Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
INDRA ++ Ses longs doigts dansaient sur les touches d'ivoire
Invité
Jeu 22 Juin - 16:24
Anonymous
La démarche rapide, nerveuse, Jesper parcourait les couloirs, la tête pleine à exploser de songes chaotiques. Il savait gérer pleins de choses à la fois et s'impliquer dans nombreuses tâches en même temps ; mais comme tout être humain normal, il arrivait un moment où il explosait. Un moment où il craquait, lâchait ses responsabilités et fuyait loin de toute civilisation pour se ressourcer.
A une époque, c'était dans les jupons de sa mère ou les bras de Kaelen. Depuis qu'il s'y était mis, c'était dans la musique.
Quand il était en rage, il violentait sa guitare ; passionné, bousculé, trop brûlant, c'était le violon. Quand il était fatigué, mélancolique ou triste, c'était le piano. En général, il fonctionnait comme ça ; mais il lui arrivait d'apprécier réellement se défouler sur les touches d'ivoire ou les cordes de son violon quand il était énervé, aussi.
Déchaîner tout son stress, tout son bordel intérieur sur un clavier robuste qui ne tanguerait pas était fort plaisant.
Et là tout de suite, il en avait besoin.

En général, Jesper faisait attention à être seul dans la salle de musique pour s'adonner à ses petits plaisirs musicaux. Il était étrangement pudique vis-à-vis de ces deux autres passions - tout comme avec la mythologie et la lecture en général en fait - ; c'était une partie de lui privée qui n'avait nullement besoin d'être mise au service de son image. Il pourrait en parler en mode random évidemment ; mais il ne l'aborderait pas volontairement dans le but de se faire mousser. Il adorait qu'on le complimente ou se montre fort impressionné par sa personne (et c'est tout naturel), mais... Ouais. Pudique sur certaines choses qui le composent réellement, au delà de la simple mascarade.
Alors il avait envie d'être seul, pouvoir se vider la tête, se déchaîner, s'oublier. Envie de jouer tout simplement, entendre le son des cordes qui se pincent et s'actionnent, de fermer les yeux et se laisser emporter...
Sauf qu'il y a un petit imprévu.
Alors qu'il approchait de la salle, il entendit des notes, et son pas ralentit, jusqu'à devenir lente. La porte était fermée ; néanmoins, il savait qu'il était tout à fait possible de pénétrer la pièce sans même se faire remarquer. Suffisait que le musicien ou la musicienne ne se laisse trop absorber par sa tâche.
En tout cas, la personne derrière la porte était douée.
Un mouvement d'hésitation ; Jesper apporta sa main à la poignée, la baissa doucement. Il poussa légèrement la porte pour jeter un coup d'œil à l'intérieur.
(Certaines habitudes ne se perdent pas.)
Jesper l'espion le retour.
Il l'écouta jusqu'à la fin de son morceau comme ça, en espérant ne pas s'être fait remarquer ; ce dont il doutait, l'individu aurait cessé tout mouvement non ? Puis à la fin du morceau (ce qui le poussait à songer que non il n'avait pas capté), Jesper se glissa à l'intérieur avant d'applaudir, un immense sourire sur la tronche.
(C'est drôle comme le hasard est bien fait. Pile quand son claviériste le lâche, BOUM, un pianiste.)
► Hey, c'est magnifique ! T'es doué ! Désolé pour le dérangement, j'ai été attiré comme un insecte par la lumière haha.
Il était lumineux, et toujours aussi bavard.
► Hm... On ne s'est jamais parlé pas vrai ? Jesper. Je ne pensais pas que tu étais un virteux pianiste !
Allez les compliments. Dis que t'attends quelque chose de lui tant qu'à faire.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Indra H. King
Jeu 22 Juin - 20:07
Indra H. King
Citoyen Fosterhampton
Messages : 117
Age : 24
Multi-comptes : Lily-Rose Weiss
Luna G. Reynirsdottir
Lancelot Andrieux
Astrid C.-S. Seo
Ezequiel A. Shakespeare
Xiao Lian Li
jesper&indra
Indra ne vivait pas une grande histoire d’amour avec le piano.
Ce n’était pas une relation de haine non plus. Mais quelque chose d’amical. Une vieille et longue amitié qu’il entretenait avec plus ou moins de soin.
Indra pouvait passer des semaines sans voir un seul piano, puis soudain passer des jours et des jours passer presque tout son temps à jouer.
Il était un yoyo.
Indra avait découvert la salle de musique où se trouvait le piano lors de sa première année.
Il était venu y jouer pour la première fois lors de sa troisième année.
Il y était revenu avec irrégularité depuis.
Les premières notes qu’il avait joué en arrivant avaient été celles de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de Vivaldi, puis celles de la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
Indra n’avait pas fait attention au moment où il avait dérivé de ses classiques pour se mettre à jouer des mélodies [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
Il s’était perdu.
Cela lui arrivait rarement au piano. A quelques exceptions près, Indra avait toujours eut une conscience aigüe de son environnement lorsqu’il jouait. C’était généralement ça qui rendait sa relation au piano tendue.
Mais il lui arrivait aussi comme maintenant de se perdre dans la musique qu’il jouait.
De, sans oublier son environnement, ne plus faire attention à ce qui l’entourait.
Ce fut pour ça que, lorsque la dernière note s’acheva, il fut surpris lorsqu’il entendit des applaudissements.
- Hey, c'est magnifique ! T'es doué ! Désolé pour le dérangement, j'ai été attiré comme un insecte par la lumière haha.
Son sursaut fut brutal, et c’est une main sur le cœur qu’Indra se retourna.
Bien sûr les compliments lui firent chaud au cœur. Mais il en aurait aussi rougie de gêne d’avoir été entendu si la surprise n’avait pas occupé tout son quota de sentiment.
- Hm... On ne s'est jamais parlé pas vrai ? Jesper. Je ne pensais pas que tu étais un virtueux pianiste !
Cela eut le mérite de permettre à Indra de se remettre un peu.
Il reprit contenance, et entreprit de refermer le clavier.
- Ce n’était…pas grand-chose, mais merci. On ne sait jamais rencontré officiellement, mais je t’ai vu à plusieurs reprises. Je m’appelle Indra, enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ven 23 Juin - 18:24
Anonymous
Le hasard aime Jesper. Cela s'était déjà démontré à plusieurs reprises. Comme la fois où il n'avait eu le temps de bosser qu'un sujet en physique qui, comme par magie, était tombé, et lui avait apporté un joli dix-huit. Ou encore, les (très) nombreuses fois où il ne s'était jamais fait choper à espionner les gens, alors qu'il s'agissait là d'une bien mauvaise manie qui aurait du l'amener à se faire griller au moins une fois. On pourrait citer encore le fait qu'il réussissait toujours ce qu'il entreprenait, même quand le facteur chance était de la partie.
Mais enfin, pour ce dernier exemple, il n'est qu'à moitié effectif. Jesper réussissait tout ce qu'il entreprenait certes, mais il y mettait les moyens et la volonté. Quitte à transformer le facteur chance en quelque chose de plus tangible.
On aura compris l'idée ; le hasard aime Jesper, et aujourd'hui encore, il en avait la preuve. Petite démonstration : le claviériste de son groupe, Billy, lui a annoncé qu'il ne pourrait plus se produire avec eux pendant un moment. Sans doute un long moment se rapprochant de la perpétuité. Et là, hasard doux hasard, Jesper rencontre un (bon) pianiste !
Le hasard kiffe sa race Jesper.
(Ce qui est compréhensible, il est vrai.)
Alors Jesper est présentement de très bonne humeur. Et devant la surprise qu'il suscita chez son aîné (il lui semble qu'il est plus âgé que lui), le décoloré se sentit carrément d'humeur taquine. Oui, Jesper aime bien faire chier les gens à l'occasion.
Enfin non. Il aime bien s'amuser. Le moyen pour obtenir cet amusement pouvant être tout et n'importe quoi. Dont faire chier des gens. Là, c'est plus correct.
Pendant que le brun se remettait de ses émotions, Jesper jouait les bavards (ce qu'il est par ailleurs) en s'approchant de lui. Arrivé presque à son niveau, le clavier fut refermé avec une certaine délicatesse ; en fait, maintenant qu'il y réfléchissait un peu, tout chez cet individu dégageait une certaine délicatesse, une certaine classe, comme s'ils n'appartenaient pas tout à fait au même univers.
En même temps, Jesper initialement, c'est pas vraiment la délicatesse incarnée, lui. Il se soigne mais voilà.
► Ce n’était…pas grand-chose, mais merci. On ne sait jamais rencontré officiellement, mais je t’ai vu à plusieurs reprises. Je m’appelle Indra, enchanté.
Jesper lui sourit ; Indra. Son nom lui était familier. En même temps, suffisait de jeter un coup d'œil à son faciès pour deviner que le jeune homme devait avoir une certaine popularité (en plus d'une putain de prestance), ce qui avait donc nécessairement mené Jesper à entendre parler de lui une fois ou deux. Rien de bien étonnant, en fin de compte.
► De même.
Il lui sourit de nouveau, se penche légèrement vers le piano contre lequel il s'appuie. Machinalement, sans vraiment y réfléchir, ses doigts se mettent à tapoter en rythme le bois de l'instrument, comme s'il essayait de jouer mais pas au bon endroit.
► Et donc, Indra. Je ne savais pas que tu jouais du piano. Cela fait longtemps, non ? Vu comme t'es habile, tout ça.
Entamer doucement la conversation.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Indra H. King
Mer 26 Juil - 14:07
Indra H. King
Citoyen Fosterhampton
Messages : 117
Age : 24
Multi-comptes : Lily-Rose Weiss
Luna G. Reynirsdottir
Lancelot Andrieux
Astrid C.-S. Seo
Ezequiel A. Shakespeare
Xiao Lian Li
jesper&indra
Indra était plutôt surpris d’être tombé sur quelqu’un d’autre dans cette salle de musique. Bien que ce soit plutôt ce Jesper qui lui soit tombé dessus.
Depuis les quelques jours où il s’était remit à jouer avant de commencer sa dernière année, c’était la première fois que quelqu’un le trouvait en train de jouer.
Rien d’inhabituel, mais toujours surprenant.
Indra ne fut pas surprit outre mesure lorsque l’autre jeune homme se rapprocha du piano, et de lui-même.
- De même.
Indra hocha la tête, et un léger sourire vint flotter sur ses lèvres en réponse, avant que son visage ne retrouve son expression neutre habituelle.
Indra n’avait jamais été excessivement expressif.
Du coin de l’œil, il vit ses doigts s’agiter sur la surface, mais son attention resta concentrée sur Jesper. Son oreille cru reconnaitre la mélodie pianoté, mais aucun nom ne lui vint en tête.
- Et donc, Indra. Je ne savais pas que tu jouais du piano. Cela fait longtemps, non ? Vu comme t'es habile, tout ça.
Indra resta silencieux un instant, ne répondant pas tout de suite.
La question semblait innocente. Peut-être l’était-elle, peut-être pas. Parfois Indra se disait qu’il analysait un peu trop les paroles d’autres personnes. Même si ça lui servait, au final.
- Je joue depuis que je suis petit, bien que ce soit devenu moins régulier maintenant.
Lorsqu’Indra avait recommencé à jouer, après une longue période sans toucher un clavier, il avait constaté qu’il avait perdu de son habilité. Sans surprise. Il lui avait fallut un temps de pratique pour la retrouver.
Depuis Indra essayait de s’entretenir au moins un peu. De temps en temps.
- Tu joues aussi du piano n’est-ce pas ?
Bien qu’il s’agissait d’une question, Indra était certain de la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Lun 20 Nov - 16:10
Anonymous
Un vague sourire vint flotter sur les lèvres d'Indra et Jesper songea que, définitivement, le sourire allait bien à n'importe quel visage. Même celui-là, neutre et parfaitement sculpté, dont la simple neutralité révélait la beauté, semblait bien plus beau, bien plus vrai, paré d'un simple sourire. C'était une observation comme une autre, pour lui qui affichait une mine souriante la plus grande majorité du temps. Car à l'inverse d'Indra, Jesper lui était des plus expressifs, quand bien même certaines étaient des mensonges, des éléments d'une façade parfaitement maîtrisée.
Mais Jesper avait d'autres priorités, dans l'immédiats. Comme potentiellement réussir à recruter Indra dans son groupe. Car il ne fallait pas s'y tromper, Jesper avait bel et bien un objectif, une idée derrière la tête. Bon pianiste, beau gosse ; parfait quoi. Seulement lui semblait plus discret, plus silencieux. Le jaugeait-il, lui aussi ? Avait-il des soupçons quant aux potentielles intentions du precious ? Il se demandait si, la situation se présentant, Indra prendrait la fuite, réagirait mal, ou autre conséquence fâcheuse.
► Je joue depuis que je suis petit, bien que ce soit devenu moins régulier maintenant.
Jesper s'en doutait, pour être parfaitement honnête. Qu'il pratique depuis de longues années, voire depuis l'enfance, au vu de l'habilité dont il avait fait preuve. Le décoloré se contenta d'afficher un nouveau sourire, bien que son regard laissait paraître ce qui se cachait sous la façade : soit le fait qu'il était pensif et intéressé.
► Tu joues aussi du piano n’est-ce pas ?
Jesper fut désarçonné, une seconde. Il cessa de pianoter sur le bois sombre et lança un regard à sa main, comprenant aisément ce qui lui avait mis la puce à l'oreille. Il ne s'était même pas rendu compte de ce qu'il faisait, comme si ce geste lui était inconscient, que ça le démangeait. Ce qui était sans doute exactement le cas.
Ce qui était précisément le cas, en fait.
► Oh euh... Ouais.
Etrangement, il était mal à l'aise. Pudique serait le terme exact. Quoique c'était sans commune mesure avec le violon. Bref. Il avait été pris par surprise et ne savait pas trop comment réagir, de façon spontanée. Il se racla la gorge, eu un rire.
► Pareil que toi, depuis que je suis gosse. J'adore cet instrument, bien que cela ne soit pas mon préféré, mais... mais il n'avait pas envie d'aborder le sujet de son "préféré". enfin ouais, la même. Et je chante, aussi.
Là, on approche du sujet.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Indra H. King
Ven 26 Jan - 10:27
Indra H. King
Citoyen Fosterhampton
Messages : 117
Age : 24
Multi-comptes : Lily-Rose Weiss
Luna G. Reynirsdottir
Lancelot Andrieux
Astrid C.-S. Seo
Ezequiel A. Shakespeare
Xiao Lian Li
jesper&indra
Sa question arrêta le pianotement.
Et Indra pinça ses lèvres à nouveau, amusé. Il ne s’en était pas rendu compte, n’est-ce pas ?
Il savait.
- Oh euh... Ouais.
Envolée, la belle assurance.
Envolée, pour un temps.
- Pareil que toi, depuis que je suis gosse. J'adore cet instrument, bien que cela ne soit pas mon préféré, mais... enfin ouais, la même. Et je chante, aussi.
Indra tourna son regard sur l’instrument auquel il était assit.
Distraitement, il caressa la planche qui protégeait le clavier.
- Je n’adore pas le piano. C’était une obligation quand j’étais enfant et j’en ai gardé une relation conflictuelle.
Une amitié conflictuelle, tempétueuse.
Avec ses hauts et ses bas. Ses longues heures d’amour et ses instants de violence.
Le piano s’était gravé dans son corps, dans ses doigts. Et parfois, dans de rares moments d’explosion, les pires moments, Indra aurait voulu se les couper ou se les briser.
Il en était bien sûr incapable.
- Ca faisait quelques mois que je n’avais pas joué…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: