Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
And if you have nightmares, we'll dance on the bed ◈ Olly
avatar
Messages : 14
Age : 20
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Shiitake U. Nakajima
Guillem de Borbón y Ortiz
Galilée
Jeu 23 Aoû - 19:44
◈ And if you have nightmares, we'll dance on the bed
ft. Olly Søren de Rosenborg - Mai 2017.
Assis à table, Guillem ne regarde qu’elle.
Savoir s’il en est amoureux est tout une histoire. Mais pour le moment, on ne l’ennuie pas. Il est jeune. Il s’amuse. Son père comprend ça, son grand-père aussi. Une génération de macho de plus, dira-t-on. Mais Guillem, le Prince des Asturies, est loin de n’être qu’un macho de plus dans une famille royale. Non, Guillem avait un certain respect pour ces demoiselles. Il les utilisait autant qu’elles l’utilisaient. Après tout, donnant-donnant n’est-ce pas ? Pendant de longues années, il a enchaîné les conquêtes sans se soucier de rien d’autre. Et puis, au fond, elles savaient pertinemment ce qu’elles faisaient n’est-ce pas ? Elles cherchaient à se faire mousser parce qu’elles étaient sorties avec le futur Roi d’Espagne. Ce n’était pas rien. Certaines, plus ambitieuses, tentaient tant bien que mal de faire en sorte que Guillem laisse son empreinte, mais elles n’avaient jamais anticipé qu’il se protégeait toujours, qu’il apportait ses propres préservatifs et qu’il ne faisait pas avoir. Jamais.

Mais, depuis quelques mois, Guillem s’était calmé. Personne n’avait su dire pourquoi ni comment. Il s’était rangé. Il avait commencé à fréquenter une jeune femme, une demoiselle avec laquelle il passait énormément de temps. Il était très discret sur cette relation et, hormis Keiko et Beltrán, personne n’était réellement au courant des sentiments du brun. Beaucoup mettait ça sur un tempérament pudique, mais personne n’aurait pu savoir ce qu’il en était réellement.

Mais il ne se cachait pas, il refusait de dissimuler sa relation par peur de blesser. Il n’aimait pas Olly, il n’avait jamais voulu de ces fiançailles, et s’il pouvait tout faire pour qu’elle les rompe, alors il le ferait. Lui n’en n’avait aucunement l’habilitation familiale.

Il s’excusa auprès de la jeune femme, décidant qu’il irait fumer une cigarette à l’extérieur. Il embrassa son front en sortant, un fin sourire aux lèvres. Il alluma sa cigarette et laissa le fumet s’en échappé. Il n’avait pas encore eu la poisse aujourd’hui, il allait bien falloir que ça arrive à un moment donné. Il évita de justesse de se brûler avec son briquet et inspira longuement la fumée.

La soirée était belle, claire, bien que fraîche pour un début de printemps.
Kendall 2018
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 33
Age : 18
Multi-comptes : lilas ; jesper ; rhys ; titania ; theodora
Lord & Lady
Jeu 23 Aoû - 21:46
ft. Guillem
And if you have nightmares, we'll dance on the bed

Insulté. Olly se sentait insultée - bafouée.
Et dire qu'elle prenait sur elle, elle se tuait ; et lui là, ce grand imbécile sans le moindre respect dû à, oh…
Ses confrères êtres humains ?
Sa fiancée ?
Prince en carton ! Prince de pacotilles, imbécile de haut rang ! Princes des Asturies haha la bonne blague.
(prince des abrutis, oui)
Insultée, bafouée, les poings serrés, Olly avançait d'une démarche assurée - colérique
tempétueuse
on ne la connaissait pas ainsi Olly, le regard brûlant et le mot cassant ; on ne la connaissait pas Olly, la tigresse Olly, la violente Olly
(bafouée, insultée, rabaissée)
et il s'affichait encore avec une traînée ! Et il la gardait en plus !
(et Olly et son cœur brisé, ses rêves émiettés)
Pourquoi se contentait-elle d'être si bête ? Pourquoi s'obstinait-elle ? Pourquoi ne pouvait-elle pas juste dire "non" enfin ? Pourquoi se blesser, pourquoi se brûler ? Elle s'obstinait à rester sage dans ses chaînes mêmes quand elles l'étranglait
(les étranglaient)
c'était elle l'idiote !
Si seulement elle savait faire autrement.
Si seulement, rien qu'une fois (une minuscule fois) Olly pouvait avoir de la chance. Avoir un fiancé sans y consentir était déjà (illégal) un fardeau conséquent, pourquoi ne pouvait-elle pas être bien tombée ?
Dites, pourquoi Tybalt n'était pas roi ?
Lui en avait le respect, au moins (mais il avait tout Tybalt, jusqu'à l'audace d'avoir ce sourire qui la faisait chavirer, injustement, alors qu'elle n'en avait même pas le droit). Et puis il y avait Guillem Tristán Calisto de Borbón y Ortiz, qui n'avait du prince que le titre, le nom excessivement long et le sang.
Vaste plaisanterie.
Et le respect des femmes, peut-on en parler ? Olly n'en connaissait guère qu'une partie ; celle la concernant, évidemment. Elle, sa fiancée, celle pour qui il aurait dû montrer le plus grand respect - mais il s'en moquait éperdument, d'elle
jusqu'à la blesser, la bafouer, la déshonorer de la sorte.
Elle était furieuse ; et maintenant le voilà qui osait s'affichait en public aux bras d'une autre ! Encore ! Olly en était malade. Elle n'accepterait pas un énième affront ce soir-là ; elle ne tolèrerait pas rester une pauvre sotte dont il se jouait
(à défaut de pouvoir y couper).
Alors jolie princesse en guimauve devenait tigresse et violence - même la douceur peut se déchaîner quand elle est trop intimement blessée (et qu'elle n'est pas juste pastel, pas vrai ?) - et il allait le remarquer. Très vite.
» Bonsoir, votre Altesse.
Il avait horreur qu'on l'appelle comme ça ; elle s'en était rendu compte récemment, étrangement. Depuis, elle s'appliquait tout particulièrement à l'appeler le plus respectueusement possible et en rajoutait des tonnes (qu'on ne s'y trompe pas, ce n'était plus de la politesse depuis bien longtemps). Olly devait tenir son rôle et évidemment, le respect et les formules étaient primordiales en ce sens. Mais lui ne se trompait rarement sur le ton qu'elle employait à son égard.
Il le partageait même largement, à la différence près qu'il était plus honnête.
Mais ce soir-là, le regard d'Olly non plus ne manquait pas d'honnêteté ; dur et flamboyant. L'avait-il déjà vue ainsi ? Sans doute pas.
Elle savait se retenir jusque là.
» Nous sommes en charmante compagnie, à ce que je vois ?
Elle plissa du nez devant la fumée de sa cigarette et ne détacha pas son regard du prince - qui avait bien été obligé de prendre conscience de sa présence. Risible qu'il n'en ait pas pris conscience avant, puisqu'elle-même avait failli manger à cette-même enseigne avant de s'apercevoir de sa présence (et donc, de fuir
blessée, outrée, bafouée)


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Age : 20
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly
Enola S. Beauchamp
Xavier W. Disney
Shiitake U. Nakajima
Guillem de Borbón y Ortiz
Galilée
Lun 17 Sep - 23:17
◈ I don't deserve this
ft. Olly Søren de Rosenborg - Mai 2017.
Ah, il n’avait pas encore eu sa malchance du jour a-t-on dit ? Semblerait-il que tout cela ne soit parce qu’une poisse encore plus grande avait prévue de s’abattre sur lui. Il ne l’avait pas vu dans le restaurant, parce qu’elle était Insignifiante à ses yeux. Réellement, elle n’avait pas d’intérêt ce soir. Et ce n’était pas qu’une question de respect. Elle aurait été n’importe qui d’autre, ça ne se serait pas passer autrement.

Mais c’était Olly.

Il leva les yeux en entendant son titre, et s’il bouillonnait intérieurement, il ne lui laissa pas le plaisir de le savoir. Il souffle la fumée de sa cigarette, et détourne un peu la tête pour que la fumée n’atterrisse pas dans le visage de la blonde – si ce n’est pas un geste plein de bonne volonté dit donc.

Et il sait ce qui se passe dans sa tête. Elle ne supporte pas qu’il sorte avec Ada. Elle ne supporte pas qu’il s’affiche avec d’autres femmes en règle générale, d’ailleurs. Mais ils ne sont pas mariés. Ils sont fiancés, par leurs parents et sans que personne d’autre au monde ne soi au courant. Même sa famille ne pipe mot sur ses relations tant que rien n’est public. Alors, qui est-elle pour lui imposer une relation exclusive.

« Je l’étais en effet, jusqu’à il y a quelques instants. »

Olly venait tenter de gâcher sa soirée. Mais il refusait que ça arrive. Il n’avait pas envie qu’une grue incapable de s’assumer soit la cause d’une soirée gâchée.

« Qu’est-ce que tu veux, de Rosenborg ? T’as pas enquiquiné assez de monde aujourd’hui alors tu viens polluer mon air ? »

Qu’elle ne s’avise pas de lui reprocher sa relation. Vraiment. Parce qu’il avait suffisamment de haine envers elle pour lui rentrer dans le lard. Et s’il était encore d’une humeur relativement agréable, ça pouvait très bien ne pas durer.
Kendall 2018
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: