Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Hangover || ft. Chris ♡ {FINI}
Lou-Ann K. Fukuda
Hellhounds - Professeure de musique
avatar
Messages : 85
Age : 24
Multi-comptes : Jalander A. Churchill
Lucrezia I. de Guevara
Hellhounds - Professeure de musique
Dim 2 Sep - 19:46

PERRAULT CHRISTOPHE B. & FUKUDA LOU-ANN K.
HANGOVER


Aïe.
Lou se prit les pieds dans ses propres pieds. Mais qu’est ce qu’elle faisait là, déjà ? Bordel, elle se souvenait plus très bien.
Oh, si. Elle était dans un bar. Un bar bien remplis en plus. Elle avait passé une journée horrible, entre mal de crâne et grosse lassitude. Alors, comme d’habitude, elle était venue se détendre le soir. Mais il faut croire qu’elle avait … Un peu abusée. Elle releva la tête, puis se raccrocha à ce qu’il y avait à proximité -le bar. Elle regarda devant elle, enfin elle essaya. C’était flou. Peut-être en mettant ses lunettes ? Puis en tâtant ses yeux, elle comprit qu’elle avait déjà ses lentilles. Merde. C’était l’alcool qui faisait ça ? Peut-être. Elle posa la tête sur le comptoir, espérant que ça tourne moins. Fait chier. Elle vit le nombre de cadavre de bouteilles et de verres. Elle arrêta de compter après 5 … 5 bouteilles. Parce qu’elle était incapable de compter plus que ça.

Péniblement, elle récupéra comme elle pouvait son sac, menaçant de se vautrer de nouveau par terre comme une loque. Elle se sentait à la fois misérable, bien, triste et morte de rire. Elle qui tenait bien l’alcool, elle avait sûrement forcé comme une bourasse pour finir comme ça. Bon. Elle rassembla les fragments de son amour-propre ainsi que son léger manteau, qu’elle renonça assez vite à mettre sur elle vu qu’elle ne trouvait pas les manches. “Putain de bordel de merde, il a un problème c’manteau ?!” dit-elle avec rage. Finalement, elle le mit en vrac sur son bras, essayant de marcher avec dignité jusqu’à la sortie.

15 minutes plus tard, elle avait réussit à péniblement travers les 6 mètres qui la séparait de la porte de sortie du bar. Chancelante, elle poussa la porte et la légère brise de l’extérieur lui fit du bien. Avant qu’elle recommence à avoir la tête qui tourne. Eh merde. Alors elle s’accrocha au mur. Heureusement, déjà, elle n’avait pas envie de vomir. C’était déjà un bon point. Maintenant, il fallait retrouver le chemin de la maison. Et c’est là qu’elle se posa cette question : où est-ce qu’elle vivait déjà ? Elle commença à marcher -ou plutôt divaguer- vers la rue de droite, avant de revenir vers ses pas et partir vers la rue de gauche. Finalement, voyant une longue rue plongée dans le noir et presque déserte, elle prit conscience qu’elle était … Totalement perdue. Alors elle revint vers le bar, commençant à frissonner un peu avec le froid. Oui, elle avait oublié qu’elle avait un manteau sur le bras.

Alors qu’elle se prenait la tête dans les mains, elle tenta de marcher de nouveau au hasard, avant de se prendre de nouveau les pieds dans ses propres pieds. Emportée par son élan, elle se retrouva littéralement à percuter le dos d’une personne, le front en avant. Elle se frotta le haut du crâne -est-ce qu’elle avait vraiment percuté quelqu’un ou est-ce que c’était le sol ? Mais ça bougeait. Elle s’accrocha à un truc -un bras apparemment- pour se relever, murmurant un tas d’insultes vis à vis d’elle-même en japonais. Finalement elle leva les yeux pour s’excuser.

“Pardon euh … Monsieur ? Ouai, pardon. Je … J’uis tombée et … c’quoi c’t’idée de foutre des pavés devant un bar aussi hein ?! ajouta-t-elle en français cette fois. Elle voulu donner un coup dans le pavé, mais elle se rata superbement. Putain. Une main toujours sur le front, elle plissa les yeux en regardant ce qui semblait être un … homme. Un peu grand. Aucune idée de qui c’était par contre. “... J’vous ai déjà dit pardon ? Je sais plus. Putain je suis pas bien là … Euh dites” dit-elle avec une voix plus proche de celle d’un enfant qui aurait fauté “... On est où ? J’arrive pas à rentrer chez moi.”

Oh Lou, si tu voyais à qui tu as à faire, tu serais sûrement partie en courant. Too bad, la prochaine fois tu boiras moins.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


©️ Nephilith pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lou en #cc6666, en gras pour le Japonais et en italique pour le Français
(o≧∇≦)o [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] o(≧∇≦o)
Revenir en haut Aller en bas
XXXX
Strangers
avatar
Messages : 30
Age : 25
Strangers
Dim 2 Sep - 22:12
Hangover


   Après le taff que j’ai abattu ces deux derniers jours, je me suis dit qu’un peu de repos serait pas de mal. Moi aussi j’avais le droit de m’accorder des pauses, merde. Et je savais exactement comment m’y prendre.

   Draguer.

   J’ai pas envie de rentrer seul, ce soir. Une jolie minette ou un beau gosse dans la force de l’âge – comme moi mais en moins bien quand même, faut pas déconner non plus -, ça fera l’affaire parfaitement - on même si en vrai même pas j'embrasserais, c'est juste pour le plaisir de draguer que je fais ça, parce que j'aime la sensation que ça me prodigue; mais Théo passe avant tout malgré tout. Et je sais exactement ou aller pour ça. Les bars, sans doute mes meilleurs amis sur cette terre. Le gars qui a ouvert le premier du genre devait sans doute pas savoir combien il allait rendre service à l’humanité avec cette idée de génie. Le jour où on trouve son nom, je vote pour qu’on lui érige une stèle commémorative dans chacune des villes ayant un bar. Ouai ça va faire beaucoup. Mais j’aime la démesure, que voulez-vous.

   Blazer enfilé et cravate resserrée juste ce qu’il faut, je suis fin prêt. Here comes daddy !

   Enfin, c’est ce que je me disais jusqu’à ce qu’on me rentre dedans. Genre, bien, avec ça. Alors, ok, je sais qu’il est pas super tôt – mes chance de pécho une personne sobre sont de l’ordre du zéro passé 23h – mais tout de même. Un peu de tenue. M’enfin, je peux au moins essayer d’être sympa. « Ca va all- ».

   Oh shit. Non. Pas elle. C’est une blague, c’est ça ? Une putain de ta mère la pute de blague, on est d’accord là-dessus ? Eh, Karma, je sais que j’ai pas fait que des choses bien dans ma vie mais c’est pas une raison pour me mettre la personne que je voulais le moins revoir de ma vie ici. JUSTE DEVANT MOI.

   Putain Lou-Ann, t’es ridicule. Et tu pues l’alcool, même pour moi c’est abusé. T’as encore fait n’importe quoi. Pour pas changer. C’est dingue ça, jamais tu percute quand tu vas trop loin ? Ou pas assez ? Je vais surtout te laisser toute seule gérer ta galère, tu l’auras bien mérité ! En plus tu veux me parler et… Minute. Hein ? Quoi ? Monsieur ?
Elle est sérieuse de pas me reconnaître ? Elle a bu de l’essence avec du gazole ou ça fonctionne comment ?! Je… Je vais devoir la laisser là. Pas moyen.

  Non. J’aimerai bien pouvoir. Mais de un, je sais que je pourrais pas aller plus loin que le lampadaire dans mon dos si j’essaie de me casser. Et en plus les gens me regardent chelou. Merde. Pour l’entrée en fanfare comme je le voulais, c’est raté. Tu m’emmerde, Lou-Ann. Va falloir que je reste pour la gérer, non mais j’y crois pas. Connasse, va.

(c) morphée/candide
Revenir en haut Aller en bas
Lou-Ann K. Fukuda
Hellhounds - Professeure de musique
avatar
Messages : 85
Age : 24
Multi-comptes : Jalander A. Churchill
Lucrezia I. de Guevara
Hellhounds - Professeure de musique
Dim 2 Sep - 23:54

PERRAULT CHRISTOPHE B. & FUKUDA LOU-ANN K.
HANGOVER


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“Ca va all-”. Blanc. Meh. Pourquoi il la fixe comme ça ? Elle a un truc sur le visage ? Elle commença à se passer la main sur la tête, vérifiant qu’elle n’avait pas quelque chose d’indésirable sur la face. Mais non. Là comme ça, elle sentait rien. Dans un geste ridicule, elle regarda son haut en dentelle qu’elle tira d’une main, comme si elle vérifiait que tout était en place. Puis elle se dit que de toute façon c’était pas une raison de la fixer comme ça. Alors elle releva les yeux vers l’homme en face d’elle. Elle passa successivement du rire nerveux, puis du mutisme total avant de rire de nouveau. Nan y’a pas moyen, elle l’avait jamais vu. Par contre ses yeux étaient tout bizarre. Ouai, bon, peu importe, se dit-elle intérieurement. Alors elle souffla, se grattant la tête. “Oui euh jcrois que ça va. Je sais pas en fait. ‘tête pas.” Elle souffla de nouveau. Mais pourquoi elle était venue ici déjà ?

Puis ça avait finit par lui revenir. C’était la même raison, comme d’habitude. Tuer l’ennui, étouffer l’angoisse. Un frisson lui parcouru l’échine à cette id- ah non en faite elle avait juste de nouveau froid. Elle tenta de sortir son portable, qu’elle failli échapper. Lâchant un gracieux “Bordel de merde” dans un patois bien marqué du sud de la France, elle le rattrapa de justesse. Elle regarda l’écran. Et elle se rendit vite compte qu’elle arrivait pas à lire l’heure écrit dessus. Super, se dit-elle. Elle ne savait pas où elle était, ni où elle habitait, et maintenant elle savait plus lire l’heure. Elle tenta de déverrouiller son portable mais elle se rendit vite à l’évidence : elle y arriverait pas. Merde. Elle voulait rentrer. Elle voulait juste s'effondrer et oublier cette soirée super humiliante pour elle.

Et pendant cette courte minute de réflexion, l’homme en face d’elle la fixait toujours. Elle finit par lever un sourcil dans sa direction. “Bon euh j’ai un truc sur le visage ou quoi ?” Puis elle mesura le ton qu’elle avait et elle se mit à râler toute seule contre elle-même. “Ah pardon, alors que jsuis tombée sur vous déjà, en plus je râle … Excusez moi, je crois que j’me sens … pas bien.” Ses jambes flageolaient un peu. Elle finit par carrément prendre appui sur le bras de l’homme avant de faire quelques pas. “Pardon hein, euh, j’vais rentrer d’accord ? Euh … Désolée encore” mais à peine eut-elle terminée sa phrase qu’elle failli tomber de nouveau. Non mais là ça va pas je déconne complet. Elle hurlait intérieurement contre elle-même. Quel idée de boire comme ça pour oublier quelqu’un.

Et puis d’un coup c’est sortit. La voilà qui pleurait à grands eaux. Des pleurs digne du plus gros caprice d’enfant. Elle se mit accroupie, détachant sa queue-de-cheval qui lui tirait les cheveux. Elle finit par tourner légèrement le visage et, voyant que l’homme était toujours là, elle se leva dans un hoquet de sanglot, lui tirant tout doucement la manche, regardant ses pieds une fois debout. “Euh … pardon mais … Je sais pas où je suis, je sais pas où j’habite … Vous pouvez m’aider ? S’il vous plaît ?” Elle se mordit les lèvres, des perles salées coulant sur ses joues devenue rose puis rouge de honte. Elle se détestait là, maintenant, elle aurait préféré mourir. Mais surtout elle avait peur de jamais réussir à rentrer. Bien sûr, l’idée d’attendre de décuver ne lui traversa pas l’esprit; la tristesse et la peur avait prit le dessus.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


©️ Nephilith pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lou en #cc6666, en gras pour le Japonais et en italique pour le Français
(o≧∇≦)o [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] o(≧∇≦o)
Revenir en haut Aller en bas
XXXX
Strangers
avatar
Messages : 30
Age : 25
Strangers
Lun 3 Sep - 15:32
Hangover


   Ça va putain de pas. Ouai non, sans déconner. Pourquoi je peux pas avoir un sixième sens qui me met en garde contre ce genre de truc ? Je serais pas sorti si j’avais eu un mauvais pressentiment, merde ! Je suis là à contempler Lou-Ann raconter des conneries à n’en plus finir. Mais ma pauvre fille ,sérieusement, t’as vu combien de litres pour être comme ça ? Le coma éthylique ça te parle pas ? Au moins t’aurais emmerder personne et t’aurais fermé ta grande gueule. Même si bon, pour une fois, ça va. Elle est juste dans ses délires, à plus savoir lire l’heure et sortir des débilités de son cru. Elle blesse personne comme ça.

Sauf moi peut-être. Mais j’ai pas envie d’y penser. Non. Pas du tout. Elle me fait pitié. Mais j’peux définitivement pas la laisser comme ça. Je sais que même si j’essayais, je l’aurais sur la conscience. Et si y’a bien une saloperie que je n’arrive pas à ignorer sciemment, c’est ce truc à la con. Putain, même Kaelen j’arrive à passer outre ce qu’elle me dit. Mais ce machin-là. Non. Fais chier.

J’allais lui demander si elle voulait que je lui file un coup de main mais… Elle se fout à fondre en larmes. Et merde. C’est bien ma veine. Bordel mais elle a cru que j’avais que ça à faire ?! Visiblement, oui. J’crois que j’ai jamais autant soupiré en l’espace de trois minutes. C’est ouf. Mais bon. Pourquoi pas hein. C’est pas comme si j’avais plus le choix maintenant.

Je m’accroupis pour être presque à son niveau. « Eh, eh, calme toi, ça va aller. Tu peux me décrire au moins vaguement le quartier où tu vis ? Je pourrais peut-être te guider là-bas. » C’est pas comme si je connaissais Fosterhampton par cœur, après tout. Et puis dans Fukuda il soit pas y en avoir des milles et des cents au mètre carré ; pas comme nous les Perrault, ahah.

En attendant, je l’attrape par le bras. Ça me fait bizarre mais je tâche de pas me concentrer dessus. Pas envie non plus.


(c) morphée/candide
Revenir en haut Aller en bas
Lou-Ann K. Fukuda
Hellhounds - Professeure de musique
avatar
Messages : 85
Age : 24
Multi-comptes : Jalander A. Churchill
Lucrezia I. de Guevara
Hellhounds - Professeure de musique
Lun 3 Sep - 16:15

PERRAULT CHRISTOPHE B. & FUKUDA LOU-ANN K.
HANGOVER


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Actuellement, Lou avait l’impression que son sang était devenu de l’alcool pur. Plus les minutes passaient plus la fatigue la prenait et plus elle devenait incohérente. Accroupie là, les genoux qui flanchaient à la moindre respiration, elle se disait que ça y est. Elle s’en remettrait pas. Qu’elle allait finir seule dans une ruelle sombre et vide et qu’en fait c’était bien fait pour sa gueule. Pourquoi c’était dans ce genre de moment qu’elle se disait qu’elle avait merdé, et pas quand elle était sobre ? Pourquoi c’est aux portes de l’angoisse de mourir qu’elle faisait preuve d’un peu de bon sens ? Bon. En réalité, elle n’allait pas du tout y passer : deux cachets d’aspirine et une nuit de quatorze heures et elle irait bien mieux. Mais il ne fallait pas trop en demander à la jeune femme vu son état.

“Eh, eh, calme toi, ça va aller. Tu peux me décrire au moins vaguement le quartier où tu vis ? Je pourrais peut-être te guider là-bas.” Lou sursauta d’un coup. Ses jambes se dérobèrent et elle atterrit à genoux, la main toujours accrochée à la manche de … De qui déjà ? Et voilà, elle savait déjà plus ce qu’il se passait. Ah, si, oui. L’homme sur qui elle était tombée. Pourquoi elle s'accrochait à lui en faite ? Ah oui, la maison. Et la revoilà partie à pleurer de plus belle. Définitivement, elle était complètement out. Elle sentit un bras qui tentait de la redresser et, dans un geste qui se voulait positif, elle poussa sur ses jambes pour aider. Elle passa assez proche du menton du jeune homme, qu’elle esquiva simplement par chance. Une fois debout, elle se sentait toujours vacillante, mais l’alcool semblait se diluer petit à petit.

Lâchant un léger grognement plus proche de celui d’un chaton que d’un gros molosse, elle regarda l’homme en clignant des yeux. Nan vraiment … C’est fou quand même. C’est comme si elle le connaissait mais qu’elle ne se souvenait pas de son visage. Tant pis. Elle y réfléchira … Plus tard, manifestement. Prenant appui sur son bras, elle passa la main dans ses cheveux comme pour essayer de se rappeler où elle vivait. “Euh … Je sais pas trop. C’est pas trop loin, y’a genre pleins … de … trucs où les gens vivent.” Elle s’arrêta net, avant de râler en murmurant “Merde comment on dit …” et comme une illumination elle leva des yeux brillants d’une fausse intelligence “Immeubles ! C’est ça. J’vis euh, dans un … studio, je crois, dans un groooooos immeuble tout en haut !” ajouta-t-elle en rigolant. Pourquoi c’était drôle ? Aucune idée. Vaut mieux pas chercher.

Resserrant son étreinte autour du bras de l’homme, elle approcha son visage d’un coup très près. Trop près. Puis elle recula en riant, un rire qui serait mignon si ça ne venait pas d’une femme complètement bourrée. “Pourquoi t’as les yeux tout rouges ? C’est plutôt rigolo.” Elle se colla carrément à lui, l’utilisant plus comme un genre de bouée qu’autre chose. Elle posa sa main sur sa tête, la douleur commençant à revenir petit à petit. “Juis désolée, j’te connais pas et … Bah, je dois t’emmerder plus qu’autre chose. Pardon.” Reniflant un peu, elle se mit à suivre l’homme, ne relâchant pas son emprise. Elle était bien plus petite que lui, mais elle avait une sacrée force dans les bras. Tout en marchant -ou plutôt en vacillant-, elle se mit à parler mais ses paroles semblaient s’adresser plus à elle-même. Jsais pas pourquoi je fais ça. Les gens sont cons, ‘fin j’uis vraiment stupide. ‘Fait super mal c’te connerie, ‘ça pour oublier et ça marche pas ça fait chier.” Elle soupira, la fatigue prenant petit à petit le pas sur le reste, sauf sur sa connerie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


©️ Nephilith pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lou en #cc6666, en gras pour le Japonais et en italique pour le Français
(o≧∇≦)o [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] o(≧∇≦o)
Revenir en haut Aller en bas
XXXX
Strangers
avatar
Messages : 30
Age : 25
Strangers
Mar 4 Sep - 0:52
Hangover


 J’ai sérieusement cru qu’elle allait me rouler une pelle quand elle s’est approchée un peu trop de mon menton. Juré j’étais pas bien. J’ai vu flou l’espace d’une seconde. Faut que je calme mon palpitant, ça va plus là. Aller Chris’, un peu de mesure, c’est pas elle qui va te faire chavirer, oh. Pas après ce qu’elle a fait. T’en a vu d’autres ! Mais bon, plus facile à dire qu’à faire, surtout quand j’ai l’impression de devoir faire la conversation à une mioche de trois ans. J’aime pas les mômes, putain. Sauf Opaline. Et Rose. Mais c’est des exceptions, ça. Ça compte pas vraiment.

En attendant elle me bassine l’autre là avec ses questions débiles. Comme elle. « J’ai les yeux rouges parce que je porte des lentilles, crétine. » Je crois que mon rolleyes devait être magnifique. « Tu peux me parler en français. Ça se voit que tu galère à réfléchir en anglais. Arrêtes les frais, c’est ridicule. »

En attendant, je cherche l’endroit où elle m’a dit habiter. Un studio, tout en haut d’un immeuble. Ok, je crois savoir où c’est. Ça m’arrange pas du tout. Bordel de merde, c’est littéralement dans le même quartier que moi. Elle le fait exprès cette espèce de sangsue, ou quoi ? Elle m’énerve, bon dieu qu’elle m’énerve ! Elle aurait pas pu tomber sur Ben’ plutôt que moi ? Il aurait su gérer sans s’énerver, lui. Puisqu’apparemment, pour Lou-Ann, Benjamin fait tout mieux que moi et ce depuis le début. Ça se saurait si le cas contraire existait.

Et puis bon, si vraiment j’comptais pour elle, au moins, elle aurait la décence de me reconnaître. Mais même pas. Aller, c’est bon, je suis fixé. C’est ce que je voulais au fond, pas vrai ? On va dire ça. « T’as l’air plutôt en forme depuis que t’es parti, pourtant. On irait pas que t’as des choses à oublier. » Moi mis à part, hein, évidemment. D’ailleurs je sais même pas pourquoi je lui fais la conversation comme ça, ça a pas de sens bordel. Elle m’énerve. J’ai hâte de la balancer chez elle et de me casser aussi sec. J’aurais fait ma BA et personne pourra rien me dire !

« Aller essaie de marcher droit un peu sinon je vais devoir te porter sur mon dos pour qu’on aille plus vite que ça. » J’ai pas pour ambition de marcher comme papy Léonard avec son déambulateur, merci bien.


(c) morphée/candide
Revenir en haut Aller en bas
Lou-Ann K. Fukuda
Hellhounds - Professeure de musique
avatar
Messages : 85
Age : 24
Multi-comptes : Jalander A. Churchill
Lucrezia I. de Guevara
Hellhounds - Professeure de musique
Mar 4 Sep - 1:31

PERRAULT CHRISTOPHE B. & FUKUDA LOU-ANN K.
HANGOVER


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“J’ai les yeux rouges parce que je porte des lentilles, crétine.” Lou se mit à faire une moue terrible, cette moue qu’elle faisait quand elle est faussement en colère. Sauf que là, manifestement ça ne lui plaisait vraiment pas de se faire insulter. Lâchant un léger “貴様”* en maugréant dans sa barbe, elle … Lui tira la langue. Définitivement, elle régressait à l’état de gamine un peu chiante une fois un certain taux d’alcool atteint. “Tu peux me parler en français. Ça se voit que tu galère à réfléchir en anglais. Arrêtes les frais, c’est ridicule.” Lou passa instantanément d’une tête renfrognée à un sourire un peu niais. C’est vrai qu’elle avait l’impression de passer de l’anglais au français sans vraiment s’en rendre compte, pis le français c’est quand même vachement plus pratique quand elle a un coup dans le nez ; même si ça fait ressortir son accent du sud. “Ouaii, merci c’est sympa … J’avoue que j’galère un peu là.” Apparemment elle avait totalement fait abstraction du commentaire sur le “ridicule”. Et ce n’était pas plus mal.

S’accrochant toujours à l’homme comme un poussin à sa mère, elle le regarda légèrement de biais pendant qu’ils marchaient. Elle jurait qu’il avait … vraiment l’air pas très content. Mais bon, soyons honnête : elle était trop occupée à essayer de marcher à peu près droit pour s’en préoccuper dans l’immédiat. Et surtout, elle continuait à ronchonner dans son coin, perdant peu à peu le fil de ce qu’elle disait. C’est lorsque l’homme se mit à parler qu’elle sortit un peu de son absence. “T’as l’air plutôt en forme depuis que t’es parti, pourtant. On irait pas que t’as des choses à oublier.” Lou s’arrêta net, puis se mis à rire. Mais pas un petit rire, non. Vraiment la crise de fou-rire, celle où se tient les côtes tellement ça faisait mal. En plus son rire résonnait dans sa tête, c’était pas agréable. Mais elle n’avait pas pu se retenir face à cette phrase. Et l’alcool aidant, elle se mis à parler sans aucun filtre. “MOI ?! En forme ?!” Elle se remis à rire, un peu moins fort cette fois-ci. “Naaaaan mais pas du tout là ! Tu crois qu’une fille qui s’met une murge comme ça elle se sent bien ?? T’as pas l’air très doué avec les nanas toi” ajouta-t-elle en lui tapotant le bras de compassion. Décidément, il valait mieux qu’elle ne boit plus jamais.

Commençant à s’énerver toute seule, elle lâcha d’un coup le bras de son Sam improvisé pour se planter devant lui, posant un doigt accusateur sur sa poitrine. “J’uis p’tete pas capable de rentrer chez moi, hein, mais en attendant c’est pas d’ma faute.” Puis elle sembla réfléchir quelques secondes. “... Nan en faites carrément. C’est tellement ma faute. T’as raison j’uis partie et pis comment je regrette” ajouta-t-elle en se frottant la tête de colère. La voilà qui se mettait vraiment en boule. “C’est quoi mon problème hein ?! J’uis partie genre, hop, pu là. ‘m’étonnes que personne veut de moi. Même moi j’veux pas vivre avec … euh, moi.” Elle souffla, laissant enfin tomber ce doigt accusateur avant de tourner le dos à l’homme qui devait bien s’en foutre de ses états d’âmes. Mais une fois lancée, elle ne s’arrêtait plus. “J’uis la pire personne qui existe. J’mérite même pas qu’on me pardonne … Il est vraiment con l’autre. Mais bon, hein. Alors euh, tu vois … J’ai pleins de truc à oublier. A commencer par le chevelu là, ça s’rait pas mal déjà.” ajouta-t-elle avant de souffler de nouveau.

Heureusement pour elle -et le gars derrière elle-, elle faillit chuter de nouveau, alors elle s’arrêta subitement dans son long monologue. Elle sentit subitement qu’on lui parlait juste dans son dos, alors elle tourna la tête. “Aller essaie de marcher droit un peu sinon je vais devoir te porter sur mon dos pour qu’on aille plus vite que ça.” Un sourire carnassier s’étira sur ses lèvres. Erreur. S’approchant tant bien que mal de l’homme, elle fit de grands yeux qui se voulaient attendrissants, avant de dire d’une petite voix “Bah j’avoue que ça serait bien … Je commence à avoir vraiment mal” dit-elle en regardant ses pieds. Quel idée de mettre des talons aussi. Puis, s’approchant encore de nouveau de bien trop près, elle ajouta avec un ton digne du plus mignon des chats “... Alleeez s’il te plaît, promis j’uis pas lourde t’façon je mange rien !”. Dans quel galère elle s’embarquait encore.

* "Enfoiré" en japonais

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


©️ Nephilith pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lou en #cc6666, en gras pour le Japonais et en italique pour le Français
(o≧∇≦)o [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] o(≧∇≦o)
Revenir en haut Aller en bas
XXXX
Strangers
avatar
Messages : 30
Age : 25
Strangers
Mar 4 Sep - 22:26
Hangover


 J’ai l’impression d’être plongé dans la dixième dimension, au moins. Et c’est pas aussi appréciable que ce que j’aurais pu fantasmer à ce propos. A vrai dire je pense même que j’aurais préféré prendre de la drogue. Au moins j’aurais à peu près su à quoi m’attendre. J’aurais juste eu à regarder mes potes d’essai pour voir les effets. PAS TROP TROP COMPLIQUE EN SOMME. Mais là, supporter Lou-Ann  - déjà, hein … - et en plus gérer son côté mioche surexcité parce qu’elle est complétement bourré… Putain j’avais pas signé pour ça. J’avais pas signé tout court, d’ailleurs. Bordel de merde. Je suis poissard, c’est pas possible.

Je comprends que dalle à ce qu’elle baragouine. Elle me saoule. PUTAIN.

Bon, aller, Chris, on se calme. J’aurais juste dû fermer ma grande putain de gueule – heureusement que maman ne m’entends pas penser comme ça sinon je serais bon pour le savon sur les dents – et ne pas proposer cette connerie de l’espace de la prendre sur mon dos. Est-ce que j’ai le choix ? Probablement pas. Elle m’a jamais laissé le choix, de toute manière. C’est pas maintenant que ça va changer. Je roule des yeux, encore et pose un genou à terre. « Je te préviens, si tu me gerbe dessus je te jette sans sommation. C’est compris. »

J’attends qu’elle s’installe pour me relever et repartir. Elle est… vachement plus légère que ce à quoi je m’attendais. Ou que dans mes souvenirs. Il lui est arrivé quoi, bordel ? C’est pas une connerie le fait qu’elle mange plus ? J’aime pas ça. Je peux pas m’empêcher de froncer les sourcils. « Va falloir te remplumer hein. Sinon comment tu veux plaire aux gens bien, comme, j’sais pas, à tout hasard, Benjamin. C’est bien de lui que tu parlais tout à l’heure, pas vrai ? » Je dois adorer me faire du mal, quelque part. Ahahah. Mort de rire… Ou pas du tout.

  Ca me fait bizarre d’être si proche d’elle. Mais même si je voulais détester ce contact, si j’arriverais pas. Je sais pourquoi. Ca fait tellement longtemps que j’attends ça.



(c) morphée/candide
Revenir en haut Aller en bas
Lou-Ann K. Fukuda
Hellhounds - Professeure de musique
avatar
Messages : 85
Age : 24
Multi-comptes : Jalander A. Churchill
Lucrezia I. de Guevara
Hellhounds - Professeure de musique
Mer 5 Sep - 0:45

PERRAULT CHRISTOPHE B. & FUKUDA LOU-ANN K.
HANGOVER


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lorsque Lou vit l’homme poser un genou à terre, elle allait fait un commentaire -totalement débile- sur le fait qu’elle n’épousait pas les gens le premier soir, mais heureusement pour elle -et pour lui- elle se fit interrompre avant même d’ouvrir la bouche. “Je te préviens, si tu me gerbe dessus je te jette sans sommation. C’est compris.” Elle hocha la tête de manière bien trop exagéré, avant de faire le signe de victoire “Oki d’oki, je ferais attention … Euh …” Elle s’interrompit, puis, s’installant sur le dos de l’homme, calant ses affaires comme elle pouvait, elle pencha sa tête sur son épaule et ajouta “... Tu t’appelles comment en faite ?” Et oui, c’est au bon d’un long moment que la demoiselle se rendit compte qu’elle allait se faire porter par un gars dont elle ne connaissait même pas le nom. Bravo.

Entourant de ses bras le cou de ce dernier pour se tenir, elle posa sa tête contre son dos. C’est fou, mais à cette instant précis, elle se sentit … Vraiment bien. Oh bien sûr, son esprit était toujours en train de patauger dans des litres de vodka, mais elle se sentait bien. Comme si la tristesse et la raison pour laquelle elle était venue boire comme un trou ici s’étaient envolés. Et surtout, elle ne saurait expliquer pourquoi elle trouvait si rassurant d’être porter sur le dos de cette homme. Peut-être parce qu’il la portait avec une facilité déconcertante -en même temps elle avait prévenu, elle pèse plus grand chose. Elle commença doucement à somnoler, mais une voix la tira de son sommeil.

“Va falloir te remplumer hein. Sinon comment tu veux plaire aux gens bien, comme, j’sais pas, à tout hasard, Benjamin. C’est bien de lui que tu parlais tout à l’heure, pas vrai ?” Benjamin … Benjamin … Ah oui ça lui revenait. Elle, plaire à Benjamin ? De nouveau, elle eut un rire un peu étouffée, la tête toujours posée sur le dos de l’homme. Tournant légèrement la tête pour se faire entendre, elle dit dans un rire toujours aussi enfantin “Benjamin ? Naaaaaan y’a pas moyen hein”. Relevant la tête pour de bon, ses bras toujours autour du cou, elle soupira en regardant le ciel. “J’ai pas envie de manger. Envie de rien en faite. Le rien c’est vaaaachement effrayant en vrai hein” ajouta-t-elle comme si elle essayait de le convaincre avant même qu’il ouvre la bouche. Soufflant dans sa nuque, Lou continua, de nouveau sur sa lancée. “Eh nan j’parlais pas de lui. Benji il est heureux, pis j’l’aime pas c’te blague” Elle rit de nouveau. “Jsais pas si t’as des sœurs, ou des frères … Mais Benji c’est … jsais pas, comme un grand frère, ouai, le genre qui t’écoute et te juge jaaamais.”

Elle commençait à s’agiter alors, bougeant un peu ses jambes et ses bras autour du cou de l’homme. “Du coup j’peux pas aimer mon frère, berk quand même quoi ! Nan j’parlais d’l’autre chevelu là, y m’énerve … Mais genre Y M'ÉNERVE” ajouta-t-elle en hurlant, la tête de nouveau levée vers le ciel. Intenable cette gamine. “Mais c’ma faute donc c’est pas grave qui m’énerve. C’est lui que je veux, mais je l’aurais jamais. La vie c’est nuuuuulle” conclu-t-elle en s’affalant de nouveau sur le dos de l’homme. Puis, laissant un silence s’installer, elle ajouta d’une petite voix “... Tu sens vachement bon, ça m’rappelle quelqu’un mais jsais plus qui.”

Si tu savais.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


©️ Nephilith pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lou en #cc6666, en gras pour le Japonais et en italique pour le Français
(o≧∇≦)o [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] o(≧∇≦o)
Revenir en haut Aller en bas
XXXX
Strangers
avatar
Messages : 30
Age : 25
Strangers
Sam 8 Sep - 17:18
Hangover


    Je… J’ai pas compris. Genre rien du tout. Depuis tout ce temps j’étais persuadé que, genre, je sais pas, elle kiffait Benjamin de ouf. Ça se voyait pourtant, ça crevait les yeux ! D’ailleurs je me suis déjà posé la question de savoir si Ben et Lou-Ann aurait pas fini ensemble si y’avait pas eu Kae. Ah bordel, je l’aurais eu mauvaise. Encore pire que maintenant. Mais plutôt crever que de l’admettre et le dire à voix haute. J’ai genre déjà mis trois ans à ce que ça soit clair pour moi mais alors le reste… Bref.

Je l’écoute geindre et raconter son blahblahblah. Du coup, ok. Elle craque pas sur Ben’. Très bien, ça me va, dans un sens. Mais merde, elle en veut vraiment un autre, du coup. Ça m’agace. Je sais pas qui c’est mais j’ai méchamment envie de foutre un pain dans la face du premier venu. J’ai aucune patience, ce soir. Fallait pas me priver de ma possibilité de tirer un coup, aussi. Karma, si tu m’entends, je te déteste.

On arrive près de chez elle. Va bientôt falloir que je la lâche. Ok. Très bien. Mais je peux pas m’empêcher d’être à fond curieux, quand même. « Bon, et du coup il ressemble à quoi ton prince charmant ? Genre les yeux, les cheveux ? Il ressemble à un prince Disney ? Ou à Shrek ? Ahah. » C’est peut-être très con mais je connais pas mal de mode ici. J’aime à penser qu’en ayant deux-trois infos pour moi je saurais peut-être deviner de qui il s’agit. Ouai c’est aussi ridicule que c’est stupide, on est d’accord.

Mais bon, on a jamais dit que l’amour rendait plus intelligent. C’est même tout le contraire. Bizarrement. En attendant… « Bon aller Princesse, descend de là, on est arrivé j’crois bien. »

(c) morphée/candide
Revenir en haut Aller en bas
Lou-Ann K. Fukuda
Hellhounds - Professeure de musique
avatar
Messages : 85
Age : 24
Multi-comptes : Jalander A. Churchill
Lucrezia I. de Guevara
Hellhounds - Professeure de musique
Sam 8 Sep - 18:02

PERRAULT CHRISTOPHE B. & FUKUDA LOU-ANN K.
HANGOVER


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lou écoutait d’une oreille le jeune homme qui, décidément, n’avait pas envie de lâcher son nom. Tant pis, ça restera “le mec blond”. Ou “l’homme”. C’est bien l’homme. Et d’ailleurs en parlant de lui, elle se rendit compte que le timbre de sa voix la berçait carrément. Est-ce que c’était seulement l’effet de l’alcool, ou alors la voix en elle-même ? Elle ne saurait pas dire. Mais à nouveau, elle eu cette sensation d’être vraiment bien et, surtout, de se sentir en sécurité. Bien plus que n’importe où. C’était bizarre mais dans son état second, Lou ne se posa pas plus de question. “Bon, et du coup il ressemble à quoi ton prince charmant ? Genre les yeux, les cheveux ? Il ressemble à un prince Disney ? Ou à Shrek ? Ahah.” Lou grogna. Elle, sortir avec Shrek ? Oh, quand même. Faut pas pousser non plus.

Alors comme première réponse, elle se mit à … poquer la joue du jeune homme de l’index. Plusieurs fois. Ca la faisait rigoler, encore une fois, et surtout elle était insupportable. Puis, soupirant, elle finit par lâcher l’affaire et se contenter de trifouiller ses cheveux. Entre la fatigue, l’alcool et cette sensation de bien être, elle n’avait définitivement plus aucune envie de faire des efforts pour respecter l’espace personnel de son compagnon de soirée. De toute façon, elle squattait déjà son dos alors … Un peu plus un peu moins. Prenant une voix narquoise, elle lâcha le plus près de son oreille “Jte trouve vachement curieux monsieur le râleur.” Presque dans un murmure, elle ajouta “Boarf de toute façon …” avant de poser de nouveau sa tête, qui lui semblait trop lourde. “Mmmh … Il est vachement beau déjà. Pis il est grand. Avec lui j’me sens rassurée … Jcrois, jsais plus. Ça fait un moment qu’on s’est pas vu. Mais … Bah, déjà y m’supportait, rien que ça déjà c’est pas mal”, puis elle lâcha un rire. Un rire qui, pour la première fois, sonnait un peu triste. “... surtout quand j’pense à lui j’ai mal au cœur et en même temps ça fait trop de bien. C’est compliqué l’amour, c’est ultra chiant.” Puis, toujours sur sa lancée, elle soupira “Et toi t’es amoureux nan ? J’voudrais pas qu’ça te pose de soucis de balader une fille dans ton dos”

Puis le silence. Elle se laissait trop aller, elle le savait, mais elle n’avait plus aucunes résistances. Ou presque. Comme si une partie de son cerveau avait été protégé de la marée d’alcool qu’elle a ingéré, elle ne lâchait pas son nom. Faut pas déconner non plus. Elle a passé trois ans à garder ça secret -ou presque maintenant que Sony sait-, c’est pas pour lâcher ça à un inconnu. Puis, elle sentit qu’il s’arrêtait. “Bon aller Princesse, descend de là, on est arrivé j’crois bien.” Se contentant d’un léger “Mmmh, ok monsieur le prince” en guise de réponse, elle hocha la tête et avec un peu d’aide, elle descendit du dos de son compagnon de soirée. Elle regarda l’immeuble qui lui faisait face, puis tournant la tête vers l’homme, elle eu un léger vertige. Se contrôlant comme elle pouvait, elle l’attrapa par le bras. “Va falloir m’aider jusque là haut j’crois, jserais pas capable de trouver mon appartement … pis j’espère que y’a un ascenseur.” Levant les yeux, elle ajouta “Ah ouai, euh, j’m’appelle Lou-Ann. Fukuda le nom. Si ça peut aider.”

Jusqu’au bout, elle sera inconsciemment cruelle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


©️ Nephilith pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lou en #cc6666, en gras pour le Japonais et en italique pour le Français
(o≧∇≦)o [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] o(≧∇≦o)
Revenir en haut Aller en bas
XXXX
Strangers
avatar
Messages : 30
Age : 25
Strangers
Sam 8 Sep - 23:21
Hangover


  Elle me désespère. Elle a toujours été comme ça ? Ou c’est nouveau ? Non parce que j’ai pas le souvenir de l’avoir déjà fréquentée en étant si bourrée au point de se comporter comme une abruti décérébrée. C’est triste. En soit je sais pas ce qui lui est arrivé. Et je m’en fous. Enfin, j’aimerais croire que je m’en fous mais c’est pas le propos.

Monsieur le prince. Ahah. Grosse blague. Elle capte plus l’ironie passée trois gramme dans le sang ? Apparemment non. « Faudrait savoir, j’suis un prince ou un râleur ? » Merde alors, décide-toi. Tu me saoules déjà assez comme ça, Lou-Ann-de-mes-deux-Fukuda. Comme si j’avais pu oublier comment elle s’appelait. Comme si j’avais plus l’oublier tout court. Aller, Chris. Pour tard pour le sentimentalisme. Ça me va pas de toute manière. Autant faire une croix dessus une bonne fois pour toute. Je garderais ça pour la façade, le reste on s’en bat les couilles.

Pas comme si Kae’, Louve ou même Ben’ avaient vraiment besoin de moi. Je suis qu’une utilité parmi tant d’autre. La preuve, j’ai la personne que j’aime tout près de moi et elle se souvient pas de mon nom ou de mon visage. Ça pique. Je reconnais. Mais c’est la vie, hein. Il a été décidé que je serais un poissard jusqu’au bout, c’est tout. Surtout quand ça impliquait une certaine meuf aux cheveux roses.
Bref.

Je lui reprends le bras et pour la guider vers l’intérieur. On monte dans l’ascenseur, direction dernier étage. De ce que j’ai vu sur les indications, c’était ça. Et finalement, la porte salvatrice. Aller je vais pouvoir me barrer maintenant, non ? « Bon aller, rentre chez toi, je t’ai suffisamment raccompagnée. Tu devrais pouvoir trouver le chemin toute seule cette fois, non ? » Je sais bien qu’elle est sacrément touchée m’enfin quand même. Y’a des limites.


(c) morphée/candide
Revenir en haut Aller en bas
Lou-Ann K. Fukuda
Hellhounds - Professeure de musique
avatar
Messages : 85
Age : 24
Multi-comptes : Jalander A. Churchill
Lucrezia I. de Guevara
Hellhounds - Professeure de musique
Jeu 13 Sep - 0:23

PERRAULT CHRISTOPHE B. & FUKUDA LOU-ANN K.
HANGOVER


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“Faudrait savoir, j’suis un prince ou un râleur ?” Silence. “T’es le prince des râleurs.” Lou était peut-être bourrée, mais elle ne perdait en rien son sale caractère d’effrontée. Le genre de truc que les mecs n’aiment pas, parce qu’elle ne se laisse pas faire. Parce qu’elle répond, qu’elle envoie chier quand ça lui plaît pas. Mais là, c’était dit avec une certaine douceur, presque un sourire en coin. Elle ne savait toujours pas qui était son sauveur, mais c’est comme si elle avait une forme d’affection pour lui. Enfin, il ne fallait pas trop espérer : une fois qu’elle aura décuvé, elle ne se souviendra de rien. Probablement. Il était encore un peu tôt pour porter des pronostics de ce genre.

Une fois dans le hall de l’immeuble, elle se laissa volontiers guider par son camarade de soirée. Tanguant toujours un peu plus, elle ne reconnaissait absolument pas où elle était. Elle murmura plusieurs fois “T’es sûr que j’habite là ? Jreconnais rien”, presque plus pour elle-même qu’autre chose. Elle voulait essayer de se rassurer, de se dire qu’elle n’était pas en train de se faire balader elle ne sait trop où par un genre de psychopathe. Et puis elle se dit que si c’était un psychopathe, il ne se serait surement pas emmerder à la traîner sur son dos aussi longtemps. Ce fût peut-être le seul éclair de génie dont elle fit preuve de la soirée. C’était pas trop mal, compte tenu de son état. Dans l'ascenseur, elle envahit de nouveau l’espace personnel du jeune homme, se collant contre lui plus pour tenir debout qu’autre chose. Une fois arrivée à ce qui ressemblait beaucoup au dernier étage de l’immeuble, elle se laissa traîner en dehors de l’ascenseur sans protester. Pis une fois devant la porte, elle la regarda de haut en bas. Ouai, c’est sûrement là, se dit-elle à elle-même.

“Bon aller, rentre chez toi, je t’ai suffisamment raccompagnée. Tu devrais pouvoir trouver le chemin toute seule cette fois, non ?” Elle bailla légèrement, ajoutant un léger “Attend deux secondes” puis, sortant des clés de son sac -après l’avoir renversé sur le sol au préalable- elle … S’acharna sur la serrure. Littéralement. Elle la loupa au moins cinq fois, avant d’essayer de forcer, grognant de plus en plus. Se tenant d’une main contre la porte pour ne pas tomber, elle donna un coup dedans. Mais la surprise fût aussi grande pour elle que pour la personne qui ouvrit d’un coup la porte : un homme, qui semblait passablement énervé d’être réveillée par une nana qui essayait de forcer sa porte en pleine nuit, qui regarda tour à tour Lou puis l’homme qui l’accompagnait. “OH MAIS CA VA OUI ?! VOUS FOUTEZ QUOI ?! Cassez-vous et arrêtez de taper dans ma porte” Lou perdit l’équilibre sous le coup de la surprise et de l’ouverture de la porte, elle se retrouva assise par terre, les yeux ronds. Elle n’eut le temps de rien avant que la porte se referme bruyamment.

Tournant la tête vers l’homme qui l’accompagnait, elle bégaya légèrement “Euh … jcrois … jcrois pas que ça soit chez moi en faite” Elle tira la langue doucement, se frottant les cheveux. “Oups.” Oui, oups. Juste ça. Elle tenta de se relever -en vain. Elle regarda de nouveau son compagnon de fortune avec un air pas du tout innocent et avec son aide, elle se remit plus ou moins debout sur ses deux jambes. “Euh … Du coup c’est laquelle de porte, la bonne ? J’uis complètement paumée ça m’dit rien ici” ajouta-t-elle, portant tout son poids plume contre le jeune homme. Puis elle déposa ses clés dans les mains du blondinet et avec un air déterminé, elle balança le plus naturellement du monde “Tu peux m’ouvrir la bonne porte ste plaît ? Sinon j’vais dormir dans le couloir pour le reste de la nuit … Et m’regarde pas comme ça, ça a l’air de t’faire plaisir d’imaginer ça c’pas très cool hein !” Plus les minutes passaient, plus son équilibre s’effondrait et plus elle semblait au bout.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


©️ Nephilith pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lou en #cc6666, en gras pour le Japonais et en italique pour le Français
(o≧∇≦)o [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] o(≧∇≦o)
Revenir en haut Aller en bas
XXXX
Strangers
avatar
Messages : 30
Age : 25
Strangers
Jeu 13 Sep - 23:20
Hangover


   T’es sûr que j’habite là ? A ton avis, espèce de conne écervelée, qui est le plus sobre de nous deux, hein ? Je sais encore ce que j’ai lu et l’adresse correspondant avec le nom. Elle vit là, pas possible autrement. Et elle m’emmerde à pas arriver à marcher droit, ça devient de plus en plus relou, à force.

   … Et pourtant je ressens bien une chose distincte. J’arrive pas à m’empêcher d’être un peu attendri. J’suis un grand malade putain. J’ai aucune raison de m’attendrir devant ça. Mais je peux pas non plus m’empêcher de sourire en l’entendant m’appeler prince des râleurs. Ahah. Comme si c’était une nouveauté. Mais bon, là pour le coup, c’est à moitié justifiée. Faut dire que je lui en met plein la tronche depuis tout à l’heure alors qu’elle pige que dalle. Le plus débile des deux, s’il faut, c’est moi en fait. Parce que merde, au final y’a que moi qui m’accroche, vraisemblablement.

   Je m’apprêtais à la laisser rentrer chez elle mais je la regarde galérer avec ses clef et… donner un coup de pieds dans la porte ?! Mais pourquoi elle fait ç- … Oh. Ok, elle est pas chez elle. Elle a essayé de rentrer chez quelqu’un d’autre. Pas étonnant que ça marche pas. Bon par contre, lui il commence à me chauffer les oreilles. « OH MAIS LA FERME PUTAIN, CAUSES LUI MEILLEUR DEJA. » Et je me rends compte de ce que je viens de faire. C’était quoi ce relent protecteur, là, au juste ? Je connais même pas ce gars et je peux comprendre qu’il soit agacé par la situation. Je me ravise. Chose que je ne fais jamais d’habitude. Elle me fera faire n’importe quoi cette abrutie. « Je… J’veux dire, désolé, elle est pas dans son état normal. Je vais la ramener chez elle, bonne soirée. »

  Je soupire. Encore. C’est la soirée. Je la relève en la portant comme une mariée – quelle ironie. Je chope ses clefs et je traverse un peu le couloir avec Lou-Ann dans les bras. Foutu pour foutu hein…

  Finalement je le trouve son appart’, y’avait rien de très sorcier là-dedans après tout. J’ouvre la porte et la referme derrière moi, puis je cherche sa chambre. Je peux pas m’empêcher de repenser à cette soirée n’empêche. J’ai besoin de dire un peu ce que j’ai sur le cœur. De toute manière elle saura ni de quoi je parle, ni ne s’en souviendra après. Elle m’a déjà oublié après tout, je suis plus à ça près.

  Je la pose sur son lit. « T’sais… Tu devrais pas faire ce genre de choses. Je vais avoir envie de t’embrasser après. Et j’vais m’imaginer des choses, encore. » Pour pas changer. La même rengaine depuis trois ans maintenant. Putain.

(c) morphée/candide
Revenir en haut Aller en bas
Lou-Ann K. Fukuda
Hellhounds - Professeure de musique
avatar
Messages : 85
Age : 24
Multi-comptes : Jalander A. Churchill
Lucrezia I. de Guevara
Hellhounds - Professeure de musique
Ven 14 Sep - 0:41

PERRAULT CHRISTOPHE B. & FUKUDA LOU-ANN K.
HANGOVER


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une fois au sol, Lou ne peut qu’être surprise de voir son compagnon de soirée s'emporter contre le vilain voisin qui avait houspillé Lou. Elle n’avait pas eu le temps de réagir, l’alcool ralentissant le moindre de ses mouvements. Mais entre “OH MAIS LA FERME PUTAIN, CAUSES LUI MEILLEUR DÉJÀ” l’avait fait sursauter dans un premier temps. Puis, ensuite, pendant que l’homme parlait avec le voisin, elle se retrouva sur les genoux, les mains devant la bouche et une expression à la fois stupide et un peu attendrissante sur les lèvres. Elle le fixait, des étoiles dans les yeux. “C’est trop mignooooon” commenta-t-elle avant de rire. Est-ce que c’était le coup de sang qu’elle trouvait trop mignon ? Plus ou moins. Elle avait surtout été attendrie d’être défendue par un inconnu alors qu’au fond … Elle était effectivement totalement fautive.

