Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
long time no see • faith
Hannah Patridge
Artist Alley
avatar
Messages : 22
Age : 20
Multi-comptes : Sony McClusky
Artus K. Fraser
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Johanna McAvoy
Artist Alley
Ven 14 Sep - 22:47
Elle attend, assise dans l'herbe. Hannah doit rendre un manuel à Pytha avant qu'il n'aille à son entraînement. A moins que ce soit après qu'il soit sorti. L'américaine ne se rappelle plus vraiment les mots de l'Olympic ; dans la précipitation, ils s'étaient séparés dans les couloirs après l'échange du manuel. Alors elle n'avait pas bien entendu.
Et la voilà devant le gymnase, à attendre comme une idiote.

Enfin, ça n'est pas vraiment pour lui déplaire.
L'Artist Alley en a profité pour faire de nombreuses photos. La nature encore et toujours ; son sujet d'étude favori. Elle a encore un peu de mal à photographier des modèles vivants humains. Les animaux étant ce qui lui cause le plus de fil à retordre du fait de leur imprévisibilité.

Et soudain, une idée germe dans son esprit.
A défaut de pouvoir s'entraîner sur des animaux, elle peut affiner sa technique en immortalisant les sportifs. Après tout, ils sont en perpétuel mouvement, ça ne peut que faire un bon entraînement. Et puis les photos serviront bien aux clubs, qui sait.

La brune quitte donc sa place et s'approche de la grande porte. Elle hésite puis entre finalement. Hannah ne connaît pas vraiment les plannings alors elle choisit un couloir au hasard qui l'amène vers le cours principal. Elle entend les couinements des baskets sur le sol lustré, le choc des ballons au sol, des bruits de filet. Le club de basket ? Sans doute.
Bah, elle verra Pytha au moins.

Hannah ouvre doucement la porte et pénètre dans la salle. Pour tomber sur les équipes de volley. Ah. Mauvaise pioche. Elle hausse les épaules et abandonne son sac contre le mur près de l'entrée. L'américaine regarde autour d'elle ; elle n'y connaît rien en volley. Autant le basket ne lui pose pas de soucis -à force d'écouter Pytha, elle a fini par en retenir les règles- mais là, c'est chou blanc pour elle.

Néanmoins, elle se place de sorte à ne gêner personne. Les garçons étant juste devant elle, elle ne cherche pas à rejoindre l'équipe féminine au fond.
Elle règle son appareil, regardant dans l'objectif plusieurs fois pour vérifier l'éclairage, l'exposition. Elle s'assure également de retirer le flash ; elle ne voudrait pas troubler leur entraînement.

Et Hannah commence à prendre des photos. Les premières sont médiocres, floues. Mais elle ne se décourage pas et fait preuve de beaucoup de patience, comme lorsqu'elle est dans la nature. Elle fait abstraction du bruit, et garde son objectif visé sur un joueur sélectionné au hasard. Et elle attend le bon moment pour presser le déclencheur. Meilleur résultat mais toujours pas satisfaisant.

Elle reste comme ça tout le temps de l'entraînement, jusqu'à ce qu'ils fassent une pause. Hannah en profite donc pour regarder les différents clichés et essayer de comprendre pourquoi l'une est plus ratée que l'autre.
Et ce jusqu'à ce qu'un ballon vienne rouler jusqu'à ses pieds. Hannah la ramasse par pur hasard et regarde autour d'elle. Son regard croise celui d'un garçon aux cheveux noirs qui regarde en sa direction. Elle s'apprête à lui renvoyer quand une main s'écrase sur son crâne.

« J'peux savoir c'que tu fous là ? »

McClusky. Quel bonheur.

« J-je prends des photos, m'sieur. C'est pour m'entraîner. »
« Et ils sont au courant ? »
« ...non ? »
« Le droit à l'image, ça te parle ? »
« Mais m'sieur, j'suis élève ici. J'vais pas les pu- »
« J'veux pas le savoir. T'as rien à faire ici pendant que les Olympics s'entraînent. Fiche moi le camp. »

Elle lève les yeux au ciel et hoche la tête en grognant. Quelle soupe au lait !

« D'accord, j'ramène au moins cette balle, c'est bon ? »
« Dépêche-toi. »

Hannah s'avance sur le terrain, sans courir pour éviter de se bûcher ; ce serait con. Elle arrive devant ce garçon aux cheveux noirs avec sa tête de leader d'équipe et lui fourre la balle dans les mains.

« Désolée. J'ai pas voulu risquer de la renvoyer, elle aurait pu aller à la direction op- »
« PATRIDGE ! FOUS MOI LE CAMP, NOM DE DIEU ! »

Elle sursaute et, sans croiser le regard du joueur, elle rebrousse chemin. Elle croise le chargé de sécurité -et responsable du club de volley- et part récupérer son sac.

« Callaghan, j't'ai apporté les analyses des précédents matchs, comme convenu. Tu les donneras à tes gars. Vous ferez le briefing sans moi, j'ai un empêchement. »

Hannah s'est figée, son sac sur l'épaule. Elle regarde le chargé de sécurité emprunter la sortie à l'autre bout du gymnase, et ses yeux noisettes glissent sur l'élève nommé Callaghan. La surprise déformant ses traits, elle ne parvient même pas à articuler un mot.

C'est une blague, c'est ça ?

_________________
Hannah soupire en #B290B7
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 209
Age : 20
Multi-comptes : Elisa Riddle
Aethelwulf G. Churchill
Yugi Wakaïdo “H.”
Ben/Chris Perrault
Anémone XXX
Lear Nash
Ryuuji Fujiwara
Chester J. Montugen
M. “Maxxie” A. O’Leigh
Alex’ R. O’Marsh
Dove Starviewer
Aelig Yeats
Olympics
Lun 17 Sep - 0:21
Depuis que Keiko m’a annoncé qu’elle était enceinte, je cogite beaucoup. Je sais bien qu’en soit, je ne peux pas faire grand-chose à ce sujet. C’est sa décision, point. Oui, mais. Et si elle partait ? Et si elle était radiée du palais ? Honnêtement, ça m’emmerderait. Je n’ai pas envie qu’elle parte. Même si nous ne sommes pas les gens les plus proches de la planète, on a une passion commune pour le volley. Et ça me suffit amplement.

Mais bon, en attendant, il faut que je continue à entrainer mes gars ainsi que les nouvelles recrues. Maintenant que j’ai repris ma place de capitaine et que ma main n’est plus douloureuse, je ne suis plus du tout entravé par quoi que ce soit.

On était en plein enchainements lorsque j’ai entendu la voix de McCluskky gueuler un coup – pour ne pas changer, en somme, mais bon je ne peux rien dire puisqu’à ce sujet je ne suis pas vraiment mieux, donc bon. Apparemment, il houspillait une nana avec un appareil photo. Bon, moi en soit j’ai du mal à me sentir concerné, m’enfin.
Sauf que du coup, en ayant laissé tout ça me déconcentrer, j’ai raté une réception et ai juste eu le temps de me protéger le visage avec mes bras-avant pour faire rebondir la balle vers ailleurs. « Désolé Faith ! » me dit mon bras-droit.

« Pas grave, c’est moi qui ne regardait pas. Pas de malaise ! »

Mais bon, il faut tout de même que j’aille rechercher cette fiche balle, quand même. Mais avant même que je ne puisse aller trottiner pour la chercher, cette la petite nana qui se faisait engueuler qui me l’apporte. Oh, cool. C’est bizarre, j’ai presque une impression de déjà-vu quand elle s’approche.

« Ah. Merci c’est sympa. »

C’est littéralement tout ce que j’ai le temps de dire avant que le chargé de sécurité se remette à gueuler. Bordel un jour je vais vraiment le confronter parce que ça devient chiant et à force ça tape sur le système de tout le monde. Il a beau dire, une nuisance sonore comme la sienne, ça reste une nuisance sonore. Peu importe qu’il ait été volleyeur auparavant.

Le truc, c’est que non content de hurler, il m’a perturbé. Sévèrement, de surcroît. Je. Quoi ? Il a dit quoi ? Patridge ? Mais non. C’est une blague, c’est ça ? Il se barre en me laissant les résultats d’analyses. Ah, oui, j’avais oublié que je lui avais demandé ça, c’est vrai. Ce sera pour plus tard. Pour l’instant, je ne peux pas détacher mon regard de la nana en face de moi. Elle a l’air au moins autant perdue que moi.

« …Hannah ? »

Bordel, si c’est elle, je ne m’en remettrais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Hannah Patridge
Artist Alley
avatar
Messages : 22
Age : 20
Multi-comptes : Sony McClusky
Artus K. Fraser
Sidney Craig
Keiko Hatsume
Roméo Di Leone
László Weisz
Johanna McAvoy
Artist Alley
Lun 17 Sep - 15:00
« … Hannah ? »

Hannah écarquille les yeux ; ce n'était donc pas une blague. Devant elle se dresse Faith. Son cousin dont elle n'avait plus eu de nouvelles depuis des années. C'est un choc pour elle alors qu'un tourbillon de sentiments se forme en elle. Elle est heureuse mais en même temps triste, en colère.
Et quand ses sentiments la prennent trop au dépourvu, quand elle ne peut pas gérer ce trop plein d'émotions, Hannah fuit.

Elle tourne les talons rapidement, pressant le pas pour s'extirper du gymnase. Elle a envie de pleurer, elle a envie de le prendre dans ses bras ; mais elle n'est capable que de fuir. L'américaine ne comprend absolument pas. Elle s'est fait beaucoup de soucis alors que, finalement, tout allait bien pour lui ?

Et depuis quand est-il à Blenheim ? McClusky avait l'air de bien le connaître. Et il ne faut pas être né de la dernière pluie pour savoir que l'on ne confie pas des analyses des précédents matchs à un élève qui vient juste d'arriver. On confie ça à un capitaine. Et aucune première année ne peut prétendre à ce rôle. C'est comme au basket ; elle en est sûre.

Donc ça veut dire que Faith est là depuis suffisamment longtemps. Mais combien de temps ? Etait-il là il y a trois ans lorsqu'elle est arrivée ? Pourquoi elle ne l'a pas vu plus tôt ? D'autant qu'elle passe souvent par le gymnase pour voir Pytha ; comment ont-ils fait pour ne pas se croiser plus tôt ? C'est insensé.

Elle est tellement perdue dans ses pensées, dans sa fuite, qu'elle n'entend pas la mise en garde d'un élève alors qu'un ballon mal servi menace de la frapper. La brune le remarque. Mais trop tard. Elle ferme les yeux, prête à encaisser le choc. Mais le bruit qu'elle entend, et la douleur inexistante, ne ressemble en rien à un ballon s'écrasant dans un visage. Mais plutôt contre des poignets ?

Hannah entrouvre prudemment les yeux pour voir Faith devant elle, en position de réception. Elle cligne des yeux alors que leurs regards se croisent de nouveau. Les siens s'humidifient et elle détourne légèrement le regard, la tête baissée. Son poing vient cogner, sans nécessairement beaucoup de violence puisqu'elle n'en dispose d'aucune, contre son torse.
Et déjà elle se déporte, pressant le pas pour sortir du gymnase et rejoindre le couloir.

Mais elle devine la présence de son cousin sur ses traces. Et elle ne pourra pas fuir indéfiniment, pas face à Faith. Pas face à son cousin.

« T'as pas besoin de te forcer à me suivre, Faith. » Elle se tourne vers lui, elle se retient de pleurer. « M-mais ça me fait plaisir… te revoir... »

_________________
Hannah soupire en #B290B7
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: