il allait bien, de ses propres yeux.

« Dans ce cas, tu aurais pu téléphoner aussi mais je suppose que tu ne devais pas être en état. Je comprends que ce n’était pas évident mais de là à éclater ton téléphone … Tu devrais mieux gérer ta colère Faith. »

Elle occulta intentionnellement le reste de sa phrase, ne souhaitant pas s’y attarder pour le moment. Faire face aux excuses du Callaghan dans cet état lui était plutôt pénible à dire vrai. Et il n’était pas doué non plus qu’elle y réfléchissait. Qui parlait de l’incendie et de ce qu’il s’est passé après ? Il n’y avait pas pire comme entrée en matière mais bon, c’était Faith. Elle se revoyait être emmenée la première loin de l’incendie qu’elle observait de l’intérieur de la voiture, avant de rentrer dans le bâtiment de Kaelen et de finir à l’hôtel près de ses grands-parents dont elle avait vu la peine et les reproches réduire la crédibilité …

« Franchement, toi et tes questions… J’ai eu la chance d’être une des première à être exportée, je n’ai vu les flammes que de loin. J’ai aidé à allonger les blessés au Frozen Nights, tout le monde finissait là-bas en attendant les secours, un sale moment. »

Mais lui n’y était pas et elle s’était d’autant plus inquiétée. Quelque part elle aurait préféré le croiser là-bas parmi les blessés légers que dans cet hôpital avec ces excuses, cela aurait sans doute été moins douloureux, peut-être… Se baissant pour attraper Romeo, la demoiselle se redressa ensuite, le caressant dans ses bras avant de poser de nouveau son regard vers le jeune homme non sans une parole supplémentaire qu’elle ne maîtrisa pas. « Ne me fais plus jamais ca. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 175
Age : 19
Multi-comptes : Benjamin C. Perrault & Aethelwulf G. Churchill
Olympics
Jeu 25 Jan - 11:19
Ahah. Mieux gérer ma colère. C’est vrai que j’ai un problème avec ça, je ne vais pas chercher à le nier, ce serait stupide. Hanna me connait sans doute mieux que je ne me connais moi-même, c’est peut-être pour ça au final qu’elle est une des rares que j’écoute. Parfois. Souvent après coup. Ouai bon ok je sais je suis vraiment un cas social et un abruti fini. C’en est navrant, même pour moi. Pourtant, avoir la présence de la Wheeler près de moi me conforte un peu. C’est bizarre de dire a mais c’est comme si elle… Comme si elle m’apaisait, comme si elle était la chose qui me manquait pour être vraiment détendu dans l’immédiat.

Maintenant, j’ai mon chien avec moi, j’ai une blessure qui a été pris en charge, j’ai Hanna… Honnêtement après les visites que j’ai eues ce matin, je ne vois pas ce qui pourrait me manquer, à présent. Et j’arrive à me sentir bien, malgré la culpabilité qui me ronge toujours le cœur. Je déteste ça. M’enfin…

Je suis d’autant plus rassuré de savoir qu’elle a été dans les premiers évacués. Elle n’a rien eu. Rien de rien. Je préfère ça. Je crois que je m’en serais voulu s’il lui était arrivé quelque chose. Mais ce scenario n’est pas entré en action alors tant mieux. Je ne vais rien remuer de plus, on n’est pas là pour ça non plus.

« Ouai, je… En fait en sortant du bâtiment après avoir libéré Roméo je… j’ai été attrapé par un pompier ou je ne sais trop qui, en vérité. C’est assez flou. Je me souviens du Palais en feu, des cris et des gens qui courent, mais après c’est super flou dans ma tête. Je me souviens juste de la lumière blanche et de m’être réveillé ici en fin de compte. »

Ce qui est peu, ouai, on est d’accord.

« Tu comptes faire quoi, toi, maintenant ? »

Merde, j’aurais peut-être dû aborder un autre sujet. Pas que ça ne me brûle pas de curiosité de savoir – et je préférerais qu’Hanna ne parte pas… - mais quand même, une pause entre deux sujets lourds comme ça, c’aurait peut-être été une bonne idée, non ? Je suis con.

_________________
J'suis BG grâce à @Connor, merci ♥️
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Palais de Blenheim :: Fosterhampton :: Basse-ville :: L'hôpital-