:: Fosterhampton :: Basse-ville :: L'hôpital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

If. || Ft Diana.

avatar
Messages : 500
Age : 20
Multi-comptes : Innokenti & Narcisse

Feuille de personnage
Orientation : Hétérosexuelle
Situation: Célibataire
Groupe: Real Fake
Real Fake
Lun 23 Oct - 22:25
If.Etoile&Diana Etoile avait pleurer, Étoile avait crier, Étoile s'était blessée mais surtout, Étoile s'était battue. De tout son corps et de toute son âme. Elle s'était accrochée a la vie et avait forcer d’autres a faire de même. Elle savait très bien qu’elle n’avais pas l'étoffe d’une héroïne et pourtant elle espérait vraiment avoir pu sauver des vies cette nuit là.
C'était son devoir en tant que Leprince de toujours atteindre la perfection et ce peu importe le moment.
Pourtant Etoile n'étais pas satisfaite. Elle était dévastée. Elle avait fait parti de ces gens qui faisaient parti des “victimes”

On peut dire qu’elle avait refusé d’en faire parti. Elle s'était bien battue avec les infirmiers qui avaient essayés de la mettre de force sur un brancard, elle en avait même mordu deux. Elle n’est plus sûre de la suite. Apparemment elle était tombée dans les pommes après s'être assez énervée ou alors on l'avait endormie de force. Personne n'avait voulu le lui dire.
Alors elle s’était réveillée dans cette chambre d'hôpital, sans trop comprendre ce qu’il s'était passé. Elle s'était rendue compte qu’elle portait un masque pour l’aider a respirer et qu’elle avait également beaucoup de bandages sur le visage. Inadmissible.

Le premier jour après son réveil elle a immédiatement voulu sortir de là mais aucune de ses articulation n’avais voulu l'écouter. Du sang s'était mis a couler de son nez et de son bras. Elle  remarqua également que par endroit sa peau avait complètement brûler. Elle s’en foutait. Personne n'arrivait a la calmer.
Son père était arrivé le second jour. La première chose qu’il a fait en la voyant c'était se mettre a pleurer puis la prendre dans ses bras, remerciant le ciel qu’elle soit toujours en vie. Etoile avait eu l’impression de revivre les premiers jours où on l'avait séparée de sa mère. Tout le monde la regardait avec pitié et murmurait probablement des “ Vous avez entendu ce qu’il lui est arrivé ? Pauvre petite…” en la regardant. Elle détestait ça. Personne n'avait le droit de la prendre en pitié.
Papa lui avait expliqué qu’elle ne recevrait pas de visite de ses amis avant un moment parce que son état n'était pas encore assez stable. Elle avait rit, un rire triste qui sonnait bien plus faux que d’habitude; qui auraient envie de venir la voir de toute façon ?
Le troisième jour, on avait tenté de lui retirer son masque mais elle fut prise d’une violente quinte de toux qui la fit tomber dans les pommes.
Elle se réveilla le cinquième jour entourée de plusieurs bouquets de roses bleus, un cadeau de sa mère très probablement. Elle savait qu’elle était dans le coin, jamais n’aurait-elle laissée sa fille a l'hôpital sans garder un œil sur elle. Etoile était fatiguée, elle s'endormit le reste de la journée.

Et nous voilà au sixième jour. Apparemment les médecins avaient levé l’interdiction de visites aux non-membres de sa famille. Son père et Madame Rosalyn étaient passés la voir tôt ce matin et mais venaient de partir rapidement. Une affaire urgente a régler apparemment. Whatever.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 219
Age : 18
Multi-comptes : x

Feuille de personnage
Orientation : Hétéro
Situation: En couple
Groupe: Precious
Precious
Mer 25 Oct - 18:17

Dieu merci, Diana n’a rien eu. Même pas une crise d’asthme, même pas une égratignure, rien. Il faut dire qu’elle a été évacuée parmi les premiers - et c’est tant mieux, car ses parents auraient sans doute porté plainte. Ils auraient créé un scandale juste pour elle et les Harrington-Levy auraient été, une fois de plus, sous le feu des projecteurs.
Alors oui, c’est agréable d’être au centre de l’attention, mais là elle n’en a rien à faire. Si elle a eu de la chance ce soir-là, on ne peut pas dire la même chose pour ses amis, qui sont ressortis blessés, apeurés, affaiblis. Et ses vrais amis lui sont précieux. Ils sont peu nombreux, mais ils comptent beaucoup à ses yeux. Beaucoup plus qu’ils le pensent, en tout cas.

« Bonjour, je suis venue voir Etoile Leprince. On étudie toutes les deux à Blenheim. »
Elle affiche un sourire à la réceptionniste -ou la secrétaire ou whatever. La dame écrit son nom, la date et l’heure, avant de lui faire signer un bout de papier.
« Chambre 203, sur votre gauche.
- Merci. »

L’adolescente suit la direction qui lui a été donnée. Elle marche lentement, le long du mur, pour ne pas gêner les médecins et les infirmiers qui circulent dans l’hôpital. Quelle horreur. Elle se dit qu’elle ne pourrait jamais travailler dans un endroit pareil. Un endroit laid, froid et empesté de microbes. « Une chose est sûre : je ne ferai jamais d’études en médecine. »

Diana arrive enfin à destination. Elle toqua deux fois à la porte -plus par politesse qu’autre chose- avant d’entrer. Lorsque la porte s’ouvre, elle aperçoit son amie, pâle et mal en point, mais ça aurait pu être pire. Elle aurait pu être déformée ou brûlée au niveau du visage. Il faut positiver, right ?
« Salut. » un sourire étire ses lèvres. Elle s’approche d’Etoile. « Tu n’as pas l’air d’aller trop mal. Ça me rassure. » Elle ne lui demandera pas comment elle va. La réponse est évidente : Etoile ne pète pas la forme. Elle est quand même enfermée dans une chambre d’hôpital.
« Apparemment, tu as agi comme une vraie héroïne. »

Ces paroles ne peuvent que lui faire plaisir.
« Moi, j’ai couru. C’est moins glorieux. » Un rire lui échappe.
Oui, elle l’avoue. Elle a fuit les flammes. Quand on y pense, ce n’est pas plus mal, au moins elle n’a pas à dormir ici. « Je sais que tu ne voulais rien en particulier, mais j’ai quand même apporté quelque chose. J’espère que ça te remontera un petit peu le moral. » Elle approche une chaise près du lit, avant de s’asseoir dessus.
« Tiens. »
Diana tend une boîte assez fancy à son amie. Des fraises, des chocolats. Que demander de mieux ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 500
Age : 20
Multi-comptes : Innokenti & Narcisse

Feuille de personnage
Orientation : Hétérosexuelle
Situation: Célibataire
Groupe: Real Fake
Real Fake
Dim 29 Oct - 20:15
If.Etoile&DianaEtoile n’attendais personne. Elle n’avais, après tout, jamais eu personne d’assez proche d’elle qui aurait pu s'inquiéter un minimum de son bien être. Pas d’amis, pas de camarades ni même des voisins qui s'inquiétaient de ne plus la voir passer devant leur fenêtre tous les matins. C'était là, la vie d’une Leprince. Enfermée et surprotégée dans une famille qui, au final, lui aura quand même infliger beaucoup plus de mal que ce qu’elle avait voulu.
Mais tout ça avait changé lorsqu’elle était arrivée a Fosterhampton. Evidemment, au début, ça avait été difficile mais elle avait éventuellement réussit a se faire des amis et même a parler a des gens ! Sans les insulter ! Madame Rosalyn avait de quoi être fière.

Et pourtant.
La Leprince avait toujours eu une estime d’elle beaucoup plus basse que ce qu’elle voulais laisser paraître. Elle se savait impossible a aimer, peut-être était-ce pour cela qu’elle mettait un point d’honneur a être parfaite partout. Si personne ne pouvait l’aimer, elle apprendrait a s'aimer elle même.

C’est pourquoi elle fût honnêtement surprise lorsque Diana pénétra dans sa chambre.

Oh, Diana. Bonjour.

Elle observa son amie s'installer. La scène lui semblait tellement irréelle. Elle s'était inquiétée ? Pour elle ? Un flot d'émotions souleva Étoile qui se redressa sur son lit.

Merci de t’être déplacée, je...je ne sais pas quoi dire.

Sa voix avait cassée sur la fin de ses mots. Des larmes s'étaient mises a coulées sur les joues de la brunette. La surprise de se savoir appréciée alors qu’elle était persuadée du  contraire et ce, surtout, après avoir failli de répondre a ses propres exigences l’avait laissée sans voix.

Oh, e-excuses moi. Je, je ne sais pas ce qu’il m’arrive...

Elle prit son visage entre ses mains puis éclata en sanglots. Elle ne s'était pas rendue compte qu’au final, la seule chose dont elle avait toujours eu besoin était une amie.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 219
Age : 18
Multi-comptes : x

Feuille de personnage
Orientation : Hétéro
Situation: En couple
Groupe: Precious
Precious
Mar 26 Déc - 5:00

Lorsque les larmes se mirent à couler sur les joues pâles de son amie, Diana posa sa main sur la sienne, comme pour la réconforter. « Tu n’as pas à t’excuser. »

Elle lui laisse quelques minutes afin qu’elle reprenne son calme et que sa respiration se stabilise à nouveau. La Precious n’est pas habituée à voir Etoile dans cet état, mais aucune surprise ne se lit sur son visage – Dieu merci pour son resting bitch face. « Je pleurerais aussi si j’étais à ta place. »

C’est vrai, Diana pleurerait nuit et jour. Elle ne supporte pas la douleur et elle n’est pas très douée quand il s’agit de contenir ses larmes. Après tout, ce n’est pas pour rien si on dit qu’elle est précieuse. « Ou est-ce que c’est moi qui te rend si triste ? » Elle le dit de façon légère, plus pour ajouter du comique à la situation qu’autre chose.

Elle quitte sa chaise pour s’asseoir sur le bord du lit. Diana a toujours aimé être physiquement proche de ceux qui comptent pour elle. C’est comme si… ça la réconfortait.

« Ça n’a vraiment pas dû être facile. » elle plonge son regard dans le sien. « Est-ce que tes blessures te font encore mal ? »

En posant cette question, l’adolescente demande implicitement à Etoile de lui donner plus de détails sur ce qu’il s’est passé. Peut-être qu’en expliquant les choses, en les disant à haute voix, ça lui permettra de se sentir mieux. D’extérioriser ça une bonne fois pour toute. « Tu peux me parler, Etoile. Ou me demander ce que tu veux. On est amies. » Les amis, c’est sacré.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 500
Age : 20
Multi-comptes : Innokenti & Narcisse

Feuille de personnage
Orientation : Hétérosexuelle
Situation: Célibataire
Groupe: Real Fake
Real Fake
Lun 22 Jan - 0:08
Etoile hocha la tête puis réussi a se calmer après quelques minutes. Elle s’en voulait terriblement, elle avait toujours décider d’ignorer ses faiblesses et se voir ainsi craquer ne lui faisait absolument pas plaisir. Même si, oui, elle sentait bien qu’elle en avait bien besoin. La française essuya finalement ses larmes et releva la tête, laissant apparaître la petite Etoile si fragile et si inquiète qu’elle avait depuis longtemps enfoui sous des couches et des couches d’un maquillage émotionnel qui finalement lui faisait bien plus de mal que de bien.

Elle souria un peu aux paroles de son amie. Il s’agissait plutôt de l’inverse en réalité, elle était heureuse d’avoir une amie sur qui compter là tout de suite et c'était bien la réalisation de cela qui lui avait fait monter les larmes aux yeux. La française prit une inspiration pour stabiliser sa voix puis leva les yeux vers Diana.

Je ne te remercierais jamais assez pour ta présence a mes côté, Diana...

La main de son amie sur la sienne lui donna le courage de continuer a parler.

Mes blessures me font encore souffrir, oui. Surtout les brûlures aux genoux, c’est assez douloureux. Les médecins disent que je devrais me déplacer en fauteuil roulant quelques temps et qu’après cela j’aurais plus de deux mois de rééducation.

Elle ferma les yeux. Elle n'était pas restée plus d’une dizaine de minutes auprès des flammes et la voilà handicapée pour presque quatre mois.

Mais, je t’avouerais que ce n’est pas ce qui me pèse le plus en ce moment.

L’alitée lâcha un petit rire amer.

Mon père m’en veux de m’être blessée stupidement parce qu’a cause de moi il a dû interrompre son voyage d’affaire pour venir me voir. Tu sais, pour la bonne image, tout ça. Il me reproche de lui faire de la mauvaise pub. La voix d’Etoile reprend de sa puissance, elle est en colère maintenant. D’après lui, j’aurais dû abandonner ceux qui ne pouvaient pas s’en sortir et m’occuper de moi uniquement.

La française fronça les sourcils. Elle s’en voulait, au contraire, de ne PAS avoir pu être là pour tout le monde. Comment son père pouvait-il lui reprocher d’avoir voulu aider des personnes en dangers ? N’avait-il donc vraiment aucune part d’humanité en lui ? Avait-elle admirer une personne aussi égoïste toute sa vie ? Que devait-elle faire de toute la fierté qu’elle avait pour son nom maintenant que le chef de famille et elle étaient en majeur désaccord ?
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Palais de Blenheim :: Fosterhampton :: Basse-ville :: L'hôpital-