Ses jambes l’ayant totalement abandonnée, elle tenta à plusieurs reprises de se relever. Mais manifestement, le prince des râleurs qui l'accompagnait l’attrapa doucement, la portant dans le creux de ses bras telle une jeune mariée. Cela la fit rire de nouveau dans un gloussement : même avec plusieurs litres d’alcool dans le sang, ce genre de situation la gênait un peu. Être portée comme ça par un inconnu, pensa-t-elle. Elle avait bien vite oublié qu’elle venait de se faire transporter sur le dos du même jeune homme depuis le bar. Ah, l’alcool, ça rend la mémoire bien plus courte. Se laissant porter, elle s’accrocha néanmoins au cou du blond, agitant toujours ses jambes dans un mouvement plus doux que lorsqu’elle était sur son dos. Fredonnant un peu, elle n’avait pas du tout conscience de ce qui se passait.

Si seulement son instinct de survie s’était réveillé. Mais non. Elle se collait à lui, rigolant un peu, puis piquant du nez alors qu’elle vit la porte s’ouvrir. Elle avait cédé ses clefs à son sauveur de la soirée, avant de bailler. Elle se sentait soudain très lourde et apaisée. Les bras du jeune homme avait quelque chose d’encore plus rassurant que lorsqu’elle était sur son dos. Comme si c’était un peu le meilleur endroit sur Terre. En voyant son appartement autour d’elle, quelques bribes de souvenirs et d’informations lui revinrent en mémoire. Ça sentait bon les fleurs et c’était surtout un peu en bazar partout. Elle décrocha un sourire ; ça y est, elle était enfin rentrée chez elle. Lorsque le jeune homme voulu la déposer sur le lit, elle s’agita un peu “Noooon mais attend avant de me poser !” dit-elle d’une voix boudeuse.

Elle sortit son téléphone de sa poche et, après quelques secondes de mouvement hasardeux, elle réussi à déverrouiller l’écran pour la première fois de la soirée. Alors que le blond allait pour la déposer sur son lit, dans un mouvement un peu maladroit, elle réussit à l’attraper en basant son bras autour de son cou, puis elle prit un selfie d’elle et du jeune homme. Lâchant un rire, elle tenta de le regarder dans les yeux. Mais lorsqu’elle croisa son regard, elle rougit légèrement, avant de se laisser poser sans faire plus de caprice. Elle relâcha tout, son portable, son étreinte autour du cou de l’homme, avant de se tourner vers le bord, rouler en boule tel un chat. Elle le voyait, proche d’elle, suffisamment pour qu’en tendant la main, elle réussit à lui attraper la manche de sa chemise. Comme si elle ne voulait plus le lâcher, luttant contre le sommeil qui arrivait de plus en plus vite.

Alors de loin elle les entendit, ces quelques mots. “T’sais… Tu devrais pas faire ce genre de choses. Je vais avoir envie de t’embrasser après. Et j’vais m’imaginer des choses, encore.” Lou sourit, un sourire sincère. Un sourire bien moins enfantin que tous ceux qu’elle avait fait depuis leur rencontre. Pendant ce qui semblait être une fraction de seconde, ses yeux donnait cette impression qu’elle reconnaissait l’homme qui se tenait face à elle. S’accrochant cette fois-ci à sa cravate et tirant dessus doucement, elle murmura avec une voix douce “Mmh … tu sais, moi, ça me dérange pas …” Bien sûr, elle ne mesurait pas du tout l’impact de ses paroles, bien sûr cette sensation comme si elle reconnaissait l’homme qui se tenait devant elle s'effaça aussi vite que ses paupières se refermèrent. Lou s’endormit instantanément, les doigts toujours fermement accrochés à la cravate de son compagnon du soir.

De l’homme qu’elle aimait terriblement.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] x [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


©️ Nephilith pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lou en #cc6666, en gras pour le Japonais et en italique pour le Français
(o≧∇≦)o [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] o(≧∇≦o)
Revenir en haut Aller en bas
XXXX
Strangers
avatar
Messages : 30
Age : 25
Strangers
Ven 14 Sep - 14:54
Hangover


  Je… J’ai rien compris. Elle a vraiment pris un selfie ? Genre, sans pression elle m’a chopé comme on le ferait avec le ballon pendant un match de rugby juste pour prendre une foutue photo ?! Je. Bon, ok, j’arrête d’essayer de chercher une logique à ses pensées, je me ferais du mal pour rien. Ça sert à rien, bourrée comme elle est, de toute manière, personne n’aurait pu lui tirer les vers du nez. Sauf peut-être son crush, ahahaha. Mort de rire. Ou pas. J’ai vraiment été le faible de la bande dans l’histoire. Je me dégoute, putain.
Par contre, elle a dit un truc, j’ai pas rêvé, hein ? Elle a parlé. Elle a dit un truc du genre, ‘ça me dérangerais pas’, non ? Je. C’était après que j’ai plus ou moins dit que je pourrais l’embrasser, non ? Je. « Hey ! Lou-Ann ! Réveilles toi ! Qu’est-ce que t’as dit ?! Oh ! Eh la dormeuse ! » Inutile. Autant essayer de réveiller un mort, plus endormie qu’elle, c’est direction la morgue, à ce stade. Je…

Je me sens débile. Mais à un point inimaginable. Comment j’ai pu me laisser embarquer là-dedans ? Il est beau le Chris qui dit à qui veut l’entendre qu’il ne s’attache pas, que c’est pas son genre. Mon cul ouai. Je suis tout aussi stupide que les autres, finalement. J’me désespère. Pire. J’me dégoute. Mais bon, je ne peux pas vraiment faire quoi que ce soit d’autre. Alors, dans un dernier geste totalement idiot, je lui embrasse le front. « Bonne nuit quand même, princesse des cassos. »

Je quitte son appartement avec l’espoir fou que si je claque sa porte suffisamment fort, elle va émerger et capter ce qu’il se passe. Mais j’ai beau faire trembler presque l’étage avec mon absence de délicatesse, rien ne vient. Même après cinq minutes à attendre dans le couloir.

Bon, cette fois c’est clair. Je me suis fait prendre pour un con. J’ai pas le moral, je veux juste rentrer. Même ‘draguer’ juste pour le fun sans rien derrière ne m’attire plus du tout. Je vais aller voir Théo et m’affaler un peu dans le lit, histoire de ne plus penser à tout ça. Heureusement que j’ai au moins Théo dans ma vie. Elle au moins, elle me jugera pas. Et elle me posera pas de questions si j’ai pas envie d’y répondre. Une fille bien. Pour un gars minable ; moi.

Comment j’ai pu espérer encore…


(c) morphée/candide
Revenir en haut Aller en bas
Lou-Ann K. Fukuda
Hellhounds - Professeure de musique
avatar
Messages : 85
Age : 24
Multi-comptes : Jalander A. Churchill
Lucrezia I. de Guevara
Hellhounds - Professeure de musique
Ven 14 Sep - 20:29

PERRAULT CHRISTOPHE B. & FUKUDA LOU-ANN K.
HANGOVER


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

S’enfonçant dans un sommeil extrêmement profond, Lou réagit à peine lorsque l’homme se mit à crier et la secouer. Tout au plus, elle grogna et s’enroula dans son draps, retournant instantanément dans le monde merveilleux des rêves. Le baiser sur le front fût la seule chose qui la fit réagir : elle se mit à sourire bêtement toute seule, avant de se rendormir pour de bon.
Puis le trou noir.

La première chose que Lou ressenti au réveil, ce fût une énorme douleur accompagnée d’une envie de mourir proportionnelle à cette dernière. Une heure passa avant que la rose réussisse à seulement ouvrir les yeux. Elle se rendit compte déjà que c’était … super flou. Tâtant de la main pour chercher ses lunettes, elle renonça assez vite. Cependant, à l’odeur des draps et surtout au vu de la table de chevet, elle conclut qu’elle était chez elle. Regardant vaguement par dessus son épaule, toujours allongée sous la couette, elle fut rassurée en ne voyant personne. Heureusement, car elle n’avait aucune foutue idée de ce qu’elle avait fait la veille au soir. Grognant, maugréant contre cette sensation de marteau dans la tête, elle réussit au bout de très longues minutes à se redresser assise dans son lit puis se mis à réfléchir comme elle pouvait.

Bon. Manifestement, elle avait dormi toute habillée. En témoignait le fait qu’elle était certes débraillée mais en pantalon au fond de son lit. Bon. Elle se souvenait vaguement être partie boire dans un bar. Et puis elle se sentait mal, alors elle a insisté, encore et encore et … Ensuite plus rien. Elle avait un souvenir très très vague de ne pas avoir été seule à un moment donné, mais quand ? Et avec qui ? Et pourquoi ? Tellement de question qui lui donnait un mal de crâne terrible. Après une longue négociation avec elle-même, elle réussit à s'extirper de son lit. Ce ne fût pas sans douleurs, cris, grognement et insultes en tout genre. D’ailleurs, elle loupa son premier essai et se retrouva le nez par terre. T’es ridicule ma pauvre fille, pensa-t-elle tout en se relevant.

Elle se traîna à la salle de bain, et son propre visage lui fit peur. Puis pitié. Et finalement elle fut déprimée. Tout ça en quelques minutes à peine. Elle regarda ses vêtements, qu’elle jeta au loin après les avoir enlevé. Mais l’effort fut si grand qu’elle s’assit à même le sol, le temps que la sensation de vertige passe. Elle avait mal partout, au ventre comme à la tête, aux jambes comme au coeur. Mais elle n’avait pas cette horrible sensation d’avoir envie de vomir au moins. Ramassant les quelques miettes d’elle-même répandu un peu partout dans son appartement, elle finit par se poser sur le bord du lit, la tête dans les mains. Merde. Si maintenant elle se mettait à boire au point de ne se souvenir de rien, elle finirait pas l’année en un morceau. En même temps ces derniers temps, son moral chutait plus vite que la courbe de la bourse américaines ; ça ne l’aidait pas beaucoup.

Poussant un long soupir, elle prit son téléphone entre ses mains. Elle n’était pas du genre à envoyer des SMS quand elle est bourrée, mais sait-on peut-être qu’elle avait contacté quelqu’un pour la ramener ? Alors elle le déverrouilla, checkant ses SMS, ses mails… Puis de fil en aiguille elle finit par remarquer qu’elle avait pris une photo hier. Elle l’ouvrit, un peu intriguée. Son visage afficha d’abord la surprise avant de se décomposer morceau par morceau. Entre ouvrant légèrement la bouche, bégayant, elle se mis à trembler. D’abord un peu, puis de plus en plus, au moins de laisser tomber son téléphone sur la moquette de sa chambre. Bordel. De. Merde. C’est quoi cette embrouille ?! Pourquoi il y a une photo de Chris et d’elle sur son portable ?! Putain qu’est-ce que j’ai branlé hier ?! se dit-elle en frottant ses cheveux dans tous les sens. Ça n’allait pas son envie de se foutre en l’air tiens.

Bon. Reprenant son souffle après avoir crié de longues minutes dans son oreiller, elle regarda de plus près la photo. Putain. Elle se souvenait vraiment de rien. Son cœur battait la chamade. Parce qu’elle avait peur d’avoir faire une connerie. Parce qu’elle avait aucune idée de ce qu’il s’était passé. Et parce que putain… Il est vraiment super canon. Fais chier pensa-t-elle en jetant son téléphone sur le matelas. Elle maudissait du plus profond de son être ce sentiment idiot qu’était l’amour. Elle qui voulait le fuir, ne jamais le revoir pour éviter de craquer. De dévoiler ses sentiments. Qu’est-ce qu’elle foutait dans ses bras ? Pourquoi elle semblait à la fois si contente et profondément débile sur la photo ? Et lui, égale à lui-même, il faisait la tronche. Et il avait l’air de pas être à l’aise. “Tu m’étonnes…” dit-elle tout en soupirant.

Il lui restait deux solutions : faire comme si de rien était, ou demander directement à l’intéressé. La deuxième idée la faisait frémir de peur, mais en même temps… Elle se posait tellement de questions. Et elle se connaît depuis le temps, elle savait qu’elle allait se prendre la tête pendant des semaines voir des mois à cause d’une “simple” photo. Elle calma ses tremblements en prenant un de ses cachets, puis elle saisit son téléphone. Elle n’avait plus le numéro de Chris depuis… Depuis son dernier message. Alors elle envoya un SMS à Benji, le seul qui pouvait encore faire le lien entre elle et Chris. Elle essaya de la jouer fine, mais en voyant la répondre de Benji elle eut très peur que le jeune papa se rendre compte de quelque chose. Alors elle ajouta des smileys qu’elle utilisait avec ses contacts japonais, espérant noyer le poisson.

L’attente fût extrêmement pénible pour elle. Elle en profita pour prendre une douche, essayant d’éviter de penser à quoi que ce soit. Elle était à la fois terrorisée, paniquée, angoissée, et en même temps… Elle se sentait débilement amoureuse. Même si elle ne se souvenait de rien, elle l’avait vu apparemment. Bien sûr, elle préférerait se souvenir de ce qui s’était passé, mais plus elle regardait cette photo et plus son cœur battait fort. Plus elle se rendait compte qu’elle l’aimait énormément. Et ça la rendait à la fois heureuse et malheureuse. Elle avait envie de le voir et de le fuir. De le prendre dans ses bras et de le frapper de toute ses forces. Quel situation de merde. En sortant de la salle de bain, elle remis son lit en place et elle vit un morceau de tissu parmi les draps. Lorsqu’elle le saisit, elle en sortit une cravate noire très élégante, finement décorée. En regardant de plus près la photo, elle comprit vite d’où elle venait.

Et cela la figea encore plus sur place.
Que foutait une fringue à Chris au fond de son lit ?! Se laissant tomber à genoux, la tête entre les mains, elle murmura en boucle “J’espère qu’il s’est rien passé putain, dans quoi je me suis fourrée encore…” pendant de longues minutes. Puis elle entendit sa sonnerie, ce qui la fit sursauter. Alors elle attrapa son portable à la volée, lisant attentivement le message de Benji. Elle répondit de façon succincte pour ne pas l’inquiéter, puis elle s’arrêta. Qu’est-ce qu’elle pouvait lui dire ? Elle ne lui avait pas parlé depuis trois ans. Si on exclut la fameuse soirée où elle l’avait croisé par hasard… Et encore elle ne lui avait rien dit directement. Elle soupira. Puis décida de faire simple et direct. De toute façon son cœur n’aurait supporté aucune espèce de forme de gentillesse sans craquer pour de bon.

Une fois le message tapé, elle hésita quelques minutes avant de l’envoyer, appuyant du bout du doigt sur l’écran. Elle n’avait plus qu'à attendre. Et cette fois-ci l’attente fut comparable à la plus horrible des torture. Roulée en boule dans le lit, serrant la plus grosse peluche qu'elle avait en réserve, elle tournait littéralement le dos à son portable. Tu parles d’une adulte… J'ai l’impression d'être redevenue une ado bordel pensa-t-elle en serrant un peu plus fort sa peluche, nichant son visage dedans. Puis, elle finit par entendre la sonnerie. Celle qu’elle redoutait et attendait à la fois. Tremblante, elle prit le téléphone entre ses mains, puis parcouru des yeux son écran.


« Écoute, oublie-moi. Et s'il te plaît, ne m'envoie plus jamais de message. Salut. »



Un silence de plomb s’installa. Lou ne disait plus rien, ne bougeait même plus. Son visage… était indescriptible. Puis, elle se mit à pleurer, de façon incontrôlable, essuyant son visage avec la plus grande des difficultés. Elle n’arrivait à rien, ni parler, ni hurler, ni même répondre. Elle pleura de plus en plus, se rallongeant et prenant sa peluche entre ses bras. Quel idiote. Elle se détestait tellement. A quoi s’attendait-elle aussi ? Avec ce qu'elle lui avait fait. Elle l’avait abandonné comme elle avait abandonné les autres. Et Chris n'était pas Benji ; il ne lui pardonnera pas. Et après tout, elle le savait, c’était bien fait pour elle. Il fallait qu’elle se fasse une raison, qu’elle l’oublie pour de bon et qu’elle accepte ce qu’elle était : une personne immonde et cruelle.
Mais là, tout de suite, Lou était surtout terriblement fragile. Terriblement faible. Son cœur débordait de mauvaises pensées, de tristesse et de colère. Envers elle. Envers les autres. Envers le monde. Envers Chris. Alors elle se laissa aller aux pleurs, aux cris, faisait totalement abstraction du reste. Elle répondit vaguement, sans vraiment avoir l’énergie de dire quoi que ce soit. Et tant pis si elle ne savait rien, si elle n’avait pas de réponse : c’était sa punition. Le plus douloureux restait ses sentiments, même en colère elle l’aimait comme elle n’avait jamais aimé. Elle passa le reste de sa journée allongée, ne cherchant même pas à manger, s’habiller convenablement. Elle vit le jour décliner puis la nuit l’envelopper dans l’obscurité. Épuisée, elle se laissa emporter par les bras de Morphée.

Ce soir, elle n’avait pas envie de se battre.


©️ Nephilith pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lou en #cc6666, en gras pour le Japonais et en italique pour le Français
(o≧∇≦)o [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] o(≧∇≦o)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: