Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
long time no see • faith
Hannah Patridge
Artist Alley
Hannah Patridge
Messages : 26
Age : 20
Multi-comptes : Sony McClusky
Artus K. Fraser
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Johanna McAvoy
Artist Alley
Ven 14 Sep - 22:47
Elle attend, assise dans l'herbe. Hannah doit rendre un manuel à Pytha avant qu'il n'aille à son entraînement. A moins que ce soit après qu'il soit sorti. L'américaine ne se rappelle plus vraiment les mots de l'Olympic ; dans la précipitation, ils s'étaient séparés dans les couloirs après l'échange du manuel. Alors elle n'avait pas bien entendu.
Et la voilà devant le gymnase, à attendre comme une idiote.

Enfin, ça n'est pas vraiment pour lui déplaire.
L'Artist Alley en a profité pour faire de nombreuses photos. La nature encore et toujours ; son sujet d'étude favori. Elle a encore un peu de mal à photographier des modèles vivants humains. Les animaux étant ce qui lui cause le plus de fil à retordre du fait de leur imprévisibilité.

Et soudain, une idée germe dans son esprit.
A défaut de pouvoir s'entraîner sur des animaux, elle peut affiner sa technique en immortalisant les sportifs. Après tout, ils sont en perpétuel mouvement, ça ne peut que faire un bon entraînement. Et puis les photos serviront bien aux clubs, qui sait.

La brune quitte donc sa place et s'approche de la grande porte. Elle hésite puis entre finalement. Hannah ne connaît pas vraiment les plannings alors elle choisit un couloir au hasard qui l'amène vers le cours principal. Elle entend les couinements des baskets sur le sol lustré, le choc des ballons au sol, des bruits de filet. Le club de basket ? Sans doute.
Bah, elle verra Pytha au moins.

Hannah ouvre doucement la porte et pénètre dans la salle. Pour tomber sur les équipes de volley. Ah. Mauvaise pioche. Elle hausse les épaules et abandonne son sac contre le mur près de l'entrée. L'américaine regarde autour d'elle ; elle n'y connaît rien en volley. Autant le basket ne lui pose pas de soucis -à force d'écouter Pytha, elle a fini par en retenir les règles- mais là, c'est chou blanc pour elle.

Néanmoins, elle se place de sorte à ne gêner personne. Les garçons étant juste devant elle, elle ne cherche pas à rejoindre l'équipe féminine au fond.
Elle règle son appareil, regardant dans l'objectif plusieurs fois pour vérifier l'éclairage, l'exposition. Elle s'assure également de retirer le flash ; elle ne voudrait pas troubler leur entraînement.

Et Hannah commence à prendre des photos. Les premières sont médiocres, floues. Mais elle ne se décourage pas et fait preuve de beaucoup de patience, comme lorsqu'elle est dans la nature. Elle fait abstraction du bruit, et garde son objectif visé sur un joueur sélectionné au hasard. Et elle attend le bon moment pour presser le déclencheur. Meilleur résultat mais toujours pas satisfaisant.

Elle reste comme ça tout le temps de l'entraînement, jusqu'à ce qu'ils fassent une pause. Hannah en profite donc pour regarder les différents clichés et essayer de comprendre pourquoi l'une est plus ratée que l'autre.
Et ce jusqu'à ce qu'un ballon vienne rouler jusqu'à ses pieds. Hannah la ramasse par pur hasard et regarde autour d'elle. Son regard croise celui d'un garçon aux cheveux noirs qui regarde en sa direction. Elle s'apprête à lui renvoyer quand une main s'écrase sur son crâne.

« J'peux savoir c'que tu fous là ? »

McClusky. Quel bonheur.

« J-je prends des photos, m'sieur. C'est pour m'entraîner. »
« Et ils sont au courant ? »
« ...non ? »
« Le droit à l'image, ça te parle ? »
« Mais m'sieur, j'suis élève ici. J'vais pas les pu- »
« J'veux pas le savoir. T'as rien à faire ici pendant que les Olympics s'entraînent. Fiche moi le camp. »

Elle lève les yeux au ciel et hoche la tête en grognant. Quelle soupe au lait !

« D'accord, j'ramène au moins cette balle, c'est bon ? »
« Dépêche-toi. »

Hannah s'avance sur le terrain, sans courir pour éviter de se bûcher ; ce serait con. Elle arrive devant ce garçon aux cheveux noirs avec sa tête de leader d'équipe et lui fourre la balle dans les mains.

« Désolée. J'ai pas voulu risquer de la renvoyer, elle aurait pu aller à la direction op- »
« PATRIDGE ! FOUS MOI LE CAMP, NOM DE DIEU ! »

Elle sursaute et, sans croiser le regard du joueur, elle rebrousse chemin. Elle croise le chargé de sécurité -et responsable du club de volley- et part récupérer son sac.

« Callaghan, j't'ai apporté les analyses des précédents matchs, comme convenu. Tu les donneras à tes gars. Vous ferez le briefing sans moi, j'ai un empêchement. »

Hannah s'est figée, son sac sur l'épaule. Elle regarde le chargé de sécurité emprunter la sortie à l'autre bout du gymnase, et ses yeux noisettes glissent sur l'élève nommé Callaghan. La surprise déformant ses traits, elle ne parvient même pas à articuler un mot.

C'est une blague, c'est ça ?

_________________
Hannah soupire en #B290B7
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Faith Callaghan
Messages : 218
Age : 20
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Ben/Chris Perrault
Anémone XXX
Lear Nash
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats
Olympics
Lun 17 Sep - 0:21
Depuis que Keiko m’a annoncé qu’elle était enceinte, je cogite beaucoup. Je sais bien qu’en soit, je ne peux pas faire grand-chose à ce sujet. C’est sa décision, point. Oui, mais. Et si elle partait ? Et si elle était radiée du palais ? Honnêtement, ça m’emmerderait. Je n’ai pas envie qu’elle parte. Même si nous ne sommes pas les gens les plus proches de la planète, on a une passion commune pour le volley. Et ça me suffit amplement.

Mais bon, en attendant, il faut que je continue à entrainer mes gars ainsi que les nouvelles recrues. Maintenant que j’ai repris ma place de capitaine et que ma main n’est plus douloureuse, je ne suis plus du tout entravé par quoi que ce soit.

On était en plein enchainements lorsque j’ai entendu la voix de McCluskky gueuler un coup – pour ne pas changer, en somme, mais bon je ne peux rien dire puisqu’à ce sujet je ne suis pas vraiment mieux, donc bon. Apparemment, il houspillait une nana avec un appareil photo. Bon, moi en soit j’ai du mal à me sentir concerné, m’enfin.
Sauf que du coup, en ayant laissé tout ça me déconcentrer, j’ai raté une réception et ai juste eu le temps de me protéger le visage avec mes bras-avant pour faire rebondir la balle vers ailleurs. « Désolé Faith ! » me dit mon bras-droit.

« Pas grave, c’est moi qui ne regardait pas. Pas de malaise ! »

Mais bon, il faut tout de même que j’aille rechercher cette fiche balle, quand même. Mais avant même que je ne puisse aller trottiner pour la chercher, cette la petite nana qui se faisait engueuler qui me l’apporte. Oh, cool. C’est bizarre, j’ai presque une impression de déjà-vu quand elle s’approche.

« Ah. Merci c’est sympa. »

C’est littéralement tout ce que j’ai le temps de dire avant que le chargé de sécurité se remette à gueuler. Bordel un jour je vais vraiment le confronter parce que ça devient chiant et à force ça tape sur le système de tout le monde. Il a beau dire, une nuisance sonore comme la sienne, ça reste une nuisance sonore. Peu importe qu’il ait été volleyeur auparavant.

Le truc, c’est que non content de hurler, il m’a perturbé. Sévèrement, de surcroît. Je. Quoi ? Il a dit quoi ? Patridge ? Mais non. C’est une blague, c’est ça ? Il se barre en me laissant les résultats d’analyses. Ah, oui, j’avais oublié que je lui avais demandé ça, c’est vrai. Ce sera pour plus tard. Pour l’instant, je ne peux pas détacher mon regard de la nana en face de moi. Elle a l’air au moins autant perdue que moi.

« …Hannah ? »

Bordel, si c’est elle, je ne m’en remettrais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Hannah Patridge
Artist Alley
Hannah Patridge
Messages : 26
Age : 20
Multi-comptes : Sony McClusky
Artus K. Fraser
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Johanna McAvoy
Artist Alley
Lun 17 Sep - 15:00
« … Hannah ? »

Hannah écarquille les yeux ; ce n'était donc pas une blague. Devant elle se dresse Faith. Son cousin dont elle n'avait plus eu de nouvelles depuis des années. C'est un choc pour elle alors qu'un tourbillon de sentiments se forme en elle. Elle est heureuse mais en même temps triste, en colère.
Et quand ses sentiments la prennent trop au dépourvu, quand elle ne peut pas gérer ce trop plein d'émotions, Hannah fuit.

Elle tourne les talons rapidement, pressant le pas pour s'extirper du gymnase. Elle a envie de pleurer, elle a envie de le prendre dans ses bras ; mais elle n'est capable que de fuir. L'américaine ne comprend absolument pas. Elle s'est fait beaucoup de soucis alors que, finalement, tout allait bien pour lui ?

Et depuis quand est-il à Blenheim ? McClusky avait l'air de bien le connaître. Et il ne faut pas être né de la dernière pluie pour savoir que l'on ne confie pas des analyses des précédents matchs à un élève qui vient juste d'arriver. On confie ça à un capitaine. Et aucune première année ne peut prétendre à ce rôle. C'est comme au basket ; elle en est sûre.

Donc ça veut dire que Faith est là depuis suffisamment longtemps. Mais combien de temps ? Etait-il là il y a trois ans lorsqu'elle est arrivée ? Pourquoi elle ne l'a pas vu plus tôt ? D'autant qu'elle passe souvent par le gymnase pour voir Pytha ; comment ont-ils fait pour ne pas se croiser plus tôt ? C'est insensé.

Elle est tellement perdue dans ses pensées, dans sa fuite, qu'elle n'entend pas la mise en garde d'un élève alors qu'un ballon mal servi menace de la frapper. La brune le remarque. Mais trop tard. Elle ferme les yeux, prête à encaisser le choc. Mais le bruit qu'elle entend, et la douleur inexistante, ne ressemble en rien à un ballon s'écrasant dans un visage. Mais plutôt contre des poignets ?

Hannah entrouvre prudemment les yeux pour voir Faith devant elle, en position de réception. Elle cligne des yeux alors que leurs regards se croisent de nouveau. Les siens s'humidifient et elle détourne légèrement le regard, la tête baissée. Son poing vient cogner, sans nécessairement beaucoup de violence puisqu'elle n'en dispose d'aucune, contre son torse.
Et déjà elle se déporte, pressant le pas pour sortir du gymnase et rejoindre le couloir.

Mais elle devine la présence de son cousin sur ses traces. Et elle ne pourra pas fuir indéfiniment, pas face à Faith. Pas face à son cousin.

« T'as pas besoin de te forcer à me suivre, Faith. » Elle se tourne vers lui, elle se retient de pleurer. « M-mais ça me fait plaisir… te revoir... »

_________________
Hannah soupire en #B290B7
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Faith Callaghan
Messages : 218
Age : 20
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Ben/Chris Perrault
Anémone XXX
Lear Nash
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats
Olympics
Lun 31 Déc - 10:18
Hannah. Hannah. Hannah. Je. Bordel, j’ai vraiment du mal à y croire. Beaucoup de mal. Qu’est-ce qu’elle fiche ici ? J’ai la sensation d’avoir pris dix ans dans les genoux, d’un coup. Ce n’est pas mon genre d’être émotif pourtant mais là… C’est particulier, on va dire. Je vais faire une exception. C’est la famille. La bonne famille.
Depuis combien de temps je ne l’avais pas vu ? Ça y est, ça me revient, maintenant. Les mêmes arrondis sur son visage, les mêmes cheveux parfois hirsutes, les mêmes yeux. Hannah. Mon Hannah. En quelque sorte. Celle qui a grandement aidé à ce que je ne devienne pas un petit con de gamin arrogant. Je pense que sans son influence, je ne serais pas là aujourd’hui. Ou alors pas dans ces conditions. J’aurais pu mal tourner, à l’époque. Plus d’une fois. Mais juste en étant là, en étant elle, elle m’en a empêché. Hannah.

Je n’ai pas le temps d’ajouter quoi que ce soit de plus qu’elle se détourne pour s’en aller. Non ! J’ai envie de lui crier ça, mais bon, on s’est suffisamment fait ahanés par McClusky pour que j’aie envie de recommencer. Alors je la suis, donnant l’ordre à mes gars de poursuivre l’entrainement. Je précise que je ne serais pas long, je reviendrais vite. Ils savent se débrouiller maintenant, j’ai plus besoin de leur tenir la main. Ce serait triste à nos âges.
Et après… Je capte de nouveau le son de sa voix. Je n’avais pas rêvé, non. C’est bien elle. Hannah Patridge. Ma cousine. Celle que je n’ai plus contacté depuis… Bien trop longtemps sans doute. Je reconnais mes torts et, même si au fond j’avais des raisons que mon attention soit dirigé ailleurs, je sais que je ne peux pas prétendre à lui sortir ce genre de balivernes.

« Hannah je… Bon, tu me croiras sans doute pas mais… »

Je me passe une main sur la nuque. Je ne sais pas trop comment réagir, là, dans ce couloir, debout comme un con.
« Je suis vraiment désolé… »

Il me semblait que c’était la moindre des choses à sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Hannah Patridge
Artist Alley
Hannah Patridge
Messages : 26
Age : 20
Multi-comptes : Sony McClusky
Artus K. Fraser
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Johanna McAvoy
Artist Alley
Lun 14 Jan - 13:21
« Hannah je… Bon, tu me croiras sans doute pas mais… »

Faith est probablement aussi gêné qu'elle peut l'être ; un trait de caractère héréditaire dans la famille sans doute ?

« Je suis vraiment désolé… »

Hannah l'observe et inspire profondément, clignant plusieurs fois des yeux pour tenter de chasser les larmes menaçants de rouler sur ses joues ; ce qui est un étrange succès. Pour le moment. La brune finit par secouer doucement la tête, l'ombre d'un sourire étirant ses lèvres.

« Ne t'excuses pas, c'est pas grave. »

Il y a bien pire dans la vie, pas vrai ? Même si la blessure qu'elle a eu suite à ce silence a eu l'effet d'un coup de poignard. Mais Hannah ne veut pas dramatiser davantage les choses ; Faith est en bonne santé, c'est l'essentiel pour elle.

« Je suis contente que tu te portes bien… T'as quand même beaucoup grandi depuis la dernière fois, aha… J'ai failli pas te reconnaître. »

Et elle se sent ridicule. Ridiculement idiote.
Lâche aussi. Parce qu'elle a beau ne pas être très tactile, il n'empêche qu'avec les membres de sa famille, c'est autre chose. Et compte tenu de tout ce temps sans avoir pu voir ou parler à Faith, elle n'ose même pas s'approcher pour le prendre dans ses bras. Et elle ne le ferait pas. Alors elle reste à distance, un sourire maladroit étirant ses lèvres.

« Je… enfin, je vais peut-être te laisser retourner avec tes amis. Ils risquent de s'inquiéter si tu es absent trop longtemps, non ? » Hannah elle sait pas trop comment ça marche l'amitié, n'oublions pas. « Je veux pas te déranger. »

Même si elle crève d'envie de rester avec lui, là, tout de suite.
Même si elle ne peut pas parler.
Même si c'est parfaitement ridicule.

Hannah veut juste rester avec son cousin.

_________________
Hannah soupire en #B290B7
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Faith Callaghan
Messages : 218
Age : 20
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Ben/Chris Perrault
Anémone XXX
Lear Nash
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats
Olympics
Mar 15 Jan - 11:02
C’est pas grave. Je crois que je n’aurais jamais pu sentir quelque chose de plus faux que cela dans la bouche d’Hannah. Parce que même si cela fait maintenant des années que nous sommes séparés, que les événements ont fait que ce soit devenu ainsi entre nous, je la connais toujours. Elle ne parlerait pas avec une telle légèreté. Pas de ça. Pas de ce genre de choses. Pas de notre lien. Parce qu’il est toujours là. Quoi qu’il advienne, il est toujours là et le sera toujours. Je n’ai jamais été un grand philosophe ou quelqu’un qui fait ce qu’il veut des mots. Je suis dans l’action, dans l’instant. C’est un défaut autant qu’une qualité. Mais au moins je peux dire que je n’ai pas envie de la lâcher alors que je viens à peine de la retrouver.

« Hum. Ouai, on va dire que ça va. Ouai. »

Je lui épargne mon hospitalisation, ma main en piteux état –j’espère qu’elle n’a pas remarqué la paume encore enflée par endroit. Je lui passe pas mal de détails aussi. Je n’ai pas trop envie de me concentrer là-dessus pour le moment. On a le temps pour le superflu.

« Et toi, aussi ? J’imagine ? Désolé, au fond je dis ça, mais je n’en sais rien. »

Il faut qu’on sorte de ce couloir, c’est ridicule. Alors, sans oser la prendre par le bras tout de même, j’ouvre la marche.

« T’inquiètes pas pour les autres, ils ont l’habitude de gérer sans moi maintenant. Et s’ils disent quoi que ce soit, je leur ferais faire cent tours de terrains, c’est tout. »

En plus on ne risque pas d’aller bien loin. Dehors, ce n’est pas l’autre bout du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Hannah Patridge
Artist Alley
Hannah Patridge
Messages : 26
Age : 20
Multi-comptes : Sony McClusky
Artus K. Fraser
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Johanna McAvoy
Artist Alley
Mar 15 Jan - 16:40
Malgré ses mots qui laissent planer comme un doute, il affirme qu'il va bien. Hannah a beau ne pas l'avoir vu depuis longtemps, elle sait déceler les petits détails quand ça concerne son cousin. Mais, pour l'heure, elle ne sait pas à quoi il pourrait faire allusion.

« Et toi, aussi ? J’imagine ? Désolé, au fond je dis ça, mais je n’en sais rien. »

Pour toute réponse, Hannah se contente de hocher la tête ; elle aussi, tout comme lui sans aucun doute, est passée par des hauts et des bas. Et quelque chose intime à l'américaine de taire cette histoire de coeur qui s'est mal passée à son arrivée. Faith est un peu idiot dans le sens où il fera toujours tout pour les personnes qui lui sont chères. Enfin c'est le souvenir qu'elle a de lui. Et Hannah sait que ça serait une mauvaise idée que d'entamer une conversation avec ses malheurs.

Qui sait comment il pourrait réagir ?

Il finit par avancer, l'invitant par ce geste à le suivre ; ce qu'elle fait sans trop se poser de questions, sans hésiter. Au fond d'elle, elle est heureuse qu'il ne parte pas, qu'il accepte de rester avec elle encore un moment. C'est stupide, quand elle y pense ; elle qui fuit tant la compagnie, le contact physique, bref la sociabilisation. Mais avec Faith, c'est différent. Parce que c'est son cousin.

« T’inquiètes pas pour les autres, ils ont l’habitude de gérer sans moi maintenant. Et s’ils disent quoi que ce soit, je leur ferais faire cent tours de terrains, c’est tout. »

La photographe penche la tête sur le côté, perplexe ; il a l'air d'être le capitaine, s'il peut les faire courir comme ça. Mais pourquoi arriveraient-ils à gérer sans leur capitaine ? Quelque chose lui échappe. A moins qu'il ne soit capitaine que depuis le début de l'année scolaire ? Peut-être. Elle hausse mécaniquement les épaules à ses propres pensées.

« C'est excessif 100 tours, tu crois pas ? Tu t'es pas absenté pour parler avec un ministre, tu sais ? C'est juste moi. »

Et quand bien même les années ont passé, Hannah est restée la même ; toujours à minimiser son importance dans le coeur des gens, toujours à vouloir rester dans l'ombre et la discrétion. A vouloir une paix qui commence déjà à se fissurer à cause de Pytha, cet abruti aussi éblouissant qu'un soleil.

« Mais… je suis contente de te retrouver ici. Même si c'est une coïncidence plutôt énorme. »

Et Hannah ne croit plus vraiment au hasard, plus depuis le passage de l'autre.
Elle regarde le dos de Faith devant elle et ne peut s'empêcher d'esquisser un léger sourire nostalgique. C'était la vue qu'elle avait le plus souvent de lui lorsqu'ils étaient enfants. Toujours derrière lui, Hannah le suivait partout. Faith c'est le frère qu'elle n'a jamais eu. Elle l'aime de tout son coeur, et même si ce dernier souffre encore de ce long silence radio, il ne peut effacer cet amour pour lui.

« Comment… enfin… est-ce que ton père va bien ? »

Son oncle, le frère de son père ; elle n'a ironiquement pas beaucoup de souvenirs de lui. Après tout, c'était Faith qui lui importait plus à l'époque. Et encore maintenant. Ce n'est pas qu'elle n'aime pas son oncle, mais elle n'a pas spécifiquement d'attaches avec lui. Puisque lui aussi, elle ne l'a jamais revu.

« Désolée, j'ai l'air con. Je sais même pas de quoi te parler, c'est ridicule, hein ? »

Elle est nerveuse Hannah. A tel point qu'elle est déjà en train de triturer ses doigts, le regard fuyant.

_________________
Hannah soupire en #B290B7
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Faith Callaghan
Messages : 218
Age : 20
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Ben/Chris Perrault
Anémone XXX
Lear Nash
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats
Olympics
Mer 16 Jan - 9:28
C’est bizarre à dire mais… je suis rassuré, presque, qu’Hannah n’aborde pas mon hospitalisation, lors de l’incendie de l’année dernière. Ça remonte, mais je n’aime toujours pas en parler. C’est comme ça. Les médecins m’ont dit d’aller consulter un psy. Et puis quoi encore ? Ils m’ont pris pour qui, au juste ? Non, me remettre au sport, ça m’a suffi. J’avais lâché mon équipe trop longtemps après ça et j’ai dû réaffirmer ma place en tant que capitaine. Ca ne fut pas une tâche des plus simples mais j’ai réussi. Maintenant j’en bouge plus.

Heureusement donc, qu’on n’évoque pas ça. Mais avec le nombre de blessés qu’il y a eut, je me dis que mon nom a du se noyer dans la masse. Tant mieux. Et peut-être que, tout simplement, elle ne s’y était pas intéressé, à la liste des blessés. Ce serait encore plus préférable, je pense.

Je me sens con, à ne pas savoir quoi lui dire. Ce genre de situation est plutôt rare, pour moi. Je n’ai pas trop de problème à avoir la tchatche, en général. Sauf que là, on sort du cadre général. Là, c’est pour Hannah. Donc ça prend une tournure plus compliquée. Je crois qu’au fond je dois sans doute culpabiliser un peu. D’être parti comme ça.

C’est encore pire quand je l’entends parler de mon père.

« Ouai, il va… bien. Je crois. J’espère. »

C’est vrai que ça fait un moment que je ne l’ai pas appelé. J’ai promis de ne pas remettre un pied à la maison tant que je ne serais pas devenu un joueur reconnu ; tant que je n’aurais pas fini mes années à Blenheim.

« T’es pas ridicule. C’est juste moi qui ne sait pas quoi dire. J’imagine que tu dois m’en vouloir pour avoir agi de la sorte. Et tu aurais le droit de m’en vouloir. »

Merde, je plombe le ton de la conversation, là, non ? On est enfin dehors. Je respire. Je n’avais pas la sensation que je suffoquais jusqu’à maintenant. Ça fait du bien de se sentir dans la brise.

« Et tes parents, comment ils vont ? »

Mais aller, je suis débile au possible, là. Ca ne devrait pas être permis d’être comme ça. Je ne sais plus ce que je dis, faut croire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: